Se connecterS'abonner en ligne

Pourquoi la croissance potentielle a-t-elle disparu ?

Référence de l'article : MM7516
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Olivier PASSET,Directeur des synthèses,XERFI (27 Avril 2019)

Le bon vieux concept de croissance potentielle, aussi critiqué soit-il, continue à imprimer sa marque sur nos raisonnements avec une autorité qui ne se dément pas. La crise a sapé les potentiels des pays avancés. Et la reprise actuelle serait déjà en train buter sur des capacités étriquées. Nous continuons ainsi à commenter nos économies, comme si elles étaient



dominées par les lois physiques de l’industrie. Comme si les entreprises fonctionnaient essentiellement en puisant dans le panier fini des ressources humaines et financières nationales. Comme si la productivité et sa mesure relevaient d’une science exacte.
Ces réflexes sont vivaces… et pourtant, prenons d’abord le cas de l’économie américaine.



Les pics du taux d’utilisation manufacturier n’y cessent de décroître cycle après cycle.  Pourquoi ? Surement parce que



l’explosion récurrente des bulles devance systématiquement l’irruption de véritables tensions sur les capacités. De fait, la phase de surchauffe, ce moment où l’économie tourne à plein régime, à pleine capacité, est de moins en moins repérable. Ce point d’orgue de la reprise, celui où le surcroît de demande est converti en accélération de l’inflation, doublé d’un durcissement monétaire, a systématiquement été devancé par l’irruption des crises financières.
Surement aussi, parce que la limite même des capacités est de plus en plus insondable pour les entreprises, car

1/ elles externalisent les composantes les plus variables et standardisables de leur production. Augmenter la production est dès lors de moins en moins assujetti à une décision d’embauche ou d’investissement, notamment quand les modèles d’affaires à coûts fixes gagnent du terrain,

2/ elles fonctionnent de plus en plus à flux tendus avec des délais d’ajustement très courts. Enfin, les limites véritables de la croissance sont difficiles à identifier dans une économie qui navigue très en-deçà de ses pics passés de taux d’emploi, qui multiplie les jobs d’entrée de gamme, le freelance d’appoint, autant de jobs qui peuvent demain se reclasser ailleurs, paraît une gageure.

Si la demande s’accélère aux États-Unis, rien ne nous dit que cette économie ne saura pas mobiliser ou redéployer les ressources nécessaires sans tensions majeures. Et c’est bien ce qu’elle a démontré jusqu’ici, en dépit du gros coup d’accélérateur budgétaire de Trump.
Prenons ensuite le cas de l’économie Européenne, qui peut donner la sensation de pousser ses cycles jusqu’à maturité,



puisque les taux d’utilisation flirtent avec leurs pics historiques à chaque retournement. La zone en fait, accompagne les fluctuations de l’économie mondiale sur un mode adaptatif. L’industrie règle au plus fin ses capacités, ses stocks dans un souci de rationalisation extrême.



Et à chaque souffle de reprise, dans cette zone à flux tendu, à effectifs resserrés, les tensions apparentes surgissent rapidement, dans l’industrie du moins, sans générer d’inflation.
Ces tensions ne sont dès lors plus les symptômes d’une économie tournant à plein régime. Elles ne signalent en rien ce plafond de verre, qui bornerait nos possibilités de croissance. La France est emblématique de cela. Force est de constater,



que même si nos compteurs de tensions physiques (TUC, difficulté d’embauche)semblent se tendre rapidement, les tensions inflationnistes, elles, relèvent encore de la pure spéculation. La difficulté à embaucher ne signale pas un butoir physique irréductible. Elle traduit simplement le fait que la difficulté d’embauche est inhérente à la décision d’embaucher, et qu’en phase de croissance, une proportion croissante d’entreprises y est confrontée.
Comme aux États-Unis, le



taux de chômage n’est plus le bon indicateur de tension sur le marché du travail, puisqu’une proportion croissante de la population survit sur des mini-jobs ou de l’auto-entrepreneuriat précaire. Comme aux États-Unis, les capacités internes d’une entreprise limitent de moins en moins ses perspectives de croissance puisque les coûts variables sont de plus en plus externalisés. Et comme aux États-Unis, le ralentissement apparent de la productivité reflète d’abord la faible mise en tension de l’offre par la demande, plutôt qu’un problème d’essoufflement du progrès technique.

Pour l’heure, il faut bien admettre que nous ne savons plus grand choses de nos potentiels. Et que seule une stabilité financière bien hypothétique sur longue période nous permettrait d’en prendre la mesure. 

____________________________________________________________________________
Cet article est également disponible sous format Vidéo :
https://www.xerficanal.com/economie/emission/Olivier-Passet-La-disparition-de-la-croissance-potentielle-_3747220.html
 
(Mis en ligne le 27 Avril 2019)

Articles similaires
L'ASEAN, cinquième puissance économique...Que donne la comparaison des patrimoines des...Si l'Allemagne entre en récession, quel est...Les dix questions économiques et financières...Evolution du pouvoir d’achat comparé parmi les 28...La progression (en nombre, et en pouvoir d’achat)...Mondialisation : pourquoi le ralentissement du...La pénétration chinoise en Amérique Latine et...Les principaux handicaps de l'Allemagne, de...L'évolution du commerce mondial sur 30 ans,...Conjoncture économique : la Zone Euro aura...723 entreprises mondiales sur les 2000 plus...Classement des 100 premières entreprises...Sommes-nous à l’aube de la troisième guerre...Croissance mondiale : le retour de la Zone euro,...A propos du voyage d’Emmanuel Macron en Afrique :...Classement des Nations européennes selon leur...Pourquoi Macron est allé participer au G5 Sahel à...L'industrie en Zone Euro: UN grand gagnant...Paris-Beijing via Bamako….,Mort de Fidel Castro, l'homme aux 631...C’est quoi, l’Union européenne à 27, c’est-à-dire...Les vrais chiffres de la guerre commerciale inter...La bascule de l'économie mondiale, en faveur...Les critiques de l’opération Barkhane sont...Le Burkina Faso est devenu une cible idéale pour...L’électrification de l’Afrique : et si l’enfer...Croissance mondiale 2016 : du mieux pour la Zone...Ralentissement du commerce mondial: une nouvelle...Le crash landing du Brésil va-t-il entraîner...Le premier conflit mondial en Afrique (troisième...La croissance en Afrique : mythe ou réalité ?Le premier conflit mondial en Afrique (deuxième...Croissance Etats-Unis et zone euro : qui va...Mondialisation: le recentrage régional des...Le premier conflit Mondial en Afrique (I)La reconquête des positions perdues par les Pays...Scénario 2015 : Plus de croissance réelle, pas...L'affaire Charlie Hebdo, vue d'AfriqueDe combien sera la reprise mondiale?Prévisions 2015 pour l'économie mondiale par...Amérique latine : perspectives de croissance pour...Alerte sur la croissance mondialeConférence sur l’Afrique du Nord : Bernard LUGAN...L’Asie en perte de vitesseInvestissement mondial : toujours en berneAfrique: les conséquences de la crise...Attention verglas !L’Europe du Sud redémarre sur un champ de...Les marchés émergents en mode « tapering »Pourquoi nous dégradons le Brésil et le...Les émergents sur le fil du rasoir