Se connecterS'abonner en ligne

Une théologienne allemande propose d’instaurer le ni–ni : ni muezzin, ni cloches

Référence de l'article : MC5672
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par François TEUTSCH,Avocat,(5 Novembre 2016)


Ce n’est pas qu’en France que la question de l’islam est appréciée au travers du prisme laïciste.
Certes, la position républicaine – jacobine sur la question, de Jean Pierre Chevènement à Marine Le Pen – qui traverse à peu près tous les partis politiques est une spécificité nationale liée à notre histoire récente.

Certes, la question institutionnelle française est lourdement chargée d’idéologie. Certes, la République est à elle seule une religion transcendant toutes les autres croyances, et qui ne met rien au-dessus de ses fameuses « valeurs », que personne ne sait définir. Mais la réponse apportée outre-Rhin par une théologienne protestante n’est pas très différente de celle prônée par les adorateurs de Marianne.

Ellen Ueberschär est, depuis 2006, secrétaire générale des journées de l’Église protestante allemande. Elle est née à Berlin-Est et y a vécu la situation de chrétien dans le socialisme, c’est-à-dire la persécution. Selon elle, les Églises ne devraient en aucun cas participer à la discrimination des symboles religieux de l’islam, sinon elles scieraient la branche sur laquelle elles sont assises : pas de muezzin, pas de sonnerie de cloches, pas de voile islamique, pas d’habit de religieuse et pas de crucifix à l’école. Avant d’ajouter que la caractéristique essentielle de la Constitution réside, précisément, dans l’égal traitement des religions et des convictions.

Cette opinion procède d’une première idée fausse : celle selon laquelle l’islam est une religion au même titre que le christianisme, c’est-à-dire une sorte de spiritualité plus ou moins développée par laquelle l’homme est relié (religere) à Dieu. Or, l’islam est beaucoup plus qu’une religion.

C’est une civilisation intégrale dans laquelle tous les aspects de la vie quotidienne doivent être régis par le Coran et les divers textes sacrés. L’islam ne conçoit pas la distinction du spirituel et du temporel, au contraire du christianisme qui a libéré l’action humaine : « Mon royaume n’est pas de ce monde. »
 
Elle procède d’une seconde idée fausse : celle que le christianisme serait une simple spiritualité. Car le Christ a distingué Dieu et César, il ne les a pas séparés. Il l’a rappelé à Pilate : « Tu n’aurais sur moi aucun pouvoir s’il ne t’avait été donné d’en haut. » Si les rois de France n’ont jamais été des dictateurs, au sens moderne du terme, c’est parce qu’ils avaient la conscience aiguë que tout pouvoir vient de Dieu. Dans la conception chrétienne, l’action politique n’est pas liée par une croyance religieuse, elle n’est pas dictée par le dogme, par l’Évangile, par les prescriptions religieuses. Elle est ordonnée au bien de l’homme, et de tout l’homme fait de chair et d’esprit. Dès lors, le christianisme a une place particulière dans notre société : il en est le principe fondateur.
Que penser d’une théologienne protestante qui oublie ces principes fondamentaux ? Deux choses : qu’elle ne connaît pas l’islam ; qu’elle ne connaît pas le christianisme. Et cette double ignorance aboutira à la subversion totale de ce en quoi elle croit : une généreuse tolérance, faite de vivre ensemble et d’accommodements raisonnables – une sorte d’identité heureuse, un juppéisme germanique, si l’on préfère -, au profit d’un islam conquérant par nature. Dieu nous en garde !

______________________________________________________________________
Article reproduit en licence CC BY NC SA avec l'autorisation de l'éditeur :
http://www.bvoltaire.fr/francoisteutsch/pas-de-muezzin-pas-de-cloche-cest-une-theologienne-allemande-qui-le-dit,292306 
 
(Mis en ligne le 5 Novembre 2016)

 
Articles similaires
Attention à l'engrenage de la repentance :...Les maths seront-elles sauvées en France par la...L’écriture inclusive menace la liberté...De la force symbolique du drapeauLa longue histoire du zéro : cinq siècles plus...Le déclin historique de la violence: une thèse...A propos du livre "Le mythe de la...Le Maire de Béziers réagit au départ de Florian...40 ans de fantasmes sur l’extrême-droite pour...Un sous-marin allemand datant de 14-18 découvert...Terrorisme islamiste: ces infiltrés qui ont...A l'échelle de l'évolution du travail,...Les réseaux sociaux ont fait plier LIDL : la...Expédition La Pérouse : qu’est-il arrivé aux...OUI à la survie de la culture européenneÉvolution du travail : non, il n’y a pas de...De la participation de Français à la guerre de...Comment l’apprentissage de la lecture transforme...Bombardement historique du marché de l'ArtLa politique éducative vue par le nouveau...18 Juin 1917 : grand défilé patriotique aux...Qu' y a-t-il derrière la nouvelle industrie...Une française obtient le "prix Nobel...8 Juin : c'était la journée d'hommage...Michel Onfray, tel un La Bruyère, touche et fait...Manchester : "Ils ont oublié que...L'école de demain, selon le nouveau ministre...« Et en même temps » : une pensée macronnienne de...La déclaration Schuman, ou le complot du 9 Mai...7 mai 1917 : après le carnage d'avril, les...Le triangle d'incompatibilité de la...L'étourdissante vitesse de fabrication de...Pourquoi la guerre est-elle une illusion si...La France n°2 mondial en mathématiques, grâce aux...Ce que l'Histoire de nos peurs nous apprend...« 500 ans de Réforme », ou quand les élites...Emmanuel Macron et la « décomposition française »...Le petit Macron illustré : le Peuple, l'Art,...Radicalisation : déjà 16 000 inscrits au récent...L'assassinat judiciaire, ou la version...Terrorisme : la nième bourde de François Hollande..."La France n'a pas colonisé...B.Lugan envoie en RAR son livre sur...Le revenu universel, ou le symbole d'une...Des policiers, en tenue musulmane, arrêtent un...Davos, temple de l'interventionnisme...Les curieuses priorités budgétaires de Najat...Le Christianisme : une idée neuve en Chine,...Entretien avec Philippe BILGER: de la différence...Le nivô d'ortografe du Palet de...L’invasion migratoire nous arrachera à la...La France, ce beau pays aux 40 000 églises