Se connecterS'abonner en ligne

L’échange économique est la SOURCE de la prospérité

Référence de l'article : MC3918
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Vladimir VODAREVSKI,(19 septembre 2014),

Qu’enseignent économistes classiques, néoclassiques et autrichiens sur l’échange ? À la suite d’Adam Smith s’est développé le courant économique dit classique. Puis, vers 1870, sont apparus les courants néoclassique et autrichien. Les néoclassiques se distinguent des classiques par la méthode. Ils sont à l’origine de la première mathématisation de la théorie économique. Mais tout en gardant des points communs avec les classiques, d’où le nom de courant néoclassique. Le courant autrichien, lui, continue d’étudier l’économie comme une science humaine, comme les classiques. Jorg Guido Hulsmann considère que le courant autrichien se place dans la continuité du courant classique, tandis que Jesus Huerta de Soto insiste sur les différences entre les deux écoles.

 

Ces trois courants, malgré des différences théoriques et de méthodes, ont en commun de répondre de la même façon à la question de base : d’où provient la prospérité ? La réponse : l’échange, librement consenti.

Chacun des courants a ses théories, du capital, du travail, etc. Mais tout aboutit à l’échange. Des moyens sont mis en œuvre, du capital et du travail par exemple, pour produire quelque chose, produit ou service, qui a pour finalité d’être échangé. Et c’est ce qu’il faut retenir pour comprendre les débats en économie. À tel point que le courant autrichien nomme l’économie catallaxie, la science des échanges.

Mais, surtout, ce qui justifie de se focaliser sur l’échange, et non de développer en long et en large les théories de Smith et Ricardo par exemple, comme cela est fait la plupart du temps, c’est que c’est sur ce point que se concentreront les critiques et les débats en économie. Et encore aujourd’hui. Ce qui montre bien que c’est là le point essentiel de ces trois courants. Plus précisément, les critiques porteront sur ce que les Anglais nomment la loi de Say.

La loi de Say

Adam Smith a d’abord constaté que la division du travail permettait d’être plus efficace. Chacun se spécialisant dans ce qu’il sait le mieux faire. La spécialisation implique par ailleurs l’échange. Il a également constaté que quand on laissait les gens échanger, sans intervention de l’État, l’économie fonctionnait bien, comme si elle était dirigée par une main invisible. Cette expression est souvent répétée et mal comprise. Selon Corentin de Salle, dans le tome 2 de La Tradition de la Liberté, Smith ne l’emploie que très peu. Elle ne signifie pas qu’il n’y a pas de règles à respecter. Elle signifie qu’il faut laisser les gens produire et échanger.

C’est ce que les britanniques ont nommé la loi de Say, qui établit le rôle central de l’échange. Cette loi de Say tient son appellation du chapitre « Des Débouchés » du Traité d’économie politique de l’économiste français Jean-Baptiste Say.

Celui-ci a écrit et réécrit son traité durant la première moitié du 19ème siècle. Dans le chapitre « Des Débouchés », il a constaté que les produits s’échangeaient contre des produits. L’idée étant que ce n’est pas la monnaie qui est le moteur de l’économie. Quand ils font de mauvaises affaires, les marchands disent que l’argent manque. Or, Say souligne que ce qui manque, ce sont des produits à échanger. La monnaie n’est qu’un intermédiaire. Chacun produit, et met ses produits, ou ses services, car Say, précurseur, parlait aussi des services, sur le marché. L’abondance de produits offre des occasions d’échanges, chacun échangeant ce qu’il a produit contre ce dont il a besoin, ou ce qu’il désire tout simplement. Say en veut pour preuve que les endroits les plus prospères sont ceux où sont rassemblés le plus de producteurs, comme les villes.

James Mill, à la même époque, écrit que les marchandises s’échangent contre des marchandises. Cette idée s’impose donc en économie que ce sont des produits qui s’échangent, par l’intermédiaire de la monnaie. Et que la monnaie n’est qu’un intermédiaire. Et, aussi, que stimuler l’économie par injection de monnaie n’est d’aucune utilité.

Cette idée que ce sont des produits qui s’échangent prend le nom de loi de Say chez les économistes anglais au 19ème siècle. Même si Say n’a pas énoncé une loi, ses propos étant écrits dans le chapitre « Des débouchés » de son traité, d’où l’appellation française de loi des débouchés. En fait, ce qui est appelée loi de Say par les Anglais résulte d’un débat sur la possibilité d’une surproduction générale, tout au long du 19ème siècle, en Angleterre. La question était de savoir s’il était possible que se produise une surproduction généralisée. Et donc, s’il était nécessaire de stimuler les ventes. C’est l’idée que c’est l’échange qui crée l’activité qui s’est imposée.

Il est bien difficile, selon Steven Kates, auteur de l’ouvrage Say’s law and the keynesian revolution, de distinguer les apports de Say et de Mill dans la loi de Say. L’appellation montre le prestige de l’économiste français. Ce débat montre aussi le rôle central de l’idée que l’échange est le moteur de l’économie.

Illustration de la loi de Say


Nous sommes habitués à penser que l’activité provient de la monnaie. Par ailleurs, l’idée que les produits s’échangent contre des produits fait penser à du troc, ce qui paraît irréaliste. Voici donc un exemple que j’ai coutume de donner pour expliquer la loi de Say.

Pour schématiser le fonctionnement de l’économie, imaginons un échange entre trois personnages, A, B, et C. Le personnage A, Madame Alphonsine, par exemple, rend un service au personnage B, Madame Berthe. En échange, Madame Berthe signe une déclaration de dette à Madame Alphonsine : moi soussignée Madame Berthe doit un service à Madame Alphonsine.

Madame Alphonsine, qui a besoin d’un service, fait appel au personnage C, Madame Colette. En échange, Madame Alphonsine remet à Madame Colette la reconnaissance de dette de Madame Berthe. Nous sommes dans une communauté où tous se font confiance. Madame Alphonsine ne doit donc rien à madame Colette.

Enfin, Madame Colette a besoin d’un service que peut lui rendre madame Berthe. Elle va donc voir celle-ci, qui lui rend ce service. En échange, madame Colette lui remet sa propre reconnaissance de dette. Reconnaissance de dette qui donc est annulée.

Il y a donc eu production, puisque trois services ont été réalisés. Il y a eu échange, il y a eu paiement. Au final, il n’y a pas de monnaie. Pourtant, la production est réelle : trois services. La monnaie n’est pas non plus à l’origine de la production.

Introduisons maintenant la monnaie. Tout le monde ne se connaît pas dans la communauté, qui est par ailleurs très nombreuse. Un organisme va certifier les reconnaissances de dette. Ainsi, Madame Alphonsine va porter la reconnaissance de dette de Madame Berthe à cet organisme. Elle reçoit en échange l’équivalent en… monnaie ! Elle échange avec Madame Colette cette monnaie contre un service. Madame Colette fait de même avec Madame Berthe. Qui va ensuite rembourser sa dette à l’organisme de certification.

Ce processus n’est pas théorique. C’est l’escompte. Les comptoirs d’escompte ont compté parmi les premières grandes banques. Les entreprises venaient escompter les traites reçues de leurs clients, et recevaient en échange de la monnaie. Aujourd’hui existe l’affacturage : des sociétés rachètent des factures contre de la monnaie. La méthode de l’escompte s’est aussi simplifiée : une banque va accorder directement un crédit à une entreprise au vu de son volume de factures en attente d’être payées.

Nous voyons là le rôle de la monnaie crédit (par opposition à la monnaie marchandise, comme l’est par exemple une pièce d’or) : à la fois étalon de mesure de la valeur, et instrument d’échange. Et nous voyons aussi qu’au final, la monnaie disparaît, au terme de son parcours. C’est là ce que devrait vraiment être la monnaie crédit.

Le rôle de la monnaie
 

Si les produits s’échangent contre des produits, cela ne signifie pas que la monnaie est neutre. Pour les classiques, néoclassiques et autrichiens, la monnaie est avant tout un intermédiaire d’échange. Ils ne raisonnent pas en économie de troc. Ce qu’ils écrivent, c’est que ce n’est pas de la monnaie que vient la prospérité. Comme l’écrit Jean-Baptiste Say, ce n’est pas le manque de monnaie qui explique les mauvaises affaires du marchand. Mais la monnaie a quand même une influence sur l’économie. Plus précisément, l’excès de création monétaire perturbe l’économie.

L’économiste classique David Ricardo, au 19ème siècle, a ainsi établi qu’une création monétaire excessive pouvait créer des crises économiques. Notons qu’avant les classiques, Richard Cantillon avait déjà étudié les effets de l’afflux d’or d’Amérique du Sud en Espagne. Au début du 20ème siècle, Irving Fisher a finalisé la théorie quantitative de la monnaie, selon laquelle une augmentation de l’offre de monnaie sans augmentation de la production entraîne de l’inflation.

Il ne faut donc pas réduire les classiques, néoclassiques, et les autrichiens au troc. Ils ont conscience de l’effet de la monnaie. Ils observent que la création monétaire ne crée pas de l’activité, mais de l’inflation.

L’échange, source de la valeur

C’est aussi de l’échange que vient la valeur. C’est ce qu’ont établi les pères du courant néoclassique, William Stanley Jevons et Léon Walras, ainsi que celui du courant autrichien, Carl Menger. Ces trois personnages sont appelés les marginalistes, car ils ont défini la théorie marginale de la valeur. Chacun l’ayant théorisée indépendamment des autres, sans aucune relation entre eux avant la publication de leurs livres, ce qui fait d’eux les cofondateurs de la théorie marginale. Jevons et Menger ont publié chacun leur théorie marginale en 1871, Walras en 1874. Jevons et Walras ont mathématisé la théorie économique, indépendamment l’un de l’autre, mais s’appuyant l’un et l’autre sur les travaux d’Augustin Cournot. Ils ont donc ouvert le courant néoclassique. Tandis que Carl Menger restait fidèle à l’approche de l’économie comme une science sociale, et que lui et ses successeurs sont considérés comme ayant fondé le courant autrichien en économie.

Au début du 18ème siècle, avant que Smith ne publie La Richesse des Nations, les physiocrates français voyaient la source de la valeur dans l’agriculture. Ce qui était logique, puisqu’ils vivaient dans une société agricole. L’agriculture semblait créer quelque chose, puisqu’en semant des graines on récoltait une moisson. Puis, les classiques, dont Adam Smith, ont vu la valeur dans le travail. C’est l’économie de la valeur travail. La valeur d’un produit ou d’un service dépendant de la quantité de travail qui y est incorporée. Toujours logique, cette idée correspondant à la révolution industrielle.

Cependant, le concept de valeur travail n’était pas satisfaisant. Il n’expliquait pas les différences de valeur entre deux produits nécessitant la même quantité de travail. De même, il n’apportait pas de réponse au paradoxe de la valeur : pourquoi des produits vitaux, comme l’eau, sont-ils moins chers qu’un produit comme le diamant. C’est à ce paradoxe que vont répondre les marginalistes.

Selon les marginalistes, la valeur dépend de l’usage marginal du produit ou du service. Chaque individu classe les usages d’un produit. Ainsi, l’eau sert à la survie, à l’hygiène, à l’irrigation, et, éventuellement, pour le pistolet à eau du petit dernier. Si seul le premier usage, vital, peut être rempli, en raison d’une pénurie d’eau, alors celle-ci vaut cher. Si l’eau est tellement abondante que le dernier usage, le pistolet à eau du petit dernier, peut être rempli, alors l’eau est bon marché. C’est en fait l’usage marginal qui détermine la valeur d’un produit ou d’un service. D’où le terme de marginalisme.

Il y a des différences entre les marginalistes. Ainsi, pour Léon Walras, un prix de marché est défini par tâtonnement. Il y a comme un phénomène d’enchère, qui définit un prix de marché pour chaque produit ou service. Pour Carl Menger, chaque transaction peut avoir un prix différent, pour un même produit ou service. Car la valeur est purement subjective. Cependant, dans un cas comme dans l’autre, la valeur résulte de l’échange.

L’aboutissement de la théorie économique, avec les néoclassiques, successeurs des classiques, et le courant autrichien, est donc que la valeur résulte de l’échange.

Par conséquent, la recommandation des classiques, des néoclassiques, et des autrichiens, est de laisser chacun entreprendre. Car la prospérité découle de l’échange. Chacun met en œuvre des moyens, pour produire, dans le but d’échanger. L’État ne peut pas savoir ce qui est utile, ni décréter une valeur pour les produits ou services, puisque c’est de l’échange que l’utilité et la valeur dépendent. Et les stimulations monétaires créent de l’inflation et des crises. La création monétaire n’est pas le moteur de l’économie.

Article publié à l’origine sur le Site Contrepoints.fr et reproduit ici avec l’autorisation de l’éditeur :
http://www.contrepoints.org/2014/09/18/181177-lechange-economique-comme-source-de-prosperite

(Mis en ligne le 19 Septembre 2014)
Articles similaires
Fortes menaces sur l'X, ou la...Erevan : Macron fait nommer une anglophone à la...« Comme l’Empire romain, notre pays n’a plus...Le mystère des 3 livres empoisonnés à...Virgile : un assassinat maquillé en...L’Institut Coppet réédite les classiques du...Maths : au sujet des différences entre Prix...Affaire Redouane Faïd : Béatrice Dalle, 37,2 de...Enseignement professionnel : et si on s’inspirait...Souad Ayada révise, avec beaucoup de bon sens,...Très Saint-Père : le « croissez, multipliez-vous...Manu pas content : un torrent d'injures...Carl Menger, l'un des 3 pères spirituels de...Le bilan de la première année d'Emmanuel...Edouard Philippe regrette de ne pas avoir connu...John Maynard Keynes et le cercle des espions...Cédric Herrou sur RMC : " Faudrait...De la biosphère à la lithosphère : la taphonomie...Ukraine et Donbass : la faillite de l’Union...40 ans déjà : le 19 mai 1978, la Légion saute sur...Le Cardinal Sarah aux 12.000 pèlerins de Chartres...5 mai 1818 : naissance de Marx, un économiste ou...« Rafles » et « Justes » : deux mots à ne pas...Erdogan attaque violemment la France et...En France, comme en URSS, c'est l’État qui...Rue d’Ulm : le monument aux morts vandalisé,...En Bavière, à partir du 1er Juin, une croix sera...De la crétinisation de l'Europe par le...Edwy Plenel ou la détestation viscérale de la...Si Macron demande aux Evêques de s’engager,...Etudiants-diants-diants : feraient mieux de faire...Projet de Loi Immigration : deux suggestions pour...L’État Islamique a perdu son territoire...Identité et Religion dans l'entreprise : le...L’appel de 100 intellectuels contre le «...Hommage à Stephen HawkingMayotte : comprendre comment on en est arrivé...Cérémonie des Oscars : la déconstruction de la...Les "Jeudis de l'Elysée" : bravo...Entretien : "La plante humaine ne peut être...Le nouvel ordre moral démocratiqueLe baccalauréat rend l’âme, après 8 siècles de...Les complices, morts et vivants, du communisme1576-2018 : de La Boétie à l’hacktivisme...Un islam de France ? Le nouveau défi d’Emmanuel...Du rôle de la psychologie et des croyances dans...Droits respectifs des peuples migrants et des...Le 15h17 pour Paris, ne le ratez pas, c'est...Après 950 ans, la tapisserie de Bayeux sera...Les "enfants jetables" : chaque année,...Des "coupeurs de têtes" aux...Liberté d’expression et fake news : 2500 ans de...