Se connecterS'abonner en ligne

Non, profaner une tombe de croisé n’est pas « cocasse », n'en déplaise à certains

Référence de l'article : MC7394
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Yves Marie ADELINE,(2 Mars 2019)


 

Quand une tombe est chrétienne, sa profanation est « cocasse », selon Le Parisien du 26 février. Imaginons un seul instant qu’elle ait appartenu à une autre religion… Mais ce n’est pas le sujet.
 
La tombe en question, profanée récemment en Irlande avec d’autres, est celle d’un « croisé » du XIIe siècle. Cette appellation de « croisé » est une invention des historiens modernes ; jamais, à l’époque, personne ne s’est donné ce nom. Il faut donc rappeler ici quelques vérités historiques.
 
Quand les Arabes prirent Jérusalem au VIIe siècle, ils autorisèrent les chrétiens à continuer de se rendre au Saint-Sépulcre, le tombeau vide de Jésus. Mais en 1071, les Turcs seldjoukides, nouveaux maîtres de la ville, interdirent la poursuite de cette dévotion, et leur remplacement en 1098 par les Fatimides n’y changera rien.

Pendant plus de vingt ans, l’opinion en Occident – alors en pleine expansion démographique et économique – s’embrasa au point qu’en 1095, répondant au fameux appel du pape Urbain II, 40.000 hommes, femmes et enfants, la plupart non-combattants, s’ébranlèrent à la suite du moine Pierre l’ermite pour forcer le passage. Soucieux ne pas alarmer les pays chrétiens qu’ils devaient traverser, ils se cousirent une croix sur leurs vêtements. Ils furent anéantis l’année suivante en Anatolie, et les Turcs érigèrent une pyramide avec leurs têtes. Voilà la véritable « première croisade », et non pas celle des hauts seigneurs qui a immédiatement suivi, à laquelle les historiens fantaisistes du XIXe siècle attribuent ce numéro. En tout cas, personne à l’époque ne parlait de « croisade », mais de « pèlerinage », ou du « voyage ».

Il n’était pas question, à l’origine, de conquérir les lieux, mais d’ouvrir le passage : c’était un pèlerinage armé. Cependant, une fois la ville prise en 1099, quoi faire ? Retourner en Occident, c’était laisser les oppresseurs revenir… Et durant deux siècles, les Francs de Terre Sainte, menacés d’être submergés, appelleront leurs frères à la rescousse : c’est la cause des « croisades » suivantes. La chute de Saint-Jean d’Acre en 1291 sera une défaite en apparence, mais l’essentiel sera acquis : le droit pour les chrétiens de venir se recueillir au Saint-Sépulcre.

Imaginons aujourd’hui que l’armée américaine ferme la route de La Mecque aux musulmans : une guerre mondiale s’ensuivrait. Certes, comparaison n’est pas raison : un pèlerinage n’est pas un devoir chez les chrétiens, tandis que le hadj est un des cinq piliers de l’islam. Il n’empêche que cette comparaison est plus proche de la vérité que les billevesées que les ennemis de l’Eglise racontent sur nos prétendues « guerres saintes » de conquête.

_____________________________________________________________________________
Article reproduit en licence CC BY NC SA avec l'autorisation de l'éditeur :
http://www.bvoltaire.fr/non-profaner-une-tombe-de-croise-nest-pas-cocasse/ 
 
(Mis en ligne le 2 Mars  2019)
 

Articles similaires
Tous les débats sont minés par un poison...La reine Rania de Jordanie ne porte pas le voile,...Yvette Roudy, féministe « historique », est...Pays avancés = déclin des heures travailléesRetour en France des djihadistes : il faut...Théroigne de Méricourt, une révolutionnaire...Elysée : départ de Sylvain Fort, aïe, c’était un...Une nouvelle biographie d’Edgar Allan Poe, par...Pacte de Marrakech : l’annonce officielle d’un...Une nouvelle rampe découverte en Egypte relance...Attention, danger : l'UE va sous-traiter la...Des vedettes du show biz traitent les...Mystère : pourquoi l'Elysée a-t-il voulu...Manu, Bibi, Doudou et le Bololo28 Juin 1914 : quelques faits historiques peu...Nuit du 10 au 11 novembre 1918 : derniers faits...Flambée du populisme également parmi les Pays...Il FAUT que toutes les cloches de France sonnent...Algérie : marteau contre seins nusFortes menaces sur l'X, ou la...Erevan : Macron fait nommer une anglophone à la...« Comme l’Empire romain, notre pays n’a plus...Le mystère des 3 livres empoisonnés à...Virgile : un assassinat maquillé en...L’Institut Coppet réédite les classiques du...Maths : au sujet des différences entre Prix...Affaire Redouane Faïd : Béatrice Dalle, 37,2 de...Enseignement professionnel : et si on s’inspirait...Souad Ayada révise, avec beaucoup de bon sens,...Très Saint-Père : le « croissez, multipliez-vous...Manu pas content : un torrent d'injures...Carl Menger, l'un des 3 pères spirituels de...Le bilan de la première année d'Emmanuel...Edouard Philippe regrette de ne pas avoir connu...John Maynard Keynes et le cercle des espions...Cédric Herrou sur RMC : " Faudrait...De la biosphère à la lithosphère : la taphonomie...Ukraine et Donbass : la faillite de l’Union...40 ans déjà : le 19 mai 1978, la Légion saute sur...Le Cardinal Sarah aux 12.000 pèlerins de Chartres...5 mai 1818 : naissance de Marx, un économiste ou...« Rafles » et « Justes » : deux mots à ne pas...Erdogan attaque violemment la France et...En France, comme en URSS, c'est l’État qui...Rue d’Ulm : le monument aux morts vandalisé,...En Bavière, à partir du 1er Juin, une croix sera...De la crétinisation de l'Europe par le...Edwy Plenel ou la détestation viscérale de la...Si Macron demande aux Evêques de s’engager,...Etudiants-diants-diants : feraient mieux de faire...Projet de Loi Immigration : deux suggestions pour...L’État Islamique a perdu son territoire...