Se connecterS'abonner en ligne

La Boétie: son discours sur la servitude volontaire est d'une brûlante actualité...

Référence de l'article : MC5532
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Johan RIVALLAND,Normale Sup Cachan,(26 Août 2016)

Le Discours de la servitude volontaire fut écrit par de La Boétie vers 1549: voilà un texte magnifique qui n'a pas pris une ride !

Cet essai très courageux et perspicace est surprenant par la maturité absolument exceptionnelle et impressionnante de son auteur, qui n’avait que 18 ans lorsqu’il l’a écrit.  En des temps (le XVIème siècle) où la liberté de parole à l’égard du pouvoir n’était certainement pas celle d’aujourd’hui, voilà quelqu’un qui n’avait pas froid aux yeux et se permettait d’écrire sans complexe, avec un regard sur la société particulièrement avisé pour quelqu’un d’aussi jeune, bien plus que beaucoup de philosophes même présumés sages, qui ne sont parfois arrivés à des conclusions proches que bien plus tard au cours de leur vie et maturation, tel un Sénèque, dont Étienne de La Boétie rappelle d’ailleurs la mort cruelle qu’il connut, pour avoir eu le malheur de se mettre au service d’un tyran (Néron).
 
La servitude est, en effet, à ce prix ; celui de la privation de liberté, pour servir un tyran dont on ne tirera que sacrifice et ingratitude. Pas même un illusoire enrichissement matériel dont on n’aura pas le temps de jouir véritablement.  À cette aune, même les paysans malmenés par ces sujets asservis sont plus heureux et plus libres, affirme La Boétie. Et le jeune auteur de dénoncer la fascination suscitée par le tyran, l’obéissance qui lui est accordée, par pure bassesse, complaisance, ou flagornerie.  Une forme de fascination qui remonte, selon lui, à la naissance de l’État et aux artifices utilisés par le tyran pour s’attacher le peuple, qu’il s’agisse du pain et des jeux ou de la religion.
 
Le résultat est que le peuple s’asservit, se soumet, est aveugle à la liberté qui lui échappe, alors même qu’il s’agirait de s’entendre collectivement pour refuser cette obéissance aveugle à des ordres injustes. Même les animaux domestiques (chevaux, éléphants) n’obéissent qu’après avoir dû renoncer à leur liberté par la contrainte. Le problème vient de ce que les êtres humains ont perdu le sens de leur liberté, s’étant accoutumés à vivre au sein de la servitude, sans se rendre compte que le despotisme n’est jamais bien loin.
 
Étienne de La Boétie étudie ensuite les différentes formes de pouvoir et catégories de tyrans, pour tenter de mieux comprendre les mécanismes qui conduisent à une telle restriction de liberté. Dans le système en vigueur à l’époque (monarchie), par exemple, l’auteur montre le rôle que jouent les courtisans dans cet état de fait. Analyse transposable aussi à d’autres systèmes (La Boétie s’appuie beaucoup sur des exemples tirés de l’Antiquité, probablement aussi pour éviter la censure), y compris en démocratie, et c’est ce qui fait la qualité de cet essai au caractère quasi-universel, quatre siècles avant La route de la servitude.
 
Un sujet que l’on n’est pas près d’épuiser, la liberté n’étant toujours pas, et on le constate tous les jours, la chose la mieux partagée du monde…

___________________________________________________________
Article reproduit avec l'autorisation de l'éditeur :

http://www.contrepoints.org/2016/08/18/132755-la-boetie-discours-de-la-servitude-volontaire
 
(Mis en ligne le 26 Août 2016)

 
 

Articles similaires
Le petit Macron illustré : le Peuple, l'Art,...Radicalisation : déjà 16 000 inscrits au récent...L'assassinat judiciaire, ou la version...Terrorisme : la nième bourde de François Hollande..."La France n'a pas colonisé...B.Lugan envoie en RAR son livre sur...Le revenu universel, ou le symbole d'une...Des policiers, en tenue musulmane, arrêtent un...Davos, temple de l'interventionnisme...Les curieuses priorités budgétaires de Najat...Le Christianisme : une idée neuve en Chine,...Entretien avec Philippe BILGER: de la différence...Le nivô d'ortografe du Palet de...L’invasion migratoire nous arrachera à la...La France, ce beau pays aux 40 000 églisesUne théologienne allemande propose d’instaurer le...Frédéric BASTIAT, de A à Z, ou 3 700 pages de bon...On peut être fiers de « Nos ancêtres les Gaulois...Mais qui est vraiment Florian Philippot ?Adam Smith: libéral d'une main (invisible),...7 erreurs d'interprétation concernant le...Non, le capitalisme n'est pas immoral en...Islam de France : lorsque deux normes s’opposent,...Kant précurseur de l'Etat providence ?...A quoi servent les héros ?Terrorisme: ce qui nous surprend dépend de qui...Sommes-nous les derniers survivants de...Hommage au grand futurologue Alvin TOFFLER...Francis Fukuyama : le début de l'Histoire28 Juin 1914 : des détails peu connus sur...Aucun lien entre pauvreté, origine sociale et...Hommage à l’astrophysicien André BRAHICPremière guerre mondiale : les véritables...Tout ce que vous rêviez de savoir sur...Racisme anti-blanc: certains dirigeants du PS...Adrien de MONTGOLFIER, l'homme aux 3...La réflexion mathématique est-elle indépendante...Gustave EIFFEL, ce brillant multi-entrepreneur...Pour un Islam français de soucheEurope : Mad Max demain ?, par Bernard WICHTLa Belgique frappée durement à son tourHistoire de Molenbeek : d’une commune ouvrière à...Les surprenantes définitions nocives de la...L’islamophobie vue par les intellectuels de...L’espoir a-t-il un avenir ? de Monique Atlan et...Anselme BELLEGARRIGUE, gloire oubliée de...Mais la réforme de l'orthographe est déjà...Bastiat : la spoliation légale engendre les...L’humanisme est MORT : l’utilitarisme l’a...Qui se souvient de Guillaume Perronet ?Napoléon Bonaparte : le noir génieQui sont les djihadistes européens ?