Se connecterS'abonner en ligne

OUI à la survie de la culture européenne

Référence de l'article : MC6297
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Christian COMBAZ,Ecrivain et journaliste,(3 Septembre 2017)

(Le texte ci-dessous est le troisième et dernier extrait du dernier livre de Christian Combaz « Portrait de Marianne avec un poignard dans le dos » [1])

Il y a vingt ans que je photographie des sculptures, des cariatides, des athlètes, des anges et des jeunes filles éplorées dans les cimetières, sous les balcons, en Italie, en Espagne, en Hongrie, en Slovaquie, en République tchèque, en Pologne.

Partout ces marbres d’image pieuse, ces pieds nus, ces poitrines offertes, ces bustes tordus autour des colonnes témoignent, par leur humanité à la fois implorante et solennelle, de ce que les Européens ont en commun, et de ce qu’ils doivent préserver d’urgence : la culture au sens large, c’est-à-dire le mode de vie, la façon d’être, de regarder, la religion, le prochain, le travail, la science, l’industrie, l’agriculture, les aliments, les animaux, les plaisirs de la vie, l’alcool, la nudité, les femmes, les homosexuels.

Tout cela chez nous a donné la civilisation du Second Empire, le Christianisme social, le capitalisme humaniste, le corps de ballet de l’Opéra de Paris, la musique de Camille Saint-Saëns, la tour Eiffel, mais aussi plus tard Renault, le Concorde, Airbus, Bouygues, Eiffage.

Toute l’Europe a chanté les louanges de notre monde équilibré, où les banques d’affaires étaient régionales, où l’art et l’industrie ont connu un développement parallèle, où il y avait des femmes nues sur les boîtes de biscuits et où l’intelligence fleurissait partout. En voyant une fontaine à Vilnius ou à Florence, on comprend que nous sommes de la même famille, une famille qu’on ne métissera jamais, c’est tout simple, jusqu’à rhabiller Neptune en Adidas comme on le voit à Orlando ou à Las Vegas.







Cliquer sur l'image pour commander

















En comparant le nombre d’écoles d’ingénieurs et d’écoles d’art en Hongrie et en France, on comprend que c’est le même modèle social qui est à l’œuvre, celui que nous voulons, celui pour qui il n’existe pas de sous-hommes, celui dans lequel les femmes et les homosexuels n’ont pas besoin de s’excuser. Celui où tout le monde peut devenir pilote de chasse ou astronaute, celui où les médecins ne sont pas menacés dans les couloirs des hôpitaux parce qu’ils ont ausculté la femme d’un Somalien, celui où l’on respecte les animaux, la nature, la dignité des faibles. Ce modèle-là doit résister à tous les fourriers de l’internationalisme qui essaient en ce moment de nous fourguer le contraire au nom du commerce, dans le moindre village et jusqu’au fond de la Savoie.

Ce n’est pas pour subir cette greffe forcée, ce n’est pas pour être gavés de produits anti-immunitaires que mes ancêtres savoyards ont choisi la France en 1860 par référendum. Le modèle européen défini par les générations précédentes doit (et va) signifier à toutes les sociétés que l’on force à accueillir des migrants (traduisez : de la main-d’œuvre) que l’intégration, pour un nouvel Européen, ne consiste pas à savoir faire la queue au McDonald’s pour demander un Big avec une petite frite.

[1] : Voici les liens vers les deux premiers extraits :
 



______________________________________________________________________
Article reproduit en licence CC BY NC SA avec l'autorisation de l'éditeur :
http://www.bvoltaire.fr/l-europe-statues-regarde-suite-fin/ 
(Mis en ligne le 3 Septembre  2017)
Articles similaires
Attention à l'engrenage de la repentance :...Les maths seront-elles sauvées en France par la...L’écriture inclusive menace la liberté...De la force symbolique du drapeauLa longue histoire du zéro : cinq siècles plus...Le déclin historique de la violence: une thèse...A propos du livre "Le mythe de la...Le Maire de Béziers réagit au départ de Florian...40 ans de fantasmes sur l’extrême-droite pour...Un sous-marin allemand datant de 14-18 découvert...Terrorisme islamiste: ces infiltrés qui ont...A l'échelle de l'évolution du travail,...Les réseaux sociaux ont fait plier LIDL : la...Expédition La Pérouse : qu’est-il arrivé aux...Évolution du travail : non, il n’y a pas de...De la participation de Français à la guerre de...Comment l’apprentissage de la lecture transforme...Bombardement historique du marché de l'ArtLa politique éducative vue par le nouveau...18 Juin 1917 : grand défilé patriotique aux...Qu' y a-t-il derrière la nouvelle industrie...Une française obtient le "prix Nobel...8 Juin : c'était la journée d'hommage...Michel Onfray, tel un La Bruyère, touche et fait...Manchester : "Ils ont oublié que...L'école de demain, selon le nouveau ministre...« Et en même temps » : une pensée macronnienne de...La déclaration Schuman, ou le complot du 9 Mai...7 mai 1917 : après le carnage d'avril, les...Le triangle d'incompatibilité de la...L'étourdissante vitesse de fabrication de...Pourquoi la guerre est-elle une illusion si...La France n°2 mondial en mathématiques, grâce aux...Ce que l'Histoire de nos peurs nous apprend...« 500 ans de Réforme », ou quand les élites...Emmanuel Macron et la « décomposition française »...Le petit Macron illustré : le Peuple, l'Art,...Radicalisation : déjà 16 000 inscrits au récent...L'assassinat judiciaire, ou la version...Terrorisme : la nième bourde de François Hollande..."La France n'a pas colonisé...B.Lugan envoie en RAR son livre sur...Le revenu universel, ou le symbole d'une...Des policiers, en tenue musulmane, arrêtent un...Davos, temple de l'interventionnisme...Les curieuses priorités budgétaires de Najat...Le Christianisme : une idée neuve en Chine,...Entretien avec Philippe BILGER: de la différence...Le nivô d'ortografe du Palet de...L’invasion migratoire nous arrachera à la...La France, ce beau pays aux 40 000 églisesUne théologienne allemande propose d’instaurer le...