Se connecterS'abonner en ligne

Pourquoi la guerre est-elle une illusion si séduisante, prête à resservir demain matin

Référence de l'article : MC6032
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Jeffrey TUCKER,Directeur,Foundation for Economic Education (14 Avril 2017)


Aujourd’hui, les États-Unis semblent sur le point de se lancer dans une nouvelle guerre d’importance. Justifiée officiellement au nom des droits de l’homme et par des raisons morales au regard de ce qui se passe en Syrie, cette guerre est envisagée avec la certitude complètement injustifiée qu’elle produira un résultat meilleur que la diplomatie, les échanges commerciaux ou les mises en garde.

LA « GRANDE GUERRE »

Il y a exactement 100 ans aujourd’hui (le 6 avril 1917), les États-Unis entraient dans la « Grande Guerre », la guerre qui devait mettre fin à toutes les guerres, la guerre pour la liberté, l’auto-détermination, la justice, la morale, la vérité, la démocratie ; la guerre contre la monarchie, la tyrannie et l’absolutisme. Tout ceci devait sembler tellement évident aux dirigeants de l’époque ! Rassemblons une frappe militaire puissante, montrons notre détermination, et nous verrons le camp du mal se recroqueviller de terreur. Le Président Woodrow Wilson en était si profondément convaincu qu’il n’hésitait pas à brutaliser et emprisonner tous ceux qui n’étaient pas d’accord avec lui.

Et pourtant, à cette époque, la marche en avant de la liberté s’acheva ce jour-là. La guerre en décida ainsi. Pendant cette période de quelques années, les États-Unis ont mis en place un impôt sur le revenu, ainsi que des interventions structurelles dans la législation du travail, la protection sociale, le droit de la famille, la réglementation des affaires, les lois antitrust et dans bien d’autres domaines. Encore plus significatif, il y a maintenant la Fed (banque centrale des États-Unis). Il est peu probable que les États-Unis y auraient seulement songé, si ce n’était pour créer la Réserve fédérale qui fournissait une nouvelle garantie aux obligations d’État.

On entrait dans un régime nouveau, écrit pour des temps nouveaux et doté de rouages inédits permettant de contrôler la population et de faire advenir certains résultats politiques précis. Les élites de cette génération étaient devenues ouvertement hostiles à toute notion de Constitution ou d’économie de marché, et à toute forme de libéralisme en général. Les temps nouveaux voulaient que la science et la grandeur soient les alliés de la politique et du pouvoir. La guerre devint le test ultime de cette nouvelle façon de penser.

Les résultats furent catastrophiques, pas seulement pour la génération d’alors, mais pour toutes les générations futures. Il est stupéfiant de réaliser combien les conséquences furent radicales. Plus de 17 millions de personnes perdirent la vie, la plupart de maladie. La superbe paix européenne était brisée et ne s’en remettrait pas avant de nombreuses années.

Voici comment Michael Kazin explique les résultats stupéfiants de la « Grande Guerre » :
 
« Comment la guerre se serait-elle terminée si les États-Unis n’étaient pas intervenus ? Le carnage aurait pu continuer pendant un an ou deux, jusqu’à ce que les citoyens des nations belligérantes, déjà enclins à protester contre les sacrifices sans fin demandés, obligent leurs dirigeants à trouver un accord. Si les Alliés, France et Royaume-Uni en tête, n’avaient pas obtenu une victoire totale, il n’y aurait pas eu de traité de paix punitif comme celui qui fut signé à Versailles, pas d’Allemands plein d’amertume criant au coup de poignard dans le dos, et par conséquent, pas de montée – et donc pas de triomphe – d’Hitler et des Nazis. La guerre mondiale suivante et son cortège de 50 millions de morts n’aurait sans doute pas eu lieu ».
 
La guerre détruisit aussi les anciens systèmes moraux pour les remplacer par d’autres selon lesquels les États n’avaient pas besoin de se soumettre au sens habituel du bien et du mal. Les gouvernements se moquaient pas mal de la vie humaine et de la propriété ; pourquoi quiconque le ferait ? À l’issue d’une telle période, il ne fut guère étonnant de voir apparaître une expression accrue de désespoir dans la peinture, la musique et l’architecture. Les lumières de la civilisation n’étaient pas complètement éteintes, mais elles avaient été considérablement estompées.

Il est facile de scander : « À bas la guerre, à bas l’impérialisme, stop aux massacres d’innocents à l’étranger ! ». Ce sont d’ailleurs de magnifiques sentiments. Mais le monde réel des conflits extérieurs nous propose rarement des choix simples et parfaits entre la guerre et la paix. Il s’agit plus souvent de savoir si une intervention dans une guerre en cours permettra de réduire ou au contraire intensifiera un problème qui existe déjà.

LA GUERRE EN AFGHANISTAN ET EN IRAK

Les États-Unis prétendent souvent qu’ils entrent en guerre pour éviter un conflit encore plus sévère ou pour punir un agresseur afin d’éviter une guerre future. C’est précisément ici que les choses deviennent moralement confuses. C’était pour soutenir les « combattants de la liberté » et libérer le pays de l’oppression soviétique que les USA sont intervenus en Afghanistan dans les années 1980. Pour s’apercevoir quelques années plus tard que le groupe qu’ils soutenaient était devenu peu à peu les Talibans, puis Al Qaida, puis finalement l’État islamique. On s’effraie de constater que bon nombre des armes utilisées aujourd’hui par les terroristes furent payées à l’origine par le contribuable américain.

C’était pour « punir une agression » que les États-Unis s’engagèrent une première fois en Irak il y a un quart de siècle. Et ce fut pour essayer de découvrir des armes de destruction massive inexistantes qu’ils attaquèrent ce pays une seconde fois en 2003, avec les conséquences catastrophiques que l’on sait pour l’Amérique et tout le Moyen-Orient. Pour l’Europe aussi, avec la crise des migrants et son rôle dans la montée des autoritarismes dans la vie politique. Dans le cas de la Libye, les États-Unis ont procédé à des frappes aériennes afin de renverser un dictateur de la pire espèce, mais au lieu de restaurer la liberté, ils facilitèrent indirectement la constitution d’une armée terroriste qui continue à semer la terreur en Afrique et dans le monde entier.

Et nous voilà maintenant face à l’inextricable question syrienne qui plonge tous les jours les populations dans la souffrance. Il semble pratiquement impossible de s’y faire une idée précise des intentions politiques des multiples acteurs, et encore plus difficile de savoir lequel d’entre eux devrait triompher afin d’apporter le meilleur espoir de paix. Depuis le temps, nous devrions savoir qu’il ne suffit pas de bombarder un régime pour le faire tomber. Il est parfaitement irresponsable de ne pas se demander : et après, que se passe-t-il ?

DES INTERVENTIONS MILITAIRES POUR QUEL RÉSULTAT ?

L’histoire des cent dernières années nous apprend au moins une chose : les interventions extérieures des États-Unis causent plus probablement des dégâts qu’elles n’apportent une paix durable, la grande exception étant bien sûr l’intervention alliée pour stopper la machine de guerre nazie. Mais même cette exception appelle quelques remarques restrictives. Pourquoi les États-Unis ont-ils fermé leurs frontières à l’immigration juive après 1924, et combien de vies auraient pu être sauvées s’ils avaient accepté d’être une terre d’asile pour tous ceux qui fuyaient l’Europe dans les années 1930 ? Et pourquoi, à la fin de la guerre, les États-Unis ont-ils accepté de voir s’imposer une nouvelle tyrannie soviétique sur les pays qui venaient d’être libérés ?

Si l’effort de guerre réalisé alors déboucha sur un succès, ces questions brûlantes restent posées. Mais si nous voulons vraiment tirer la leçon des 100 dernières années, nous devons nous enfoncer ça dans le crâne : un gouvernement est incapable de contrôler les résultats de ses interventions militaires. Et pourtant, on continue dans cette voie, en espérant contre toute attente obtenir de meilleurs résultats.

Aujourd’hui, on ne peut repenser à la « Grande Guerre » sans se demander : mais à quoi pensaient nos aînés ? Comment ont-ils pu être si aveugles à propos des effets de la guerre totale ? Pourquoi n’ont-ils pas plus réfléchi à la possibilité de générer un enfer incontrôlable ? Nous devons au minimum nous poser les mêmes questions à propos de toutes les propositions d’intervention en Syrie aujourd’hui, alors que l’on sait que la situation politique y est effroyablement complexe, que les mensonges prévalent sur la vérité et que les perspectives d’un retour de flamme imprévu sont hautement probables.

Les bonnes intentions ne seront jamais suffisantes pour justifier l’intervention des gouvernements dans quoi que ce soit. Ceci est particulièrement vrai de la guerre, qui n’est jamais que le programme politique le plus minable, le plus mortel et le plus destructeur jamais imaginé par un gouvernement. Et pourtant, nous continuons à le pratiquer, en espérant que les bombes, les destructions massives, la violence légale, le « choc et la stupeur » fonctionneront, malgré toutes les indications contraires. Nous pensons que la guerre nous donne un moyen de bien faire, mais cela pourrait bien n’être qu’une nouvelle illusion séduisante comme ce fut le cas il y a tout juste un siècle.
________________________
Traduction par Nathalie MP pour Contrepoints de Why is war such an alluring illusion.

_____________________________________________________________________________
Article reproduit avec l'autorisation de l'éditeur :
https://www.contrepoints.org/2017/04/10/286499-guerre-illusion-seduisante
 
(Mis en ligne le 14 Avril 2017)

 
 
Articles similaires
Comment l’apprentissage de la lecture transforme...Bombardement historique du marché de l'ArtLa politique éducative vue par le nouveau...18 Juin 1917 : grand défilé patriotique aux...Qu' y a-t-il derrière la nouvelle industrie...Une française obtient le "prix Nobel...8 Juin : c'était la journée d'hommage...Michel Onfray, tel un La Bruyère, touche et fait...Manchester : "Ils ont oublié que...L'école de demain, selon le nouveau ministre...« Et en même temps » : une pensée macronnienne de...La déclaration Schuman, ou le complot du 9 Mai...7 mai 1917 : après le carnage d'avril, les...Le triangle d'incompatibilité de la...L'étourdissante vitesse de fabrication de...La France n°2 mondial en mathématiques, grâce aux...Ce que l'Histoire de nos peurs nous apprend...« 500 ans de Réforme », ou quand les élites...Emmanuel Macron et la « décomposition française »...Le petit Macron illustré : le Peuple, l'Art,...Radicalisation : déjà 16 000 inscrits au récent...L'assassinat judiciaire, ou la version...Terrorisme : la nième bourde de François Hollande..."La France n'a pas colonisé...B.Lugan envoie en RAR son livre sur...Le revenu universel, ou le symbole d'une...Des policiers, en tenue musulmane, arrêtent un...Davos, temple de l'interventionnisme...Les curieuses priorités budgétaires de Najat...Le Christianisme : une idée neuve en Chine,...Entretien avec Philippe BILGER: de la différence...Le nivô d'ortografe du Palet de...L’invasion migratoire nous arrachera à la...La France, ce beau pays aux 40 000 églisesUne théologienne allemande propose d’instaurer le...Frédéric BASTIAT, de A à Z, ou 3 700 pages de bon...On peut être fiers de « Nos ancêtres les Gaulois...Mais qui est vraiment Florian Philippot ?Adam Smith: libéral d'une main (invisible),...7 erreurs d'interprétation concernant le...Non, le capitalisme n'est pas immoral en...Islam de France : lorsque deux normes s’opposent,...Kant précurseur de l'Etat providence ?...La Boétie: son discours sur la servitude...A quoi servent les héros ?Terrorisme: ce qui nous surprend dépend de qui...Sommes-nous les derniers survivants de...Hommage au grand futurologue Alvin TOFFLER...Francis Fukuyama : le début de l'Histoire28 Juin 1914 : des détails peu connus sur...Aucun lien entre pauvreté, origine sociale et...Hommage à l’astrophysicien André BRAHIC