Se connecterS'abonner en ligne

2014 : les 5 point clés pour saisir la conjoncture

Référence de l'article : ME3190
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Alexandre MIRLICOURTOIS,XERFI

Dans le maquis des faits, des discours et des statistiques, je vous propose en ce début d’année de mettre un grand coup de projecteur sur les 5 points décisifs pour saisir les perspectives de la conjoncture française au cours des prochains mois.

1.      

Le premier point c’est l’amélioration de l’environnement international 

sortie de récession de la zone euro, poursuite de l’avancée japonaise, accélération de la croissance américaine, la dynamique retrouvée des pays avancés est une aubaine pour nos exportateurs. Le climat des affaires s’est amélioré un peu partout fin 2013, un mouvement qui va se poursuivre au cours du prochain semestre. C’est un bon signal pour les exportations françaises, d’autant que de multiples signaux permettent d’envisager un léger redressement de la compétitivité des entreprises.

 
2.      

Second point, la reprise passera d’abord par l’industrie. C’est elle, la courroie de transmission de l’embellie internationale sur l’économie nationale. Les enquêtes de conjoncture le montrent, mois après mois la base industrielle de la reprise se raffermit.

La preuve : le climat des affaires est revenu en novembre dernier à sa moyenne de long terme et les perspectives personnelles de production ont rattrapé leurs niveaux standards. C’est le principal facteur d’embellit ! Et cette reprise va se diffuser en priorité aux activités de services BtoB.

3.       En revanche,

troisième point, le commerce, les services aux ménages, le bâtiment vont continuer de souffrir. En fait toutes les professions indexées à l’évolution du pouvoir d’achat vont connaître un début d’année difficile.

C’est déjà perceptible dans les enquêtes de conjoncture dans le commerce où les intentions de commandes sont en chute libre et au plus bas depuis l’été dernier.

C’est pire dans le bâtiment où le jugement des constructeurs sur leurs carnets de commandes est au plus bas depuis mars 2010. La France se dirige vers une reprise au ralenti, car atypique sans consommation et sans investissement logement.

 
4.      

Point 4 : la reprise sera donc chaotique et difficilement perceptible pour les français. En termes de PIB, le 1er trimestre s’annonce décevant : la base sectorielle de la reprise est encore trop étroite, et les hausses de TVA ont entrainé une anticipation des dépenses dans les travaux d’entretien du logement fin 2013 avec le relèvement du taux de TVA de 7 à 10%. De même, les ventes automobiles ont été dopées avant le relèvement du taux TVA et le durcissement du malus écologique.

C’était bon pour le PIB du 4ème trimestre 2013, mais cela risque fort de se payer cash dans les mois qui viennent.

5.       Et pourtant, je voudrais évoquer

en point 5 la stabilisation effective du chômage. Certes, il ne faut pas s’y tromper, les entreprises ne sont pas encore prêtes à embaucher : les perspectives d’activités restes trop médiocres au premier semestre, mais surtout, la reprise s’effectue dans les branches d’activités aux plus forts gains de productivité, notamment dans l’industrie, là où la croissance de l’activité est la plus « pauvre » en emploi. On ne pourra donc compter dans un premier temps que sur l’emploi non-marchand, principalement porté par les contrats aidés. Pour l’emploi marchand, il va falloir encore attendre, au mieux le second semestre 2014.

Mais comme la population active évolue moins vite que par le passé, le taux de chômage serait finalement quasi-stable d’ici la mi-2014.

Mais il ne faut pas se tromper. Il ne peut y avoir de vraie reprise sans amélioration du marché du travail qui seul permettra ensuite de desserrer la pression sur les revenus. Cela exige de donner la priorité aux entreprises. C’est ce que semble avoir compris le Président de la République en annonçant un pacte aux entreprises. Si François Hollande assumait pleinement ce discours sur l’offre, et le traduisait véritablement en actes, ce serait un tournant historique dans la politique économique de la France.

(Mis en ligne le 10 Janvier 2014)