Se connecterS'abonner en ligne

Hommage à Stephen Hawking

Référence de l'article : MC6738
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Christian de MOLINER,Professeur agrégé, Ecrivain,(19 Mars 2018)


Stephen Hawking, qui vient de décéder, marquait les esprits lorsqu’on le voyait à la télévision, recroquevillé sur son fauteuil roulant, avec sa tête penchée sur le côté et sa voix artificielle.
Pourtant, il était un des plus grands astrophysiciens de notre époque et il a fait des découvertes majeures, la plus importante étant l’évaporation des trous noirs. Ces monstres gravitationnels, qui siègent souvent au centre des galaxies, absorbent tout ce qui se passe à leur portée, matière comme lumière, d’où leur nom de « trou noir », car ils ne sont pas visibles.

Jusqu’en 1974, on pensait que leur masse grossissait éternellement, mais M. Hawking a mis en évidence, par des calculs mathématiques liés à la mécanique quantique, une (légère) évaporation des trous noirs inversement proportionnelle à leur masse. Tous ces monstres finiront par disparaître sur des échelles de temps gigantesques (des milliards d’années à la puissance 9). Cette théorie n’a pas encore été vérifiée expérimentalement, car l’évaporation est tellement faible qu’on ne peut pas la mesurer. Les astrophysiciens ne désespèrent pas d’y arriver en observant de micro-trous noirs, car ces derniers se dissipent plus vite que leurs congénères plus massifs.

M. Hawking est né en 1942. Fils d’un chercheur en biologie et d’une militante politique, il a été un élève moyen. Entré à Oxford, il aurait souhaité étudier les mathématiques, mais celles-ci n’étant pas enseignées, il s’est rabattu sur la physique. Étudiant peu travailleur, il a obtenu de justesse une mention TB. En 1963, alors qu’il avait pris un poste à Cambridge, il a ressenti les premiers symptômes de la maladie de Charcot, qui enlève tout contrôle neuromusculaire. À l’époque, on ne lui donnait que trois ans à vivre, mais il a déjoué ce sombre diagnostic et a survécu 55 ans. Néanmoins, son handicap est allé croissant et, en 1975, il a perdu l’usage de la parole et parlait grâce à un synthétiseur actionné par sa joue.

L’un des symboles de l’astrophysique

Malgré sa maladie, il a repris sa thèse et s’est marié en 1965 ; il a eu trois enfants. Son ouvrage Une brève histoire du temps l’a rendu célèbre en 1988. Ce livre un peu confus est devenu un best-seller, vendu à neuf millions d’exemplaires, grâce au marketing de son éditeur qui a utilisé le contraste entre le contenu scientifique de haute volée du livre et la photo de son auteur sur sa chaise roulante.

Dans l’inconscient collectif, Stephen Hawking était le symbole même de la science, pur esprit emprisonné dans un corps désarticulé au point de devenir un personnage du dessin animé Les Simpson. Ses avis sur les extraterrestres ou sur tout autre sujet scientifique étaient scrutés avec attention. Avec facétie, il a prouvé que le voyage dans le temps n’existait pas en organisant une réception avec petits fours et champagne pour tous ceux qui viendraient de l’avenir, mais n’a annoncé cette cérémonie que le lendemain ! Aucun individu arrivant du futur ne s’est présenté, mais peut-être que les voyageurs temporels ont l’ordre de rester discrets ?

____________________________________________________________________________
Article reproduit en licence CC BY NC SA avec l'autorisation de l'éditeur :
http://www.bvoltaire.fr/stephen-hawking-parcours-scientifique-humain-commun/

(Mis en ligne le 19 mars 2018)
 

 


Articles similaires
Les retraites : une tragi-comédie en 5 actes...Pologne, 1er septembre 1939 : encore une fake...15 Août 2019 : une date-anniversaire bientôt...Napoléon n’est pas mort à Sainte-Hélène…Peut-on résumer la civilisation occidentale en...Statue du général de Gaulle renversée : surtout,...Il y a 100 ans : le défilé du 14 juillet 1919Evolution VISUELLE de la France de Clovis à...Jean-Paul Brighelli : « En 2019, le bac ne...Il y a un siècle, le 28 juin 1919, le traité de...L’islamisme dans les services publics : une...22 Juin 1944 : opération Bagration, l'Armée...Le glissement des démocraties vers le...Appel à la « normalité » : le grand imam de...10 juin 1944 : massacre d’Oradour-sur-Glane, 642...Commémorations : trop de marchands du temple,...Faut-il supprimer l'ENA et les grands corps...Michel Serres : adishatz !Prière islamique aux Invalides : la destruction...Commentaires sur le livre "Délinquance et...Sibeth Ndiaye : matinée pyjama à l’Élysée, ou...Marlène Schiappa à Nick Conrad : "Va, je ne...Les deux France : celle du sacrifice… et celle du...Foulards autorisés, jupettes interdites : le...Léonard de Vinci, l'un des derniers...10 avril : l’Equateur reçoit 10,2 milliards$. 11...Alain Finkielkraut indésirable à Sciences Po :...Evolution de la consommation sur 50 ans : de...L’exploit de Macron : 5 minutes de discours...Les guerres du Sahel, des origines à nos joursDeux poids, deux mesures (suite) : Marlène...Armée et maintien de l’ordre : petit rappel...Le très subtil Erdoğan à l'Australie : «...Tous les débats sont minés par un poison...La reine Rania de Jordanie ne porte pas le voile,...Yvette Roudy, féministe « historique », est...Non, profaner une tombe de croisé n’est pas «...Pays avancés = déclin des heures travailléesRetour en France des djihadistes : il faut...Théroigne de Méricourt, une révolutionnaire...Elysée : départ de Sylvain Fort, aïe, c’était un...Une nouvelle biographie d’Edgar Allan Poe, par...Pacte de Marrakech : l’annonce officielle d’un...Une nouvelle rampe découverte en Egypte relance...Attention, danger : l'UE va sous-traiter la...Des vedettes du show biz traitent les...Mystère : pourquoi l'Elysée a-t-il voulu...Manu, Bibi, Doudou et le Bololo28 Juin 1914 : quelques faits historiques peu...Nuit du 10 au 11 novembre 1918 : derniers faits...Flambée du populisme également parmi les Pays...Il FAUT que toutes les cloches de France sonnent...