Se connecterS'abonner en ligne

Il faut aller voir l'exposition "Chrétiens d'Orient" (date-limite : 14 Janvier 2018)

Référence de l'article : MC6526
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Rémy MAHOUDEAUX,(11 Décembre 2017)


Il faut aller voir l’exposition « Chrétiens d’Orient, 2.000 ans d’histoire » qui se tient à l’Institut du monde arabe à Paris jusqu’au 14 janvier. Y aller comme simple esthète est assez gratifiant pour justifier du déplacement. Comme chrétien, nous pouvons constater que leurs manuscrits, leurs fresques, leurs icônes, leurs calices et encensoirs et autres objets montrent bien ce que nous partageons ensemble, une foi basée sur quatre Bonnes Nouvelles que nous appelons les Évangiles.

Comme dans toute bonne exposition qui se respecte, il y a la cohue, et il faut faire avec. Il y a aussi les explications trop loin des œuvres et des objets, ainsi que pas assez lisibles. Il y a une fin d’exposition « moderne » qui – de mon point de vue – ne présente pas beaucoup ou autant d’intérêt. Mais il y a des objets superbes et rares, qui sont en outre très bien mis en valeur. Ces mosaïques, fresques, icônes, parchemins ou papyrus, stèles, vêtements, objets de culte ou non, etc., unissent dans une même émotion l’esthète et le chrétien. Mais ces objets s’admirent, ils ne se racontent pas !

Bien sûr, il y a des biais sans doute obligatoires, compte tenu de la nature du lieu. Des libations sont versées au « politiquement correct » et à la « bien-pensance » tant honnie. Par exemple, ne présenter qu’un document peu explicite sur le génocide assyro-chaldéen et n’évoquer qu’en commentaire de présentation celui des Arméniens. Ou bien présenter un synoptique historique du XXesiècle à la complétude discutable et où une ligne intitulée « Palestine » regroupe ce qui est aussi devenu Israël : cela peut troubler. Ou, enfin, n’évoquer qu’en passant rapidement l’exode massif des chrétiens ce dernier siècle. Brisons là, l’Institut du monde arabe, comme son nom l’indique, se doit sans doute d’être arabophile et, par conséquent, compatible avec l’islam.

Aujourd’hui, les chrétiens d’Orient sont plus que jamais une variable d’ajustement, un pion qui n’est pas si important que cela pour certains des joueurs autour de l’échiquier géopolitique international. La France, protectrice des chrétiens d’Orient depuis cette alliance (contre-nature ?) avec l’Empire ottoman, a failli à sa mission. Est-elle seulement réticente ou juste incapable d’assumer ce rôle ? Sans doute faut-il répondre les deux. Faudrait-il s’y résoudre ? Non, bien sûr.

Aller voir cette exposition ne changera pas le sort des chrétiens d’Orient, mais peut vous donner envie d’agir, par exemple en vous montrant généreux avec ceux qui œuvrent sur place et ont besoin de moyens. Les associations caritatives sont légion, comme les démons de Gérasa. Il ne m’appartient pas de faire entre elles un tri que je réprouve s’il n’est pas basé sur des faits avérés : les ouvriers seront toujours trop peu nombreux pour cette moisson… Mais il serait ingrat de ma part de ne pas citer la fondation Notre-Dame, partenaire de l’exposition et grâce à qui j’ai pu faire cette visite.

On peut acquérir le catalogue de l’exposition – parfait cadeau de Noël – en cliquant ICI. Il existe aussi une version « jeunes » plus simple.



____________________________________________________________________________
Article reproduit en licence CC BY NC SA avec l'autorisation de l'éditeur :
http://www.bvoltaire.fr/exposition-chretiens-dorient-ne-bouder-plaisir/ 

(Mis en ligne le 11 Décembre 2017)

Articles similaires
2018 : le droit à la résistance, tel que défini...La naissance du dieu État en OccidentRATP : la christianophobie va croissantQuand Emmanuel Macron incite les musulmans à...Que penser des vœux qu’a présenté Macron aux «...Enfin un véritable concours de la parole en 2018...Le Posthumanisme, la nouvelle apocalypse?Bref rappel historique de l'évolution de la...Bref rappel historique de l'évolution de la...Du multiculturalisme comme religion politiqueLa belle histoire de la météorite de Caille,...De l’agnotologie : quels chemins empruntent la...Éducation, lecture, calcul : la France déclassée,...Aix-en-Provence : voici la belle Histoire du...Prophétie de Jean-Paul II sur l’invasion de...Semaines Sociales de France : les catholiques...En Août 70, les Romains ont-ils détruit le temple...Philippe de Villiers reçoit le même prix que Walt...16 Novembre 1917 : un tigre à la présidence du...La révolution d'octobre 1917 ou la négation...La calligraphie Chinoise : l'écriture du...Écriture inclusive : ce qui se conçoit bien...« La plus belle place du monde » : l'amour...Déjà 1 189 307 avis enregistrés sur la plateforme...Attention à l'engrenage de la repentance :...Les maths seront-elles sauvées en France par la...L’écriture inclusive menace la liberté...De la force symbolique du drapeauLa longue histoire du zéro : cinq siècles plus...Le déclin historique de la violence: une thèse...A propos du livre "Le mythe de la...Le Maire de Béziers réagit au départ de Florian...40 ans de fantasmes sur l’extrême-droite pour...Un sous-marin allemand datant de 14-18 découvert...Terrorisme islamiste: ces infiltrés qui ont...A l'échelle de l'évolution du travail,...Les réseaux sociaux ont fait plier LIDL : la...Expédition La Pérouse : qu’est-il arrivé aux...OUI à la survie de la culture européenneÉvolution du travail : non, il n’y a pas de...De la participation de Français à la guerre de...Comment l’apprentissage de la lecture transforme...Bombardement historique du marché de l'ArtLa politique éducative vue par le nouveau...18 Juin 1917 : grand défilé patriotique aux...Qu' y a-t-il derrière la nouvelle industrie...Une française obtient le "prix Nobel...8 Juin : c'était la journée d'hommage...Michel Onfray, tel un La Bruyère, touche et fait...Manchester : "Ils ont oublié que...L'école de demain, selon le nouveau ministre...« Et en même temps » : une pensée macronnienne de...