Se connecterS'abonner en ligne

L’Institut Coppet réédite les classiques du libéralisme, notamment ceux de l'école autrichienne

Référence de l'article : MC7053
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
Entretien avec Benoit MALBRANQUE, Président de l'Institut COPPET,(10 Septembre 2018)

 

Contrepoints – L’Institut Coppet va proposer de nouvelles traductions de certains classiques du libéralisme : qui avez-vous choisi de traduire en priorité ? Pourquoi ?
 
Benoît Malbranque – Notre intention initiale est de rendre enfin disponibles les grands classiques autrichiens qui, pour certains, sont épuisés, pour d’autres sont restés inédits. Selon nous, l’école autrichienne apporte les meilleures armes pour combattre les échecs que continuent à faire l’étatisme et le socialisme.

Nous avons présenté notre projet à ceux qui ont traduit certains de ces livres, comme Raoul Audouin (Action humaine de Mises, et plusieurs livres de Hayek) et nous allons pouvoir republier leurs traductions depuis longtemps épuisées.
 
Quant aux traductions inédites, Rothbard est particulièrement concerné, car son œuvre — monumentale — est presque entièrement inédite en français. Je pense entre autres à L’anatomie de l’État (traduit en une dizaine de langues mais jamais publié en France), ou à son Manifeste libertarien (For a New Liberty), un classique resté inédit en français.

Les traductions et les commentaires seront complètement inédits ? Qui fera partie de l’équipe ?

Même si nous voulons publier pour deux tiers des traductions épuisées, et pour un tiers des traductions complètement inédites, tous les volumes disposeront d’un appareil éditorial inédit. Il est très important, en particulier, de contextualiser l’œuvre et l’auteur pour les rendre compréhensibles. Il s’agit de produire une collection autrichienne pour le XXIe siècle. Et cela s’illustre aussi dans le choix de diffusion : les versions numériques des livres seront gratuites, et l’édition papier sera en petit format, pratique, lisible et à bon marché.

Pour mettre en œuvre ce projet, tout d’abord, nous avons la chance de travailler main dans la main avec le Mises Institute. Son soutien est très important dans ce projet car nous manquons, en France, d’une structure de référence pour l’École autrichienne.
Ensuite, nous avons fait appel à une série de traducteurs expérimentés, parfaitement rodés à l’exercice et à ces auteurs en particulier. On peut citer notamment Gérard Dréan, traducteur de Mises pour les éditions Les Belles Lettres.

Comment expliquez-vous que le libéralisme, et en particulier l’école autrichienne d’économie, soit si mal connu en France ?
 
Beaucoup a été fait autour des années 1980 et avec succès. Il faut saluer le travail de nos prédécesseurs. Mais, après cette époque, il n’y a plus eu de structure au sein de laquelle développer l’école autrichienne, publier ses classiques, promouvoir ses idées.

Aujourd’hui, les libéraux en sont réduits à attendre que les Belles Lettres, les Presses Universitaires de France ou autres daignent s’intéresser à l’école autrichienne. Mais pour ces éditeurs, l’école autrichienne n’est pas une priorité.

L’Institut Coppet a désormais la taille et l’expérience suffisantes pour assumer un grand projet de collection autrichienne. Et notre projet est ambitieux, puisque nous souhaitons publier un nouveau classique autrichien chaque mois.

Puisque mettre en œuvre ce projet nécessite des ressources importantes (un peu plus de 2000 € en moyenne par livre publié, soit 50 000 € sur un horizon de 2 ans et 24 parutions), nous faisons appel à la générosité de donateurs particuliers.

Pour en savoir plus, rendez-vous à l’adresse suivante : https://www.institutcoppet.org/bibliotheque-autrichienne/

_____________________________________________________________________________
Article reproduit avec l'autorisation de l'éditeur :
https://www.contrepoints.org/2018/09/07/324466-linstitut-coppet-reedite-les-classiques-du-liberalisme 
 
(Mis en ligne le 10 Septembre 2018)

 

Articles similaires
Les retraites : une tragi-comédie en 5 actes...Pologne, 1er septembre 1939 : encore une fake...15 Août 2019 : une date-anniversaire bientôt...Napoléon n’est pas mort à Sainte-Hélène…Peut-on résumer la civilisation occidentale en...Statue du général de Gaulle renversée : surtout,...Il y a 100 ans : le défilé du 14 juillet 1919Evolution VISUELLE de la France de Clovis à...Jean-Paul Brighelli : « En 2019, le bac ne...Il y a un siècle, le 28 juin 1919, le traité de...L’islamisme dans les services publics : une...22 Juin 1944 : opération Bagration, l'Armée...Le glissement des démocraties vers le...Appel à la « normalité » : le grand imam de...10 juin 1944 : massacre d’Oradour-sur-Glane, 642...Commémorations : trop de marchands du temple,...Faut-il supprimer l'ENA et les grands corps...Michel Serres : adishatz !Prière islamique aux Invalides : la destruction...Commentaires sur le livre "Délinquance et...Sibeth Ndiaye : matinée pyjama à l’Élysée, ou...Marlène Schiappa à Nick Conrad : "Va, je ne...Les deux France : celle du sacrifice… et celle du...Foulards autorisés, jupettes interdites : le...Léonard de Vinci, l'un des derniers...10 avril : l’Equateur reçoit 10,2 milliards$. 11...Alain Finkielkraut indésirable à Sciences Po :...Evolution de la consommation sur 50 ans : de...L’exploit de Macron : 5 minutes de discours...Les guerres du Sahel, des origines à nos joursDeux poids, deux mesures (suite) : Marlène...Armée et maintien de l’ordre : petit rappel...Le très subtil Erdoğan à l'Australie : «...Tous les débats sont minés par un poison...La reine Rania de Jordanie ne porte pas le voile,...Yvette Roudy, féministe « historique », est...Non, profaner une tombe de croisé n’est pas «...Pays avancés = déclin des heures travailléesRetour en France des djihadistes : il faut...Théroigne de Méricourt, une révolutionnaire...Elysée : départ de Sylvain Fort, aïe, c’était un...Une nouvelle biographie d’Edgar Allan Poe, par...Pacte de Marrakech : l’annonce officielle d’un...Une nouvelle rampe découverte en Egypte relance...Attention, danger : l'UE va sous-traiter la...Des vedettes du show biz traitent les...Mystère : pourquoi l'Elysée a-t-il voulu...Manu, Bibi, Doudou et le Bololo28 Juin 1914 : quelques faits historiques peu...Nuit du 10 au 11 novembre 1918 : derniers faits...Flambée du populisme également parmi les Pays...Il FAUT que toutes les cloches de France sonnent...