Se connecterS'abonner en ligne

Rue d’Ulm : le monument aux morts vandalisé, Charles Péguy insulté

Référence de l'article : MC6837
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Georges MICHEL,Ancien Colonel,(7 Mai 2018)

 

« Notre pays va mieux », déclarait, hier, Christophe Castaner, bien carré dans son fauteuil, au Figaro. « Mieux », cela ne veut pas dire « bien ». C’est le moins que l’on puisse dire.

Car un pays va-t-il bien lorsque des milices gauchistes ravagent les rues de Paris ? Lorsque, au final, ces exactions trouveront très probablement leur conclusion judiciaire par une poignée de condamnations avec sursis ?
Un pays va-t-il bien lorsque Castaner, ministre de la République, ose renvoyer dos à dos Génération identitaire et Black Blocs, comme l’avait fait, du reste, la veille, son double niçois, Christian Estrosi ? Un pays va-t-il bien lorsque des voyous vandalisent un monument aux morts, en l’occurrence celui de l’École normale supérieure de la rue d’Ulm à Paris ?

En effet, mercredi soir, à l’issue d’un colloque, la prestigieuse école a été occupée par des « bloqueurs » en protestation contre le projet de réforme de l’accès à l’université. Jeudi matin, l’administration et les élèves ont découvert que, non seulement des murs de l’établissement avaient été recouverts de graffitis à la mode de Tolbiac, mais que le monument aux morts, lui aussi, avait été – osons le mot – profané. « À nos morts, tués par votre police », y lit-on.

Bien sûr, il faut espérer que, parmi ces vandales, ne se trouvait aucun élève de l’école. Car les élèves de l’École normale supérieure sont les héritiers des 239 élèves et anciens élèves tombés au champ d’honneur durant la Première Guerre mondiale et dont les noms sont inscrits sur ce monument par ordre de promotion.

Un monument qui fut inauguré en 1923, deux ans avant que l’école ne soit décorée de la croix de guerre avec cette citation :

 « L’École normale supérieure a fourni dans les réserves une brillante phalange de cadres, spécialement instruits pour l’infanterie, qui se sont sacrifiés sans compter et dont la haute valeur intellectuelle et morale, l’esprit d’initiative et de devoir ont collaboré glorieusement aux triomphe de nos armes ».

Plus de la moitié de ces normaliens morts durant la Grande Guerre appartenaient aux promotions entrées entre 1910 et 1914, et plus de la moitié des élèves de ces promotions d’avant-guerre furent tués durant le conflit. C’est donc un lourd tribut que paya cette école comme, du reste, toutes les grandes écoles : Polytechnique, Saint-Cyr, évidemment… Le lourd tribut de ceux qui étaient appelés à devenir l’élite de la nation à l’époque : « Épis murs et blés moissonnés », pour reprendre les mots du poème de Charles Péguy.

Et justement, presque en haut de ce monument, à la neuvième ligne, un nom et une date : « Péguy 1894 ». Né en 1873, Charles Péguy intégra Normale en 1894. Mobilisé en 1914, avec le grade de lieutenant, il est tué d’une balle en plein front, le 5 septembre, près de Villeroy (Seine-et-Marne), à la veille de la bataille de la Marne. Il serait mort en s’exclamant : « Oh mon Dieu, mes enfants ! » Il avait 41 ans mais, pourtant, avait insisté pour ne pas être versé dans la territoriale et servir en première ligne.

En gribouillant le monument aux morts de la rue d’Ulm, c’est en quelque sorte notre mémoire nationale qui est insultée. « Ça ne fait que commencer », pouvait-on lire sur une banderole de ces fameux « bloqueurs ».

On aimerait que cela se termine rapidement. Non, décidément, quoi qu’en dise le satisfait de Forcalquier, notre pays ne va pas mieux.

______________________________________________________________________________
Article reproduit en licence CC BY NC SA avec l'autorisation de l'éditeur :
http://www.bvoltaire.com/monument-aux-morts-de-rue-dulm-vandalise-cest-charles-peguy-quon-insulte/?mc_cid=e5a3367a71&mc_eid=e4617e9091
 
(Mis en ligne le 7 Mai 2018)

 

Articles similaires
Les retraites : une tragi-comédie en 5 actes...Pologne, 1er septembre 1939 : encore une fake...15 Août 2019 : une date-anniversaire bientôt...Napoléon n’est pas mort à Sainte-Hélène…Peut-on résumer la civilisation occidentale en...Statue du général de Gaulle renversée : surtout,...Il y a 100 ans : le défilé du 14 juillet 1919Evolution VISUELLE de la France de Clovis à...Jean-Paul Brighelli : « En 2019, le bac ne...Il y a un siècle, le 28 juin 1919, le traité de...L’islamisme dans les services publics : une...22 Juin 1944 : opération Bagration, l'Armée...Le glissement des démocraties vers le...Appel à la « normalité » : le grand imam de...10 juin 1944 : massacre d’Oradour-sur-Glane, 642...Commémorations : trop de marchands du temple,...Faut-il supprimer l'ENA et les grands corps...Michel Serres : adishatz !Prière islamique aux Invalides : la destruction...Commentaires sur le livre "Délinquance et...Sibeth Ndiaye : matinée pyjama à l’Élysée, ou...Marlène Schiappa à Nick Conrad : "Va, je ne...Les deux France : celle du sacrifice… et celle du...Foulards autorisés, jupettes interdites : le...Léonard de Vinci, l'un des derniers...10 avril : l’Equateur reçoit 10,2 milliards$. 11...Alain Finkielkraut indésirable à Sciences Po :...Evolution de la consommation sur 50 ans : de...L’exploit de Macron : 5 minutes de discours...Les guerres du Sahel, des origines à nos joursDeux poids, deux mesures (suite) : Marlène...Armée et maintien de l’ordre : petit rappel...Le très subtil Erdoğan à l'Australie : «...Tous les débats sont minés par un poison...La reine Rania de Jordanie ne porte pas le voile,...Yvette Roudy, féministe « historique », est...Non, profaner une tombe de croisé n’est pas «...Pays avancés = déclin des heures travailléesRetour en France des djihadistes : il faut...Théroigne de Méricourt, une révolutionnaire...Elysée : départ de Sylvain Fort, aïe, c’était un...Une nouvelle biographie d’Edgar Allan Poe, par...Pacte de Marrakech : l’annonce officielle d’un...Une nouvelle rampe découverte en Egypte relance...Attention, danger : l'UE va sous-traiter la...Des vedettes du show biz traitent les...Mystère : pourquoi l'Elysée a-t-il voulu...Manu, Bibi, Doudou et le Bololo28 Juin 1914 : quelques faits historiques peu...Nuit du 10 au 11 novembre 1918 : derniers faits...Flambée du populisme également parmi les Pays...Il FAUT que toutes les cloches de France sonnent...