Se connecterS'abonner en ligne

La calligraphie Chinoise : l'écriture du poète ne se distingue pas de l'art du peintre

Référence de l'article : MC6437
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Carlotta MONTALDO,Journaliste,(5 Novembre 2017)



Le 24 octobre, au Centre Pompidou, a eu lieu la conférence « Regards croisés sur la peinture », comparant les peintures françaises et chinoises, avec l’intervention de Rémy Aron, artiste peintre, Yves Kobry, historien d’art, et Liu Youju, artiste peintre chinois. La conférence avait surtout comme objectif le partage de la parole entre les deux artistes, et les présentations de ces deux peintres étaient articulées comme un trait d’union entre la France et la Chine. À cette occasion, l’espace du Hall 6 du Centre Pompidou était utilisée pour présenter les œuvres de Liu Youju comme prétexte à la poursuite de la discussion.

Liu Youju est un artiste chinois contemporain qui allie, dans ses peintures, la poésie à la calligraphie. Il s’inscrit, en cela, dans la tradition orientale dans laquelle l’écriture du poète ne se distingue pas de l’art du peintre. En Chine, pour l’artiste, la matière première est l’encre qui, avec le bras et la main serrant le pinceau, donne vie à une expression artistique éloignée de notre classification occidentale.

L’écriture chinoise se compose de milliers de véritables dessins qui demandent une habileté dans la représentation figurative et beaucoup de temps d’apprentissage. En Chine, on dit que lorsque le peintre peint, il écrit, et de la même façon, son contraire est également vrai : l’écriture est un art qui se réalise avec le pinceau et l’encre. La peinture traditionnelle chinoise est montée en rouleau, ce qui historiquement la rattache à la famille du livre. Les instruments nécessaires à l’écrivain – papier, encre et pinceau – suffisent au peintre, ce qui permet de briser les frontières entre les genres artistiques. Tout comme l’écriture, ici, la peinture est un art du mouvement.

Liu Youju est originaire de Guangzhou (Canton), sur la rivière des perles. Il a grandi en s’inspirant des grands maîtres paysagistes chinois qu’il tend à égaler tout en réinterprétant les grands classiques de la culture picturale chinoise. L’invention du paysage chinois a eu lieu au cours du IVe siècle de notre ère, à travers une évolution de l’expression shanshui (montagne-eau ou montagne-rivière). Ce terme désigne à la fois le paysage de montagne et d’eau.

Si la peinture des paysage occidentaux est une peinture « de l’instant » qui cherche à représenter quelque chose ou quelqu’un dans un lieu donné, à un moment donné, au contraire, la peinture chinoise est une peinture « du mouvement » qui cherche à représenter le paysage dans sa globalité, en évolution, sans se soucier des détails et des enjeux de la lumière. Les montagnes et l’eau représentées par Youju Liu sont loin d’être la copie du réel, elles sont vivantes, animées par les couleurs de la lumière, les brumes et les obscurités.



La maîtrise technique de la calligraphie chinoise traditionnelle de Liu Youju lui permet une grande liberté dans le geste pictural et dans l’expression de sa peinture. Il amène habilement ses émotions de la calligraphie à sa peinture. Ses œuvres sont le résultat du croisement à la fois entre art et nature. Son expression artistique est suffisamment aboutie pour que l’on résume ses œuvres par une harmonie et par une symbiose d’expériences non verbales, poétiques et créatives.

_________________________________________________________________________
Article reproduit en licence CC BY NC SA avec l'autorisation de l'éditeur :
http://www.bvoltaire.fr/centre-pompidou-bien-mieux-domestikator-youju-liu/

(Mis en ligne le 5 Novembre 2017)
 

Articles similaires
Statue du général de Gaulle renversée : surtout,...Il y a 100 ans : le défilé du 14 juillet 1919Evolution VISUELLE de la France de Clovis à...Jean-Paul Brighelli : « En 2019, le bac ne...Il y a un siècle, le 28 juin 1919, le traité de...L’islamisme dans les services publics : une...22 Juin 1944 : opération Bagration, l'Armée...Le glissement des démocraties vers le...Appel à la « normalité » : le grand imam de...10 juin 1944 : massacre d’Oradour-sur-Glane, 642...Commémorations : trop de marchands du temple,...Faut-il supprimer l'ENA et les grands corps...Michel Serres : adishatz !Prière islamique aux Invalides : la destruction...Commentaires sur le livre "Délinquance et...Sibeth Ndiaye : matinée pyjama à l’Élysée, ou...Marlène Schiappa à Nick Conrad : "Va, je ne...Les deux France : celle du sacrifice… et celle du...Foulards autorisés, jupettes interdites : le...Léonard de Vinci, l'un des derniers...10 avril : l’Equateur reçoit 10,2 milliards$. 11...Alain Finkielkraut indésirable à Sciences Po :...Evolution de la consommation sur 50 ans : de...L’exploit de Macron : 5 minutes de discours...Les guerres du Sahel, des origines à nos joursDeux poids, deux mesures (suite) : Marlène...Armée et maintien de l’ordre : petit rappel...Le très subtil Erdoğan à l'Australie : «...Tous les débats sont minés par un poison...La reine Rania de Jordanie ne porte pas le voile,...Yvette Roudy, féministe « historique », est...Non, profaner une tombe de croisé n’est pas «...Pays avancés = déclin des heures travailléesRetour en France des djihadistes : il faut...Théroigne de Méricourt, une révolutionnaire...Elysée : départ de Sylvain Fort, aïe, c’était un...Une nouvelle biographie d’Edgar Allan Poe, par...Pacte de Marrakech : l’annonce officielle d’un...Une nouvelle rampe découverte en Egypte relance...Attention, danger : l'UE va sous-traiter la...Des vedettes du show biz traitent les...Mystère : pourquoi l'Elysée a-t-il voulu...Manu, Bibi, Doudou et le Bololo28 Juin 1914 : quelques faits historiques peu...Nuit du 10 au 11 novembre 1918 : derniers faits...Flambée du populisme également parmi les Pays...Il FAUT que toutes les cloches de France sonnent...Algérie : marteau contre seins nusFortes menaces sur l'X, ou la...Erevan : Macron fait nommer une anglophone à la...« Comme l’Empire romain, notre pays n’a plus...Le mystère des 3 livres empoisonnés à...