Se connecterS'abonner en ligne

La justification classique des politiques monétaires est-elle fondée?

Référence de l'article : MC3606
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Vladimir VODAREVSKI,

L’idée que la politique monétaire peut permettre de piloter l’économie ne repose en fait sur aucune base, ni théorique, ni empirique.

Les médias économiques font leurs titres avec la déflation. Ce qui est une nouvelle illustration de l’importance prise par la politique monétaire de nos jours. La monnaie est utilisée pour piloter l’économie. Les taux d’intérêt sont diminués pour relancer l’économie, ralentis pour éviter une surchauffe. La création monétaire est considérée comme le remède aux crises, tandis que la déflation est vue comme une abomination. Il est étonnant de constater que les bases sur lesquelles reposent ces politiques monétaires sont pour le moins indigentes.

La justification de l’utilisation de la monnaie pour piloter l’économie part du livre Une Histoire Monétaire des USA d’Anna Schwartz et Milton Friedman. Ceux-ci ont considéré que la gravité de la crise de 1929 provenait du fait que la Réserve Fédérale, la banque centrale US, avait réduit l’offre de monnaie, entraînant une déflation. Sur cette base, Alan Greenspan est devenu une sorte de grand manitou dans les années 1990 et 2000, sur qui on comptait pour piloter l’économie US, depuis son poste de président de la Fed. Bernanke a suivi cette voie, et Yellen la poursuit aujourd’hui.

Pourtant, Milton Friedman ne soutenait pas la politique de Greenspan. En effet, ses conclusions n’ont jamais été d’utiliser la politique monétaire pour piloter l’économie. Il préconisait une création monétaire modérée. À la fin de sa vie, il aurait dit une fois que finalement Greenspan était dans le vrai, mais n’a cependant pas remis en cause ses théories monétaristes. Il est difficile de dire s’il s’agissait là d’un compliment fait par gentillesse par un homme âgé, ou une véritable conviction. Toujours est-il qu’il est impossible de s’appuyer sur les travaux statistiques et de recherche de Milton Friedman pour piloter l’économie à travers la monnaie.

D’autre part, la corrélation entre déflation et crise n’est pas démontrée empiriquement, contrairement à l’interprétation qui est faite des travaux de Schwartz et Friedman. Ainsi, Chris Casey souligne que les États-Unis ont connu des périodes de forte croissance alors que la déflation pouvait atteindre 50%. Il cite une étude de la Réserve Fédérale, indiquant que : « … le seul épisode pour lequel nous trouvons des preuves d’un lien entre déflation et dépression est la Grande Dépression (1929-34). Nous ne trouvons en fait aucun lien durant aucune autre période. … Ce qui est frappant c’est que presque 90% des épisodes de déflation n’ont pas connu de dépression. Dans un large contexte historique, au delà de la Grande Dépression, la notion que déflation et dépression sont liées disparaît en fait. » (Atkeson, Andrew and Kehoe, Patrick. Federal Reserve Bank of Minneapolis. Deflation and Depression: Is There an Empirical Link? January 2004).

Citant la même étude d’Atkeson et Kehoe, d’où est tirée la citation ci-dessus, qui porte sur une période de 180 ans et 17 pays, Frank Hollenbeck indique qu’aucune corrélation n’a été trouvée entre déflation et crise. Par ailleurs, Murray Rothbard souligne que ce qui est considéré comme la Longue Dépression de 1873, en raison de la déflation, était en fait une période de croissance assez enviable. Enfin, la période de croissance dite des trente glorieuses s’est produite alors que la création monétaire était contrainte, pour les États-Unis par le lien entre l’or et le dollar, et pour les autres pays par le lien entre le dollar et leur devise. Le dollar représentait une certaine quantité d’or, ce qui de facto limitait la création monétaire au niveau des réserves en or. La parité entre les autres devises et le dollar était fixe, il fallait donc avoir des dollars avant de créer de la monnaie. Comme par hasard, la crise est arrivée quand ce système n’a plus été respecté.

Bien sûr, cette idée de relance par le crédit peut être rattachée au keynésianisme au sens large. Keynes ayant déclaré qu’un peu d’inflation n’était pas mauvais par exemple, et considérant qu’il fallait soutenir la demande. Le très keynésien Paul Krugman avait d’ailleurs en 2002 encouragé la Réserve Fédérale à créer une bulle immobilière pour développer la demande1. Cependant, nul ne sait ce que Keynes aurait pu penser d’une telle pratique, soutenir une bulle pour développer l’économie.

En fait, ceux qui dirigent les économies semblent en être restés à la vieille idée que, si les affaires vont mal, c’est qu’il y a un manque de monnaie. Ludwig von Mises souligne dans L’Action Humaine que les gouvernements cherchaient déjà à soutenir la demande avant même les théories keynésiennes. De même qu’il souligne que ce qui est appelée la loi de Say est juste une réfutation de cette vieille croyance. Or, aujourd’hui, nos dirigeants ont un jouet qu’ils ne possédaient pas autrefois : une monnaie totalement fiat. C’est une monnaie qui n’est plus reliée à l’or, ni à aucun autre bien, et qu’ils peuvent manipuler à loisir. Ils peuvent se livrer à loisir à des manipulations monétaires, laissant croire que cela suffit pour piloter l’économie, sans demander aucun effort aux peuples. Et même si c’est de cette manière qu’ils ont provoqué la crise actuelle, en soutenant le crédit immobilier et le crédit à la consommation, jusqu’à ce que tout s’écroule, ils persistent dans cette voie.

L’idée que la politique monétaire peut permettre de piloter l’économie ne repose en fait sur aucune base, ni théorique, ni empirique. Elle perpétue la volonté de nos dirigeants de faire croire qu’ils disposent des boutons magiques pour contrôler la croissance sans efforts ni conséquences pour les peuples. Au final, cela ressemble fort à une politique d’apprentis sorciers.

Article publié à l’origine sur le Site Contrepoints.fr et reproduit ici avec l’autorisation de l’éditeur : http://www.contrepoints.org/2014/04/30/164676-les-bases-de-la-politique-monetaire

(Mis en ligne le 2 Mai 2014)

1. Pour ceux qui penseraient qu’il est exagéré de dire que la Fed a volontairement créé une bulle immobilière, je recommande cet article dans lequel Daniel J. Sanchez rappelle l’appel de Krugman, en 2002, à la Fed en faveur d’une bulle immobilière. Il est une bonne illustration de l’état d’esprit des économistes qui nous dirigent, et dont Krugman est un parangon.

Articles similaires
Le Maire de Béziers réagit au départ de Florian...40 ans de fantasmes sur l’extrême-droite pour...Un sous-marin allemand datant de 14-18 découvert...Terrorisme islamiste: ces infiltrés qui ont...A l'échelle de l'évolution du travail,...Les réseaux sociaux ont fait plier LIDL : la...Expédition La Pérouse : qu’est-il arrivé aux...OUI à la survie de la culture européenneÉvolution du travail : non, il n’y a pas de...De la participation de Français à la guerre de...Comment l’apprentissage de la lecture transforme...Bombardement historique du marché de l'ArtLa politique éducative vue par le nouveau...18 Juin 1917 : grand défilé patriotique aux...Qu' y a-t-il derrière la nouvelle industrie...Une française obtient le "prix Nobel...8 Juin : c'était la journée d'hommage...Michel Onfray, tel un La Bruyère, touche et fait...Manchester : "Ils ont oublié que...L'école de demain, selon le nouveau ministre...« Et en même temps » : une pensée macronnienne de...La déclaration Schuman, ou le complot du 9 Mai...7 mai 1917 : après le carnage d'avril, les...Le triangle d'incompatibilité de la...L'étourdissante vitesse de fabrication de...Pourquoi la guerre est-elle une illusion si...La France n°2 mondial en mathématiques, grâce aux...Ce que l'Histoire de nos peurs nous apprend...« 500 ans de Réforme », ou quand les élites...Emmanuel Macron et la « décomposition française »...Le petit Macron illustré : le Peuple, l'Art,...Radicalisation : déjà 16 000 inscrits au récent...L'assassinat judiciaire, ou la version...Terrorisme : la nième bourde de François Hollande..."La France n'a pas colonisé...B.Lugan envoie en RAR son livre sur...Le revenu universel, ou le symbole d'une...Des policiers, en tenue musulmane, arrêtent un...Davos, temple de l'interventionnisme...Les curieuses priorités budgétaires de Najat...Le Christianisme : une idée neuve en Chine,...Entretien avec Philippe BILGER: de la différence...Le nivô d'ortografe du Palet de...L’invasion migratoire nous arrachera à la...La France, ce beau pays aux 40 000 églisesUne théologienne allemande propose d’instaurer le...Frédéric BASTIAT, de A à Z, ou 3 700 pages de bon...On peut être fiers de « Nos ancêtres les Gaulois...Mais qui est vraiment Florian Philippot ?Adam Smith: libéral d'une main (invisible),...7 erreurs d'interprétation concernant le...Non, le capitalisme n'est pas immoral en...