Se connecterS'abonner en ligne

Nuit du 10 au 11 novembre 1918 : derniers faits historiques

Référence de l'article : MC7193
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Henri SAINT-AMAND,(11 Novembre 2018)


 

Dans la nuit du 10 au 11 novembre, les pourparlers se poursuivent. Le représentant allemand, Matthias Erzberger, considère qu’il n’a pas encore le pouvoir de signer. Certes, un nouveau gouvernement allemand est officiellement en place, mais Erzberger et ses acolytes ne sont pas désignés comme leurs représentants officiels pour apposer leur signature au bas d’un quelconque document.
 
Ce que ni les Allemands ni les Français ne savent alors, c’est que cette désignation est bien partie de Berlin pour rejoindre le GQG allemand à Spa (Belgique), mais que « les ondes sont encombrées entre Spa et la tour Eiffel 1 ».
 
Une heure plus tard, Erzberger reçoit un câble de Spa : « Votre Excellence est autorisée à signer l’armistice », sous conditions. En effet, le secrétaire d’État doit joindre au procès-verbal la déclaration suivante :
 
« Le gouvernement allemand s’emploiera de toutes ses forces à l’exécution des conditions imposées. Mais les soussignés considèrent qu’il est de leur devoir de signaler que l’exécution de certains points de ces conditions jettera dans la misère la population de la partie de l’Allemagne qui ne doit pas être occupée. Le fait de laisser en place, dans tous les territoires à évacuer, tous les approvisionnements qui étaient destinés à l’entretien des troupes et la limitation des moyens de transport, qui, en raison du maintien du blocus, équivaut à une privation de moyens, rendent impossibles le ravitaillement en vivres et toute organisation de leur répartition. En conséquence, les soussignés demandent que l’on puisse discuter, en vue d’apporter à ces points telles modifications permettant d’assurer le ravitaillement de l’Allemagne […] 2».
 
Pendant ce temps, les combats se poursuivent. Un dernier délai de réflexion est accordé aux Allemands pour qu’ils puissent prendre connaissance d’un long télégramme du maréchal Hindenburg qui vient de leur parvenir. Les discussions vont bon train dans le wagon occupé par la délégation allemande.
Le 11 novembre, de minuit à deux heures du matin, les négociations se poursuivent sur des points d’opposition entre Alliés et Allemands. Erzberger demande notamment que les 50 divisions chargées d’occuper la rive gauche du Rhin soient réduites et que le délai d’évacuation des territoires allemands soit augmenté d’une semaine 3 . Le « président provisoire » de l’Allemagne l’emporte sur ce point et parvient à faire baisser le nombre de mitrailleuses à livrer par l’armée allemande de 30.000 à 20.000 et les avions de 2.000 à 1.700.
 
Les plénipotentiaires ont compris. Ils auront beau vouloir protester, ils vont devoir s’incliner. À 2 h 05, le 11 novembre, Erzberger fait savoir à Foch et Weygand que la délégation allemande est à leur disposition. La rencontre a lieu dix minutes plus tard. Répondant aux ordres de Foch, Weygand lit les 34 articles de l’armistice « qui est discuté et arrêté, article par article 4 ».
 
Parfois, le ton monte entre les Anglais et les Allemands, notamment à propos du blocus. Erzberger s’indigne que les femmes et les enfants allemands souffrent de malnutrition en raison de ce blocus. Ce à quoi l’amiral Wemyss répond : « Souvenez-vous que vous avez coulé nos bateaux sans faire aucune distinction 5. » Cependant, l’Allemagne obtient, in extremis et après une heure d’âpres discussions, que l’Entente 6 ravitaille l’Allemagne pendant la durée de l’armistice.
 
Arrive le dernier article portant le n° XXXIV : « La durée de l’armistice est fixée à trente-six jours, avec faculté de prolongation». Il est 5 h 12 quand tout est terminé. Il reste maintenant à taper un dernier feuillet sur lequel chaque représentant puisse apposer sa signature. Moins de dix minutes plus tard, c’est chose faite. Par convention, l’armistice est signé à 5 h 00, heure française. En réalité, il était 5 h 20.
 


Il ne reste plus qu’à diffuser le message aux unités alliées et ennemies pour un cessez-le-feu à « la 11e heure du 11e jour du 11e mois ». D’ici là, ils sont encore plusieurs milliers, sur tous les fronts, à trouver la mort, dont une centaine de poilus français.
 
Notes:

  1. De Gmeline, Patrick, Le 11 novembre 1918 – Éditions Presse de la Cité, p. 337. 
  2. Ibid. p.338 
  3. Ferro Marc, 11 novembre 1918 – Éditions Perrin page 36. 
  4. Meyer, Jacques, Le 11 novembre, Hachette, 1964, page 55 
  5. Ibid. 
  6. Les Alliés 
____________________________________________________________________________
Article reproduit en licence CC BY NC SA avec l'autorisation de l'éditeur :
http://www.bvoltaire.fr/11-novembre-1918-larmistice-enfin/ 
 
Remarque : cet article est le quatrième et dernier élément d'un "quadruplet" consacré à la préparation matérielle et juridique de l'armistice, "implorée" par les Allemands le 7 Novembre (Conditions, les 34 articles, signataires, etc.). Les trois autres volets peuvent être lus en cliquant sur les liens ci-dessous:

a) Journée du 10 novembre: l'impatience française


http://www.bvoltaire.fr/10-novembre-1918-limpatience-francaise/

b) Journée du 9 novembre  : l'abdication de Guillaume II, empereur d'Allemagne et roi de Prusse, met en péril l'armistice

http://www.bvoltaire.fr/9-novembre-1918-labdication-remet-en-cause-larmistice/

c) Journées des 7 et 8 Novembre : les plénipotentiaires allemands arrivent à La Capelle pour "implorer" l'armistice

http://www.bvoltaire.fr/7-8-novembre-1918-les-plenipotentiaires-allemands-arrivent-a-la-capelle-pour-implorer-larmistice/

(Mis en ligne le 11 Novembre 2018, en l'honneur du centenaire célébré dans toute la France ce jour-là.)

Articles similaires
L’exploit de Macron : 5 minutes de discours...Les guerres du Sahel, des origines à nos joursDeux poids, deux mesures (suite) : Marlène...Armée et maintien de l’ordre : petit rappel...Le très subtil Erdoğan à l'Australie : «...Tous les débats sont minés par un poison...La reine Rania de Jordanie ne porte pas le voile,...Yvette Roudy, féministe « historique », est...Non, profaner une tombe de croisé n’est pas «...Pays avancés = déclin des heures travailléesRetour en France des djihadistes : il faut...Théroigne de Méricourt, une révolutionnaire...Elysée : départ de Sylvain Fort, aïe, c’était un...Une nouvelle biographie d’Edgar Allan Poe, par...Pacte de Marrakech : l’annonce officielle d’un...Une nouvelle rampe découverte en Egypte relance...Attention, danger : l'UE va sous-traiter la...Des vedettes du show biz traitent les...Mystère : pourquoi l'Elysée a-t-il voulu...Manu, Bibi, Doudou et le Bololo28 Juin 1914 : quelques faits historiques peu...Flambée du populisme également parmi les Pays...Il FAUT que toutes les cloches de France sonnent...Algérie : marteau contre seins nusFortes menaces sur l'X, ou la...Erevan : Macron fait nommer une anglophone à la...« Comme l’Empire romain, notre pays n’a plus...Le mystère des 3 livres empoisonnés à...Virgile : un assassinat maquillé en...L’Institut Coppet réédite les classiques du...Maths : au sujet des différences entre Prix...Affaire Redouane Faïd : Béatrice Dalle, 37,2 de...Enseignement professionnel : et si on s’inspirait...Souad Ayada révise, avec beaucoup de bon sens,...Très Saint-Père : le « croissez, multipliez-vous...Manu pas content : un torrent d'injures...Carl Menger, l'un des 3 pères spirituels de...Le bilan de la première année d'Emmanuel...Edouard Philippe regrette de ne pas avoir connu...John Maynard Keynes et le cercle des espions...Cédric Herrou sur RMC : " Faudrait...De la biosphère à la lithosphère : la taphonomie...Ukraine et Donbass : la faillite de l’Union...40 ans déjà : le 19 mai 1978, la Légion saute sur...Le Cardinal Sarah aux 12.000 pèlerins de Chartres...5 mai 1818 : naissance de Marx, un économiste ou...« Rafles » et « Justes » : deux mots à ne pas...Erdogan attaque violemment la France et...En France, comme en URSS, c'est l’État qui...Rue d’Ulm : le monument aux morts vandalisé,...En Bavière, à partir du 1er Juin, une croix sera...De la crétinisation de l'Europe par le...