Se connecterS'abonner en ligne

Paul Bocuse :" 3 étoiles. 3 pontages.3 femmes. "

Référence de l'article : MC6604
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Henri SAINT-AMAND,Consultant,(22 Janvier 2018)


Disparu le 20 janvier à l’âge de 91 ans, le chef Paul Bocuse a eu une vie bien remplie que l’on peut résumer en quelques mots : une guerre, trois étoiles, trois femmes et une légende. En quelque sorte, il avait le feu sacré comme l’indique la biographie écrite par Ève-Marie Zizza-Lalu.

L’aspect le moins connu de la vie du grand cuisinier que fut Paul Bocuse est, sans aucun doute, son engagement, à 17 ans, dans la 1re division française libre (DFL), alors commandée par le général Diego Brosset (1898-1944). Il intègre le bataillon de marche n° 24. Même si la 1re DFL est renommée 1re division motorisée d’infanterie, Bocuse et ses compagnons continuent de l’appeler 1re DFL. Il donne le coup de feu en Italie avant de rejoindre l’est de la France. Lors de la bataille d’Alsace (novembre 1944-avril 1945), il est blessé dans les Vosges. Une balle allemande le touche en pleine poitrine, à quelques centimètres seulement du cœur. Il est évacué à l’arrière, soigné par des militaires américains. Ceux-ci lui transfusent le sang d’un GI pour qu’il se rétablisse. Pour sceller cette amitié qui ne se démentira jamais, les soldats américains lui tatouent sur l’épaule gauche un coq gaulois. Est-ce pour cela qu’il aimait cuisiner la poularde de Bresse ? Démobilisé, il reçoit la croix de guerre 1939-1945. Il n’a que 19 ans.

La suite est plus connue : il fait ses gammes chez Eugénie Brazier (1895-1977) puis chez Lucas Carton, où il se lie d’amitié avec les frères Pierre et Jean Troisgros. Tous les trois se retrouvent à la Pyramide, chez Fernand Point (1897-1955) à Vienne. Il rentre à Collonges-au-Mont-d’Or, où il gagne sa première étoile en 1961, la seconde en 1962 et la troisième en 1965. Il devient une icône de la gastronomie française et mondiale, le pape de la cuisine, un orfèvre du goût. Il rentre dans la légende, la chaleur des fourneaux lui servant de viatique.

Côté vie privée, sa vie est aussi rythmée par le chiffre 3. En 2005, au sortir d’une lourde opération chirurgicale, il dévoilait un pan de son intimité et révélait un secret très personnel : « J’ai trois étoiles. J’ai eu trois pontages. Et j’ai toujours trois femmes. » Il y a Raymonde, qu’il épouse en 1946 et qui lui donne une fille, Françoise, née en 1947. Sa maîtresse, Raymone, directrice de clinique, lui donne un fils, Jérôme, en 1969, devenu lui-même cuisinier. Sa troisième femme, rencontrée alors qu’il est toujours avec les deux autres, s’appelle Patricia. Il la rencontre en 1971. C’est sa fille, Ève-Marie, qui écrit la biographie de son « beau-père ». Il lui confie : « Si je calcule le nombre d’années où j’ai été fidèle aux trois femmes qui ont compté dans ma vie, j’arrive à 135 ans de vie commune ».

Oui, décidément, Paul Bocuse, incarnation de la joie de vivre à la mode française, avait vraiment le feu sacré. Il l’a emporté dans son paradis étoilé. Pour l’éternité.

___________________________________________________________________________
Article reproduit en licence CC BY NC SA avec l'autorisation de l'éditeur :
http://www.bvoltaire.com/paul-bocuse-feu-sacre/?mc_cid=89b1249125&mc_eid=e4617e9091 

(Mis en ligne le 22 Janvier 2018)
 

Articles similaires
Le bilan de la première année d'Emmanuel...Edouard Philippe regrette de ne pas avoir connu...John Maynard Keynes et le cercle des espions...Cédric Herrou sur RMC : " Faudrait...De la biosphère à la lithosphère : la taphonomie...Ukraine et Donbass : la faillite de l’Union...40 ans déjà : le 19 mai 1978, la Légion saute sur...Le Cardinal Sarah aux 12.000 pèlerins de Chartres...5 mai 1818 : naissance de Marx, un économiste ou...« Rafles » et « Justes » : deux mots à ne pas...Erdogan attaque violemment la France et...En France, comme en URSS, c'est l’État qui...Rue d’Ulm : le monument aux morts vandalisé,...En Bavière, à partir du 1er Juin, une croix sera...De la crétinisation de l'Europe par le...Edwy Plenel ou la détestation viscérale de la...Si Macron demande aux Evêques de s’engager,...Etudiants-diants-diants : feraient mieux de faire...Projet de Loi Immigration : deux suggestions pour...L’État Islamique a perdu son territoire...Identité et Religion dans l'entreprise : le...L’appel de 100 intellectuels contre le «...Hommage à Stephen HawkingMayotte : comprendre comment on en est arrivé...Cérémonie des Oscars : la déconstruction de la...Les "Jeudis de l'Elysée" : bravo...Entretien : "La plante humaine ne peut être...Le nouvel ordre moral démocratiqueLe baccalauréat rend l’âme, après 8 siècles de...Les complices, morts et vivants, du communisme1576-2018 : de La Boétie à l’hacktivisme...Un islam de France ? Le nouveau défi d’Emmanuel...Du rôle de la psychologie et des croyances dans...Droits respectifs des peuples migrants et des...Le 15h17 pour Paris, ne le ratez pas, c'est...Après 950 ans, la tapisserie de Bayeux sera...Les "enfants jetables" : chaque année,...Des "coupeurs de têtes" aux...Liberté d’expression et fake news : 2500 ans de...2018 : le droit à la résistance, tel que défini...La naissance du dieu État en OccidentRATP : la christianophobie va croissantQuand Emmanuel Macron incite les musulmans à...Que penser des vœux qu’a présenté Macron aux «...Enfin un véritable concours de la parole en 2018...Le Posthumanisme, la nouvelle apocalypse?Bref rappel historique de l'évolution de la...Bref rappel historique de l'évolution de la...Du multiculturalisme comme religion politiqueIl faut aller voir l'exposition...La belle histoire de la météorite de Caille,...De l’agnotologie : quels chemins empruntent la...