Se connecterS'abonner en ligne

Le baccalauréat rend l’âme, après 8 siècles de bons et loyaux services

Référence de l'article : MC6682
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Catherine ROUVIER,Docteur en droit public, Avocat, Maître de conférences des Universités,(25 Février 2018)

La « terminale », c’était l’eldorado du cancre, la terre promise du rebelle qui, de redoublement en exclusions, désespérait d’aborder enfin ses rives. Terminale, tout le monde descend !
Notre ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel Blanquer propose, à la place, « Maturité ».
Par-delà le mot qu’on peut trouver triste (le fruit mûr ne tombe-t-il pas ensuite ?), c’est la philosophie du baccalauréat qui se trouve remise en question.
 
La numérotation des classes, en France, est décroissante. De la douzième à la première, le compte à rebours amène l’élève à monter du Pirée à l’Acropole dans le marathon scolaire.

De Corax le Sicilien à la Sorbonne

Après la « première », conçue comme la fin des études secondaires et marquée par une épreuve spécifique devenue le « bac français » en 1969, l’apothéose est la classe de « philo », jadis appelée classe de rhétorique.
La rhétorique, inventée par l’avocat Corax en Sicile au début du VIe siècle avant J.-C., c’est l’art de convaincre. Dans cette ultime classe, une fois les connaissances réunies, il fallait donc apprendre à les organiser.

La philosophie, elle, assure une initiation à la conceptualisation, à la synthèse. Toutes deux ont été conçues comme une aide à l’accès à l’université. Symbole de ce lien entre la terminale, le bac et l’université : dans le jury du bac, c’est un professeur d’université qui doit présider le jury qui, sans cela, ne peut valablement délibérer.
 
Or, la réforme sort de cette logique. Ni la suppression des filières établies par Napoléon, dès 1808, en référence à la division des matières en cours à l’université, ni l’introduction de matières comme la culture générale, ne vont dans le sens d’une préparation convenable à l’enseignement supérieur.

Le général de Gaulle était favorable à la « culture », ce pourquoi il fit de Malraux un ministre de la Culture qui, par les « maisons de la Culture », la diffusa sur tout le territoire. Mais il ne pensa pas à l’introduire en préparation d’un bac que ce dernier, du reste, n’avait jamais obtenu. Il avait raison. Il n’y a, en effet, rien de plus difficile à noter qu’une épreuve de « culture générale », sauf à établir des standards, à l’aide des questions types sanctionnées par un QCM, avec le risque d’appauvrissement et d’uniformisation de la pensée que cela implique.

En revanche, « grand oral », également prévu par la réforme, ne rappelle-t-il pas l’ambition rhétorique des temps passés ? Oui, mais la rhétorique à ce niveau précoce était destinée plus à l’analyse de discours savant que dispense l’université qu’à la prise de parole. Et l’enseigner est une chose, en faire un procédé de sélection, par nature très aléatoire, en est une autre.

De « baccalauréat »  à « bachelor »

De plus, si la terminale s’appelle classe de maturité, le bac lui-même s’appellera maturité. Fini, le beau mot de baccalauréat. La couronne de lauriers, d’où vient le mot « lauréat », n’a plus bonne presse. Apparu dès la création de l’université de Paris au XIIIe siècle, le baccalauréat disparaîtra donc après huit siècles de bons et loyaux services.
Il reste, cependant, un espoir de le sauver.

La volonté de l’Union européenne, depuis la réforme dite « LMD » – Licence, Master, Doctorat – qui a chamboulé  nos cursus français, est de se calquer sur les standards américains. 
Or, dans la trilogie américaine, la licence en trois ans s’intitule… « bachelor ». Défenseur du baccalauréat, prévenez-en le ministre…
 
La tradition française, un peu d’américanisme nous en éloigne, beaucoup nous y ramène !

___________________________________________________________________________
Article reproduit en licence CC BY NC SA avec l'autorisation de l'éditeur :
http://www.bvoltaire.fr/ne-mappelez-plus-jamais-baccalaureat/
 
(Mis en ligne le 24  Février 2018)

 

Articles similaires
Peut-on résumer la civilisation occidentale en...Statue du général de Gaulle renversée : surtout,...Il y a 100 ans : le défilé du 14 juillet 1919Evolution VISUELLE de la France de Clovis à...Jean-Paul Brighelli : « En 2019, le bac ne...Il y a un siècle, le 28 juin 1919, le traité de...L’islamisme dans les services publics : une...22 Juin 1944 : opération Bagration, l'Armée...Le glissement des démocraties vers le...Appel à la « normalité » : le grand imam de...10 juin 1944 : massacre d’Oradour-sur-Glane, 642...Commémorations : trop de marchands du temple,...Faut-il supprimer l'ENA et les grands corps...Michel Serres : adishatz !Prière islamique aux Invalides : la destruction...Commentaires sur le livre "Délinquance et...Sibeth Ndiaye : matinée pyjama à l’Élysée, ou...Marlène Schiappa à Nick Conrad : "Va, je ne...Les deux France : celle du sacrifice… et celle du...Foulards autorisés, jupettes interdites : le...Léonard de Vinci, l'un des derniers...10 avril : l’Equateur reçoit 10,2 milliards$. 11...Alain Finkielkraut indésirable à Sciences Po :...Evolution de la consommation sur 50 ans : de...L’exploit de Macron : 5 minutes de discours...Les guerres du Sahel, des origines à nos joursDeux poids, deux mesures (suite) : Marlène...Armée et maintien de l’ordre : petit rappel...Le très subtil Erdoğan à l'Australie : «...Tous les débats sont minés par un poison...La reine Rania de Jordanie ne porte pas le voile,...Yvette Roudy, féministe « historique », est...Non, profaner une tombe de croisé n’est pas «...Pays avancés = déclin des heures travailléesRetour en France des djihadistes : il faut...Théroigne de Méricourt, une révolutionnaire...Elysée : départ de Sylvain Fort, aïe, c’était un...Une nouvelle biographie d’Edgar Allan Poe, par...Pacte de Marrakech : l’annonce officielle d’un...Une nouvelle rampe découverte en Egypte relance...Attention, danger : l'UE va sous-traiter la...Des vedettes du show biz traitent les...Mystère : pourquoi l'Elysée a-t-il voulu...Manu, Bibi, Doudou et le Bololo28 Juin 1914 : quelques faits historiques peu...Nuit du 10 au 11 novembre 1918 : derniers faits...Flambée du populisme également parmi les Pays...Il FAUT que toutes les cloches de France sonnent...Algérie : marteau contre seins nusFortes menaces sur l'X, ou la...Erevan : Macron fait nommer une anglophone à la...« Comme l’Empire romain, notre pays n’a plus...