Se connecterS'abonner en ligne

La Boétie: son discours sur la servitude volontaire est d'une brûlante actualité...

Référence de l'article : MC5532
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Johan RIVALLAND,Normale Sup Cachan,(26 Août 2016)

Le Discours de la servitude volontaire fut écrit par de La Boétie vers 1549: voilà un texte magnifique qui n'a pas pris une ride !

Cet essai très courageux et perspicace est surprenant par la maturité absolument exceptionnelle et impressionnante de son auteur, qui n’avait que 18 ans lorsqu’il l’a écrit.  En des temps (le XVIème siècle) où la liberté de parole à l’égard du pouvoir n’était certainement pas celle d’aujourd’hui, voilà quelqu’un qui n’avait pas froid aux yeux et se permettait d’écrire sans complexe, avec un regard sur la société particulièrement avisé pour quelqu’un d’aussi jeune, bien plus que beaucoup de philosophes même présumés sages, qui ne sont parfois arrivés à des conclusions proches que bien plus tard au cours de leur vie et maturation, tel un Sénèque, dont Étienne de La Boétie rappelle d’ailleurs la mort cruelle qu’il connut, pour avoir eu le malheur de se mettre au service d’un tyran (Néron).
 
La servitude est, en effet, à ce prix ; celui de la privation de liberté, pour servir un tyran dont on ne tirera que sacrifice et ingratitude. Pas même un illusoire enrichissement matériel dont on n’aura pas le temps de jouir véritablement.  À cette aune, même les paysans malmenés par ces sujets asservis sont plus heureux et plus libres, affirme La Boétie. Et le jeune auteur de dénoncer la fascination suscitée par le tyran, l’obéissance qui lui est accordée, par pure bassesse, complaisance, ou flagornerie.  Une forme de fascination qui remonte, selon lui, à la naissance de l’État et aux artifices utilisés par le tyran pour s’attacher le peuple, qu’il s’agisse du pain et des jeux ou de la religion.
 
Le résultat est que le peuple s’asservit, se soumet, est aveugle à la liberté qui lui échappe, alors même qu’il s’agirait de s’entendre collectivement pour refuser cette obéissance aveugle à des ordres injustes. Même les animaux domestiques (chevaux, éléphants) n’obéissent qu’après avoir dû renoncer à leur liberté par la contrainte. Le problème vient de ce que les êtres humains ont perdu le sens de leur liberté, s’étant accoutumés à vivre au sein de la servitude, sans se rendre compte que le despotisme n’est jamais bien loin.
 
Étienne de La Boétie étudie ensuite les différentes formes de pouvoir et catégories de tyrans, pour tenter de mieux comprendre les mécanismes qui conduisent à une telle restriction de liberté. Dans le système en vigueur à l’époque (monarchie), par exemple, l’auteur montre le rôle que jouent les courtisans dans cet état de fait. Analyse transposable aussi à d’autres systèmes (La Boétie s’appuie beaucoup sur des exemples tirés de l’Antiquité, probablement aussi pour éviter la censure), y compris en démocratie, et c’est ce qui fait la qualité de cet essai au caractère quasi-universel, quatre siècles avant La route de la servitude.
 
Un sujet que l’on n’est pas près d’épuiser, la liberté n’étant toujours pas, et on le constate tous les jours, la chose la mieux partagée du monde…

___________________________________________________________
Article reproduit avec l'autorisation de l'éditeur :

http://www.contrepoints.org/2016/08/18/132755-la-boetie-discours-de-la-servitude-volontaire
 
(Mis en ligne le 26 Août 2016)

 
 

Articles similaires
L’Institut Coppet réédite les classiques du...Maths : au sujet des différences entre Prix...Affaire Redouane Faïd : Béatrice Dalle, 37,2 de...Enseignement professionnel : et si on s’inspirait...Souad Ayada révise, avec beaucoup de bon sens,...Très Saint-Père : le « croissez, multipliez-vous...Manu pas content : un torrent d'injures...Carl Menger, l'un des 3 pères spirituels de...Le bilan de la première année d'Emmanuel...Edouard Philippe regrette de ne pas avoir connu...John Maynard Keynes et le cercle des espions...Cédric Herrou sur RMC : " Faudrait...De la biosphère à la lithosphère : la taphonomie...Ukraine et Donbass : la faillite de l’Union...40 ans déjà : le 19 mai 1978, la Légion saute sur...Le Cardinal Sarah aux 12.000 pèlerins de Chartres...5 mai 1818 : naissance de Marx, un économiste ou...« Rafles » et « Justes » : deux mots à ne pas...Erdogan attaque violemment la France et...En France, comme en URSS, c'est l’État qui...Rue d’Ulm : le monument aux morts vandalisé,...En Bavière, à partir du 1er Juin, une croix sera...De la crétinisation de l'Europe par le...Edwy Plenel ou la détestation viscérale de la...Si Macron demande aux Evêques de s’engager,...Etudiants-diants-diants : feraient mieux de faire...Projet de Loi Immigration : deux suggestions pour...L’État Islamique a perdu son territoire...Identité et Religion dans l'entreprise : le...L’appel de 100 intellectuels contre le «...Hommage à Stephen HawkingMayotte : comprendre comment on en est arrivé...Cérémonie des Oscars : la déconstruction de la...Les "Jeudis de l'Elysée" : bravo...Entretien : "La plante humaine ne peut être...Le nouvel ordre moral démocratiqueLe baccalauréat rend l’âme, après 8 siècles de...Les complices, morts et vivants, du communisme1576-2018 : de La Boétie à l’hacktivisme...Un islam de France ? Le nouveau défi d’Emmanuel...Du rôle de la psychologie et des croyances dans...Droits respectifs des peuples migrants et des...Le 15h17 pour Paris, ne le ratez pas, c'est...Après 950 ans, la tapisserie de Bayeux sera...Les "enfants jetables" : chaque année,...Des "coupeurs de têtes" aux...Liberté d’expression et fake news : 2500 ans de...Paul Bocuse :" 3 étoiles. 3 pontages.3...2018 : le droit à la résistance, tel que défini...La naissance du dieu État en OccidentRATP : la christianophobie va croissantQuand Emmanuel Macron incite les musulmans à...