Se connecterS'abonner en ligne

Hommage à l’astrophysicien André BRAHIC

Référence de l'article : MC5381
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Pierre-Louis GOURDOUX,Normalien et Agrégé d'économie-gestion,(20 Mai 2016)

L’astrophysicien André Brahic s’est éteint aujourd’hui à 73 ans des suites d’une longue maladie. Après un premier entretien, il nous avait très gentiment donné une réponse positive pour organiser un nouvel entretien, malgré une santé défaillante ; nous n’aurons malheureusement pas eu la chance de le croiser à nouveau.

André Brahic ou la passion de la science

Si un homme incarnait la passion de la science, c’était bien André Brahic, qui lui a consacré jusqu’au dernier moment tous ses efforts. Découvreur, mais aussi conteur, puisqu’il prenait toujours un immense plaisir à se déplacer aux nombreux colloques auxquels il était invité, jusque dans les lycées de banlieue défavorisée où son énergie et son talent oratoire captivaient ses auditoires variés. La recherche et l’enseignement étaient selon lui indissociables. Sinon, disait-il, « nous risquerions d’avoir des chercheurs autistes et des enseignants incompétents ».


(Crédits photo: Guy Lebègue CC BY SA 3.0)

Depuis quelques années, il s’inquiétait de l’état de la recherche en France et en Europe. Ne parvenant pas à convaincre les hommes politiques de l’intérêt de ces questions fondamentales, il se faisait fort de sensibiliser l’opinion publique en publiant régulièrement de beaux livres scientifiques (dont son dernier, « Terres d’ailleurs », regorge de magnifiques photographies et images d’artistes, en plus d’être à jour des dernières découvertes) ainsi qu’un manifeste pour la science, à l’occasion duquel nous l’avions interviewé.

Les anneaux de Neptune

Ce n’est pas tant la découverte qui l’a rendu célèbre, celle des anneaux de Neptune, que la manière dont elle s’est réalisée, qui vaut d’être racontée. Étudiant en thèse, avant le lancement de la sonde Voyager, André Brahic s’interroge sur le comportement des anneaux de Saturne et parvient à résoudre un vieux problème auquel s’étaient confrontés d’illustres prédécesseurs comme Laplace ou Poincaré.

Après plusieurs années d’un intense effort de recherche et de modélisation, l’astrophysicien tente de décrire par le calcul la forme que devraient prendre les anneaux de Neptune, s’ils existaient. Il présente ses premiers résultats à son directeur de thèse, Michel Hénon. Problème, un autre astrophysicien, le prix Nobel de physique Hannes Alfvèn, avait lui-même publié ses conclusions, considérant impossible que Neptune soit entouré d’un anneau. « Je ressentis alors un profond découragement. Tant de travail en vain. Comment pouvais-je avoir raison contre un prix Nobel ? Pourtant Michel Hénon est resté très calme. Il m’a dit, André, dessine deux colonnes au tableau ; à droite tu écris tes hypothèses, et à gauche les siennes. Il m’a encouragé à continuer, puisqu’après tout à l’époque personne n’avait encore eu l’occasion de photographier Neptune donc toutes les théories étaient permises ».

L’avenir lui donna pourtant raison. Parvenu à convaincre l’équipe d’imageries de la sonde Voyager de modifier légèrement son programme d’exploration, la sonde effectua une rotation pour photographier les anneaux de Neptune. « Ce fut l’un des plus beaux jours de ma carrière de scientifique. C’était maintenant indubitable, les anneaux que j’avais tant cherchés existaient. À ma grande surprise, leur aspect était très différent de celui que j’avais imaginé. Cela m’a rappelé à quel point l’Homme doit rester infiniment humble devant la réalité scientifique. »

L’humilité comme principe

Cette humilité, ce doute cartésien constant qui le faisaient sans cesse s’interroger (et qui, sans vouloir lancer ici de polémiques, manque parfois à de nombreux chercheurs…), le conduisaient à prendre des positions très prudentes sur de nombreux sujets comme le changement climatique, l’énergie nucléaire ou le gaz de schiste. Préférant avoir la tête dans les étoiles que les pieds sur terre, Brahic n’hésitait pas à relativiser les désordres quotidiens, comme la crise. « Quelle crise ? C’est vrai, il y a du chômage et je comprends que cela préoccupe beaucoup de personnes. Mais rappelons que l’humanité n’a jamais globalement aussi bien vécue, n’a jamais été aussi nombreuse, bien nourrie et en aussi bonne santé. C’est ce qu’il y a de plus important ».

Terminons en rappelant qu’il était d’un optimisme sans faille, convaincu que c’est dans la science rigoureuse et non la régression obscurantiste que les problèmes de l’humanité pourraient trouver leur solution. Nous nous permettons de vous livrer quelques lignes des dernières échanges récents que nous avions eus avec lui, en décembre 2015 : « Si je suis toujours là en 2016, je pourrai continuer d’affirmer que les progrès scientifiques nous permettent tous les espoirs. Si ce n’est pas le cas, j’aurais vécu des années merveilleuses ».
 

Pour approfondir :

 
Entretien de Contrepoints avec André Brahic en 2012, sur la place de la science dans la société


__________________________________________________________________
Article reproduit avec l'autorisation de l'éditeur :
http://www.contrepoints.org/2016/05/16/253050-hommage-astrophysicien-andre-brahic
 
(Mis en ligne le 20 Mai 2016)

Articles similaires
Attention à l'engrenage de la repentance :...Les maths seront-elles sauvées en France par la...L’écriture inclusive menace la liberté...De la force symbolique du drapeauLa longue histoire du zéro : cinq siècles plus...Le déclin historique de la violence: une thèse...A propos du livre "Le mythe de la...Le Maire de Béziers réagit au départ de Florian...40 ans de fantasmes sur l’extrême-droite pour...Un sous-marin allemand datant de 14-18 découvert...Terrorisme islamiste: ces infiltrés qui ont...A l'échelle de l'évolution du travail,...Les réseaux sociaux ont fait plier LIDL : la...Expédition La Pérouse : qu’est-il arrivé aux...OUI à la survie de la culture européenneÉvolution du travail : non, il n’y a pas de...De la participation de Français à la guerre de...Comment l’apprentissage de la lecture transforme...Bombardement historique du marché de l'ArtLa politique éducative vue par le nouveau...18 Juin 1917 : grand défilé patriotique aux...Qu' y a-t-il derrière la nouvelle industrie...Une française obtient le "prix Nobel...8 Juin : c'était la journée d'hommage...Michel Onfray, tel un La Bruyère, touche et fait...Manchester : "Ils ont oublié que...L'école de demain, selon le nouveau ministre...« Et en même temps » : une pensée macronnienne de...La déclaration Schuman, ou le complot du 9 Mai...7 mai 1917 : après le carnage d'avril, les...Le triangle d'incompatibilité de la...L'étourdissante vitesse de fabrication de...Pourquoi la guerre est-elle une illusion si...La France n°2 mondial en mathématiques, grâce aux...Ce que l'Histoire de nos peurs nous apprend...« 500 ans de Réforme », ou quand les élites...Emmanuel Macron et la « décomposition française »...Le petit Macron illustré : le Peuple, l'Art,...Radicalisation : déjà 16 000 inscrits au récent...L'assassinat judiciaire, ou la version...Terrorisme : la nième bourde de François Hollande..."La France n'a pas colonisé...B.Lugan envoie en RAR son livre sur...Le revenu universel, ou le symbole d'une...Des policiers, en tenue musulmane, arrêtent un...Davos, temple de l'interventionnisme...Les curieuses priorités budgétaires de Najat...Le Christianisme : une idée neuve en Chine,...Entretien avec Philippe BILGER: de la différence...Le nivô d'ortografe du Palet de...L’invasion migratoire nous arrachera à la...La France, ce beau pays aux 40 000 églises