Se connecterS'abonner en ligne

L’appel de 100 intellectuels contre le « séparatisme islamiste » : un cri d’alarme lancé aux Pouvoirs Publics

Référence de l'article : MC6751
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Claude SICARD,Auteur de « Le face à face islam chrétienté : quel destin pour l’Europe », et de « L’islam au risque de la démocratie », préface de Malek Chebel (Ed. F.X de Guibert),(30 Mars 2018)

Le Figaro du 19 mars dernier a publié l’appel lancé par 100 grands intellectuels pour alerter l’opinion sur la menace que constitue la montée dans notre société du « totalitarisme islamiste ». Cette initiative qui émane d’intellectuels venant d’horizons différents  doit être louée, et  le texte qu’ils viennent de publier mérite la plus grande attention. Malheureusement, les médias audiovisuels  qui touchent le grand public l’ont ignoré, pour ne pas dire censuré.

Le texte de cet appel n’est malheureusement pas une grande œuvre littéraire : c’est souvent  le cas pour des  documents  écrits  à plusieurs mains. Mais cela ne lui enlève pas sa pertinence : il mérite d’être  soigneusement analysé, car l’avertissement solennel  qui est lancé doit être entendu, non seulement  par les Autorités qui gouvernent notre pays, mais aussi par l’ensemble de la population. Les intellectuels, dans une société correctement  structurée, par leurs vastes connaissances et par  la pertinence de leurs analyses, sont  là pour nous faire réfléchir, et nous éclairer. L’appel  qu’ils lancent est un signal d’alarme qui ne doit pas être négligé.

Parmi les signataires, on note la présence de philosophes, d’écrivains, d’hommes politiques, d’historiens, de démographes, de juristes, d’avocats, de journalistes et même d’anciens Ministres, comme Bernard Kouchner ou Luc Ferry.

Voici quelques noms de signataires, par ordre alphabétique :

Waleed Al Husseini, écrivain, Alain Besançon, historien, Pascal Bruckner, écrivain, Brice Couturier, journaliste, Chantal Delsol, philosophe, Alain Finkielkraut, philosophe, Gilles-William Goldnadel, avocat, Bernard de La Villardière, journaliste, Alain Laurent, essayiste, éditeur, Anne-Marie Le Pourhiet, Juriste, Pierre Nora, Historien, éditeur, Yann Queffélec, écrivain, Robert Redeker, écrivain, Boualem Sansal, écrivain, Antoine Spire, vice-Président de la Licra, Pierre-André Taguieff, politologue, Michèle Tribalat, démographe, Ibn Warraq, écrivain, Fawzia Zouari, écrivaine, etc.

Cet appel comporte  un diagnostic  lucide sur le mal qui est en train de se développer dans notre société, il formule un pronostic sur les conséquences de ce mal, et il prescrit le remède qu’il  convient d’appliquer. Il est à noter que de nombreux hommes ou femmes politiques ont relayé ce texte via Twitter en manifestant leur approbation et soutien à son contenu : Valérie Pécresse, Xavier Bertrand, Manuel Valls, etc.

Le diagnostic

Le diagnostic formulé par cet appel des intellectuels est précis : l’islamisme qui se développe est un séparatisme. Voici quelques extraits du  texte de l’appel :

- « Le nouveau totalitarisme islamiste cherche à gagner du terrain par tous les moyens et à passer pour une victime de l'intolérance. On a pu observer cette stratégie lorsque le syndicat d'enseignants SUD Éducation 93 proposait il y a quelques semaines un stage de formation comportant des ateliers de réflexion sur le «racisme d'État», interdits aux «Blanc.he.s». Certains animateurs étaient membres ou sympathisants du Collectif contre l'islamophobie en France et du Parti des indigènes de la République »,

-  « Tout cela va à l'encontre de ce qui a été fait en France pour garantir la paix civile »,

- « Et les Français musulmans, ou de culture musulmane sans être croyants, qui aiment la démocratie et veulent vivre avec tout le monde, l'islamisme a-t-il prévu de les mettre à part, eux aussi? »,

-  « Le nouveau séparatisme avance masqué : il veut paraître  bénin, mais il est en réalité l’arme de la conquête politique et culturelle de l’islamisme »,

- « À quoi peut donc servir ce ségrégationnisme nouvelle manière? Doit-il seulement permettre aux soi-disant «dominés» de sauvegarder leur pureté en vivant entre eux? N'a-t-il pas surtout pour but d'affirmer la sécession avec la communauté nationale, ses lois et ses mœurs? N'est-il pas l'expression de la haine la plus caractérisée à l'égard de notre pays et de la démocratie? »,

- « L'islamisme veut être à part car il rejette les autres, y compris les musulmans qui ne partagent pas ses vues. L'islamisme déteste la souveraineté démocratique car elle lui refuse toute légitimité. L'islamisme se sent humilié lorsqu'il ne domine pas ».

- « Il n'est pas question d'accepter cela. Nous voulons vivre dans un monde complet où les deux sexes se regardent sans se sentir insultés par la présence de l'autre. Nous voulons vivre dans un monde complet où les femmes ne sont pas jugées inférieures par nature. Nous voulons vivre dans un monde complet où les gens peuvent se côtoyer sans se craindre. Nous voulons vivre dans un monde complet où aucune religion ne fait la loi ».

Les conséquences du mal qui se développe 

L’appel des intellectuels dénonce les effets du mal qui se propage : le séparatisme islamique va disloquer notre société et créer de fortes  tensions entre les communautés.  Cet islamisme radical va avoir pour effet de créer une situation d’apartheid, comme cela s’est produit en Afrique du Sud entre les blancs et les noirs. Le texte des intellectuels nous dit clairement : « C’est un apartheid nouveau genre qui est proposé à la France ». Ce séparatisme qui s’installe entraîne de la haine : « Il est l’expression de la haine la plus caractérisée à l’égard de notre pays et de la démocratie », peut-on lire quelques lignes plus loin. La paix civile est menacée. Les signataires de l’appel nous disent : «Tout cela va à l’encontre de tout ce qui a été fait en France pour garantir la paix civile ». La  mise en garde est  claire.

Comment soigner le mal 

Le mal sera guéri, nous dit l’appel des intellectuels,  lorsque l’islamisme qui se développe  n’aura plus d’effets sur notre société. L’objectif, rappelé dans ce document, est clair : « Vivre dans un monde complet où aucune religion ne fait la loi ». Les signataires de cet appel rappellent  aux Français que « l’universalisme républicain ne consiste pas à nier les sexes, les races,  ou les religions, mais à définir l’espace civique indépendamment d’eux ».Les préoccupations religieuses des uns, quand elles existent, ne doivent pas s’imposer aux autres, et troubler la façon dont s’organise le « vivre ensemble ». 

Le remède que nous proposent  ces intellectuels est tout naturellement  celui  de notre République : la laïcité. Mais, attention, nous disent-ils : « La laïcité est instrumentalisée par les islamistes ». Ne nous laissons donc pas piéger. Le texte de l’appel rappelle l’intérêt de la laïcité dans une société : «Elle protège les religions minoritaires. La mettre en péril nous expose au retour des guerres de religion ». 

Emmanuel  Macron a, déjà, à plusieurs reprises, rappelé que la laïcité constitue le rempart contre la montée de cet islamisme radical qui est une menace pour la paix sociale. On sait  qu’il entreprend d’étudier  la possibilité de faire naître,  dans notre pays qui est celui en Europe où se trouve le plus grand nombre de musulmans aujourd’hui, un « islam de France ». Il s’agirait d’un islam rénové, compatible avec nos valeurs et avec  nos principes républicains. Un islam qui puisse en somme s’accommoder de la façon dont  est organisée notre société. Il sait que la tâche est ardue.

Mais il faut être réaliste : quelles sont les chances réelles de voir émerger un « islam de France » ? Il s’agirait d’un islam réformé. Mais qui donc aurait l’autorité voulue pour procéder à cette réforme ? Il n’existe pas dans l’islam une quelconque autorité qui puisse guider les croyants, et leur dicter leur loi, à la différence de ce qui existe dans la religion catholique. Les croyants, dans l’islam, sont seuls face à leur Dieu, et ils s’en remettent  donc scrupuleusement au message que celui-ci, par l’intermédiaire du Prophète Mahomet, leur a légué. Le Coran, pour les musulmans,  est la parole même de Dieu, et islam signifie « obéissance (ou soumission) ».C’est donc le texte du Coran qui fait autorité. Aucun réformateur, quel  qu’il soit, ne pourrait donc imposer sa  façon d’interpréter le livre saint de l’islam, fut-ce dans une tentative de simple « contextualisation »  du message divin, un message par définition figé.

Les Pouvoirs publics, en France, tout comme en Europe, se trouvent confrontés à cet espoir, sans doute utopique, de voir l’islam se moderniser. Dans notre pays, ils n’ont donc guère d’autre possibilité  que de procéder par la voie législative, en s’en référant  aux  principes de  laïcité tels qu’ils ont été définis dans  la loi de 1905. Ils devront donc  légiférer pour  interdire que l’on déroge, au nom de prétendues nouvelles obligations religieuses revendiquées par certains, à la manière dont notre société  fonctionne et est organisée. L’équilibre auquel, après bien des conflits et des ajustements difficiles, nous sommes parvenus,  doit être précieusement sauvegardé, et la loi doit y veiller.   
    
Nous avons, manifestement, trop tardé à réagir à la montée de ce que les 100 intellectuels qui viennent de publier cet appel que nous venons de commenter nomment « le totalitarisme islamiste ». Cet appel courageux ouvre la voie, et il faut souhaiter que les Autorités qui nous gouvernent sauront  y répondre, en agissant de manière concrète et rapide.

Note : Lien vers le texte original de "L'appel des 100" paru dans Le Figaro:

http://premium.lefigaro.fr/vox/societe/2018/03/19/31003-20180319ARTFIG00299-l-appel-des-100-intellectuels-contre-le-separatisme-islamiste.php

(Mis en ligne le 30 Mars 2018)

Articles similaires
Etudiants-diants-diants : feraient mieux de faire...Projet de Loi Immigration : deux suggestions pour...L’État Islamique a perdu son territoire...Identité et Religion dans l'entreprise : le...Hommage à Stephen HawkingMayotte : comprendre comment on en est arrivé...Cérémonie des Oscars : la déconstruction de la...Les "Jeudis de l'Elysée" : bravo...Entretien : "La plante humaine ne peut être...Le nouvel ordre moral démocratiqueLe baccalauréat rend l’âme, après 8 siècles de...Les complices, morts et vivants, du communisme1576-2018 : de La Boétie à l’hacktivisme...Un islam de France ? Le nouveau défi d’Emmanuel...Du rôle de la psychologie et des croyances dans...Droits respectifs des peuples migrants et des...Le 15h17 pour Paris, ne le ratez pas, c'est...Après 950 ans, la tapisserie de Bayeux sera...Les "enfants jetables" : chaque année,...Des "coupeurs de têtes" aux...Liberté d’expression et fake news : 2500 ans de...Paul Bocuse :" 3 étoiles. 3 pontages.3...2018 : le droit à la résistance, tel que défini...La naissance du dieu État en OccidentRATP : la christianophobie va croissantQuand Emmanuel Macron incite les musulmans à...Que penser des vœux qu’a présenté Macron aux «...Enfin un véritable concours de la parole en 2018...Le Posthumanisme, la nouvelle apocalypse?Bref rappel historique de l'évolution de la...Bref rappel historique de l'évolution de la...Du multiculturalisme comme religion politiqueIl faut aller voir l'exposition...La belle histoire de la météorite de Caille,...De l’agnotologie : quels chemins empruntent la...Éducation, lecture, calcul : la France déclassée,...Aix-en-Provence : voici la belle Histoire du...Prophétie de Jean-Paul II sur l’invasion de...Semaines Sociales de France : les catholiques...En Août 70, les Romains ont-ils détruit le temple...Philippe de Villiers reçoit le même prix que Walt...16 Novembre 1917 : un tigre à la présidence du...La révolution d'octobre 1917 ou la négation...La calligraphie Chinoise : l'écriture du...Écriture inclusive : ce qui se conçoit bien...« La plus belle place du monde » : l'amour...Déjà 1 189 307 avis enregistrés sur la plateforme...Attention à l'engrenage de la repentance :...Les maths seront-elles sauvées en France par la...L’écriture inclusive menace la liberté...De la force symbolique du drapeauLa longue histoire du zéro : cinq siècles plus...