Se connecterS'abonner en ligne

France : un jeune sur dix a de sérieuses difficultés de lecture

Référence de l'article : MC3593
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Alain GIRARDEAU-MONTAUT,

Un jeune sur dix a de « sérieuses difficultés de lecture » selon un enquête faite en 2013 pour le Ministère de l’Education Nationale auprès de 750.000 jeunes de 17 ans, dans le cadre de la journée défense et citoyenneté,  qui vient d’être publiée.

4,1% rencontrent des difficultés telles qu’ils sont considérés comme illettrés.

Ces niveaux sont stables depuis 2009. Les garçons (11,1%) sont plus affectés que les filles (8,1%).

Géographiquement, les départements du Nord de la France sont plus affectés :

L’Aisne (17,6%), la Somme (14,9%), et l’Orne (12,4%) décrochent avec la Seine St Denis (12,7%) les plus tristes records avec l’Outre-mer : Guadeloupe (30%) et Mayotte (75%). A l’inverse, Paris est à 4,8%.

A une époque où les moyens de communication et donc , théoriquement, d’éducation n’ont jamais été aussi répandus, ces chiffres amènent à s’interroger sur l’usage qu’il est fait des nouvelles Technologies de la Communication (NTIC), et des Médias.

En fait, ces nouvelles technologies ont pour effet immédiat de déclasser la communication écrite au profit de l’oral. Les SMS ne font que renforcer la tendance en déclassant l’orthographe et la syntaxe correctes. Quant aux medias, les émissions littéraires classiques en TV incitant à la lecture sont en seconde partie de programmes ou en perte d’audience. La lecture des journaux baisse. L’écoute de la musique se fait majoritairement sans visualisation des paroles écrites. Les statistiques du courrier montrent la baisse des supports écrits dans les échanges interpersonnels.

Et pourtant les espoirs ne manquent pas :

  • Internet permet l’accès à des bases de données innombrables et jusqu’alors inaccessibles,
  • la technologie de digitalisation de la parole permet de transcrire rapidement avec un minimum de fautes les films, reportages, discussions et conférences. Attention à ce que cette possibilité ne soit pas utilisée majoritairement en sens inverse, pour dispenser de savoir lire afin d’accéder à un texte écrit ! Les téléphones portables permettent de dicter des SMS sans avoir à les écrire. Inversement ils disent à haute voix les SMS écrits arrivant.

La question est donc : comment faire se rencontrer une jeunesse qui va au plus facile et un support écrit qui nécessite un effort d’apprentissage et d’entretien ?

Pourtant cet exercice est indispensable pour un meilleur fonctionnement du cerveau, de la même manière que l’on fait de la gymnastique pour entretenir son corps. Si la question se pose à titre individuel, la sphère productive ne peut pas se désintéresser de cette fraction de la population dont les compétences sont de fait limitées. La baisse de la productivité des pays développés y trouve probablement une de ses causes les plus sous-estimées.

On nous objectera que les vedettes du football, du tennis, ou des séries télévisées,etc.,  ne maîtrisent surement pas la lecture parfaite (si l’on en juge par leurs prestations verbales) ! Il y a certainement un effort à faire pour valoriser l’image de ce savoir-faire traditionnel dans le monde actuel, au moins comme condition d’accès à toute une série d’emplois.

Nous suggérons de rendre obligatoire le sous-titrage des émissions télévisées pour la jeunesse, afin d’obliger les yeux des téléspectateurs à se frotter aux caractères écrits et à forcer leur cerveaux à assimiler les rudiments de la lecture. Cette technique est maintenant disponible dans les salles d’opéra pour la plus grande satisfaction du public : pourquoi ne pas en faire autant pour la jeunesse qui passe un temps de plus en plus long face aux écrans ?

(Rédigé le 30 Avril 2014)
Articles similaires
Attention à l'engrenage de la repentance :...Les maths seront-elles sauvées en France par la...L’écriture inclusive menace la liberté...De la force symbolique du drapeauLa longue histoire du zéro : cinq siècles plus...Le déclin historique de la violence: une thèse...A propos du livre "Le mythe de la...Le Maire de Béziers réagit au départ de Florian...40 ans de fantasmes sur l’extrême-droite pour...Un sous-marin allemand datant de 14-18 découvert...Terrorisme islamiste: ces infiltrés qui ont...A l'échelle de l'évolution du travail,...Les réseaux sociaux ont fait plier LIDL : la...Expédition La Pérouse : qu’est-il arrivé aux...OUI à la survie de la culture européenneÉvolution du travail : non, il n’y a pas de...De la participation de Français à la guerre de...Comment l’apprentissage de la lecture transforme...Bombardement historique du marché de l'ArtLa politique éducative vue par le nouveau...18 Juin 1917 : grand défilé patriotique aux...Qu' y a-t-il derrière la nouvelle industrie...Une française obtient le "prix Nobel...8 Juin : c'était la journée d'hommage...Michel Onfray, tel un La Bruyère, touche et fait...Manchester : "Ils ont oublié que...L'école de demain, selon le nouveau ministre...« Et en même temps » : une pensée macronnienne de...La déclaration Schuman, ou le complot du 9 Mai...7 mai 1917 : après le carnage d'avril, les...Le triangle d'incompatibilité de la...L'étourdissante vitesse de fabrication de...Pourquoi la guerre est-elle une illusion si...La France n°2 mondial en mathématiques, grâce aux...Ce que l'Histoire de nos peurs nous apprend...« 500 ans de Réforme », ou quand les élites...Emmanuel Macron et la « décomposition française »...Le petit Macron illustré : le Peuple, l'Art,...Radicalisation : déjà 16 000 inscrits au récent...L'assassinat judiciaire, ou la version...Terrorisme : la nième bourde de François Hollande..."La France n'a pas colonisé...B.Lugan envoie en RAR son livre sur...Le revenu universel, ou le symbole d'une...Des policiers, en tenue musulmane, arrêtent un...Davos, temple de l'interventionnisme...Les curieuses priorités budgétaires de Najat...Le Christianisme : une idée neuve en Chine,...Entretien avec Philippe BILGER: de la différence...Le nivô d'ortografe du Palet de...L’invasion migratoire nous arrachera à la...La France, ce beau pays aux 40 000 églises