Se connecterS'abonner en ligne

Face à une menace terroriste permanente, la sécurité passe aussi par un grand nombre de citoyens

Référence de l'article : MC4978
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
Entretien avec Pierre-Olivier DRAI, Politologue et Consultant,,réalisé par Contrepoints (20 Novembre 2015)
 

Pierre-Olivier DRAI est l’auteur de Self Sécuritéle retour de l’individu dans la sécurité. Politologue de formation, il travaille actuellement dans la sécurité privée sur le terrain et comme consultant pour des acteurs institutionnels. Contrepoints l’a interrogé sur les enjeux de sécurité posés par le terrorisme en France.
 
Contrepoints : La gestion de la crise terroriste vendredi dernier nous indique-t-elle une faille dans le dispositif de sécurité de l’État français ? Décréter l’état d’urgence, c’est y répondre adéquatement ?
 
Pierre-Olivier Drai : Je ne pense pas qu’on puisse parler de faille dès lors que la même organisation en matière de sécurité est aussi celle qui a également déjoué au moins six attentats cette année. En revanche, comme tout système, il est possible d’y apporter des améliorations. Cependant, je tiens à préciser que l’ennemi s’adapte aussi, ce qui créera toujours la nécessité de nouveaux ajustements.

S’il faut chercher des failles, je les trouverais plutôt dans notre système judiciaire, qui laisse en liberté un individu condamné à six reprises, ou comme aujourd’hui, qui permet qu’un individu radicalisé obtienne une permission de sortie et en profite pour s’échapper. Par ailleurs, il est légitime de s’interroger sur notre politique extérieure qui entretient des liens amicaux avec des États qui participent plus ou moins directement au financement de l’État Islamique. Enfin, comme l’atteste le débat sur l’élargissement des conditions de légitime défense pour la police, il est clair que la classe politique dans son ensemble n’a eu de cesse, au fil des années, de défendre un angélisme social délétère qui a nui au quotidien et au travail des forces de l’ordre.

En ce qui concerne l’état d’urgence, ce dernier est sans aucun doute efficace. Mais j’apprécie peu que le droit prévoit ses propres clauses suspensives. Cela l’éloigne fort du peuple dont il est, théoriquement, la source. À cet égard, je souhaiterais plutôt que l’état d’urgence soit prolongé par référendum et ce d’autant plus que les Français ont l’air de prendre la suspension de leurs libertés comme un mal nécessaire, ou pire, un bien. Sur le fond, l’état d’urgence, comme l’article 16, illustrent que système ne se pense pas dans la continuité et anticipe des ruptures. Or, c’est tout le contraire d’une politique de sécurité pérenne, intégrée au quotidien.

Dans son discours devant le Congrès, François Hollande a préconisé l’éventuelle formation d’une garde civile formée par des réservistes. C’est une mesure qui va dans le bon sens ?
 
L’idée a du mérite ! Mais les contours sont encore trop flous. S’il s’agit de prélever des effectifs et des moyens sur ceux des réserves militaire et policière, alors elle fera double emploi et réduira d’autant les capacités de la police et des armées. Si au contraire, il s’agit de constituer une force nouvelle de « citoyens – patrouilleurs » à mi-chemin entre la sécurité civile et les voisins vigilants, il faudra voir sur quel budget la développer. Aujourd’hui, la sécurité privée est constituée d’individus qui connaissent la loi mais ne disposent pas d’autres pouvoirs que ceux des citoyens, cela pourrait constituer un modèle. Dans tous les cas, l’initiative est à saluer alors que les pouvoirs publics ne peuvent plus tout faire et que le secteur privé n’est pas en mesure de répondre à la demande à court terme. Surtout, chercher un renfort dans la population est un signe encourageant de coproduction de sécurité.

Vous préconisez dans votre essai un modèle de sécurité constitué pour améliorer la résilience de la société face aux chocs internes et externes. Pouvez-vous nous en expliquer les principes ? N’est-ce pas particulièrement adapté au terrorisme contemporain, qui justement ne connaît plus de frontières ?
 
L’attentat contrecarré du Thalys comme le courage des héros anonymes des attentats de vendredi montrent plus que jamais que les citoyens sont la première ligne de défense du pays. Ils sont les premiers sur place, à intervenir, protéger, secourir et prodiguer des soins. Je souhaite donc que l’individu retrouve toute sa place dans l’architecture de sécurité. Avant les attentats, l’État comme la société avaient tendance à vilipender l’action individuelle ou à condamner une forme d’aventurisme a priori néfaste. Cela est en train de changer lentement en raison du manque de moyens.

Autant donc continuer dans ce sens et créer un cadre favorable aux individus. Il est facile d’envisager que des formations aux premiers soins fassent partie du cursus scolaire, ainsi que les techniques de médiation. Un assouplissement du cadre de la légitime défense pourrait être également envisagé, au même titre qu’un assouplissement concernant la détention d’armes. Les initiatives telles que les Voisins Vigilants peuvent également être encouragées par les pouvoirs publics, de même que, pourrait être assouplie la restriction sur l’emploi de la sécurité privée sur la voie publique. En réalité, dès lors que l’on souhaite que les individus participent à la sécurité, seule l’imagination constitue une limite. L’essentiel étant de remettre les individus au cœur du dispositif parce que ce sont eux qui sont les plus exposés et les plus prompts à intervenir.

Article reproduit avec l'autorisation de l'éditeur :
http://www.contrepoints.org/2015/11/20/229732-face-a-la-menace-terroriste-la-securite-passe-par-lindividu#0pADCXOYp52gUYSO.99
 
 
 
(Mis en ligne le 20 Novembre 2015)          

 
Articles similaires
Les retraites : une tragi-comédie en 5 actes...Pologne, 1er septembre 1939 : encore une fake...15 Août 2019 : une date-anniversaire bientôt...Napoléon n’est pas mort à Sainte-Hélène…Peut-on résumer la civilisation occidentale en...Statue du général de Gaulle renversée : surtout,...Il y a 100 ans : le défilé du 14 juillet 1919Evolution VISUELLE de la France de Clovis à...Jean-Paul Brighelli : « En 2019, le bac ne...Il y a un siècle, le 28 juin 1919, le traité de...L’islamisme dans les services publics : une...22 Juin 1944 : opération Bagration, l'Armée...Le glissement des démocraties vers le...Appel à la « normalité » : le grand imam de...10 juin 1944 : massacre d’Oradour-sur-Glane, 642...Commémorations : trop de marchands du temple,...Faut-il supprimer l'ENA et les grands corps...Michel Serres : adishatz !Prière islamique aux Invalides : la destruction...Commentaires sur le livre "Délinquance et...Sibeth Ndiaye : matinée pyjama à l’Élysée, ou...Marlène Schiappa à Nick Conrad : "Va, je ne...Les deux France : celle du sacrifice… et celle du...Foulards autorisés, jupettes interdites : le...Léonard de Vinci, l'un des derniers...10 avril : l’Equateur reçoit 10,2 milliards$. 11...Alain Finkielkraut indésirable à Sciences Po :...Evolution de la consommation sur 50 ans : de...L’exploit de Macron : 5 minutes de discours...Les guerres du Sahel, des origines à nos joursDeux poids, deux mesures (suite) : Marlène...Armée et maintien de l’ordre : petit rappel...Le très subtil Erdoğan à l'Australie : «...Tous les débats sont minés par un poison...La reine Rania de Jordanie ne porte pas le voile,...Yvette Roudy, féministe « historique », est...Non, profaner une tombe de croisé n’est pas «...Pays avancés = déclin des heures travailléesRetour en France des djihadistes : il faut...Théroigne de Méricourt, une révolutionnaire...Elysée : départ de Sylvain Fort, aïe, c’était un...Une nouvelle biographie d’Edgar Allan Poe, par...Pacte de Marrakech : l’annonce officielle d’un...Une nouvelle rampe découverte en Egypte relance...Attention, danger : l'UE va sous-traiter la...Des vedettes du show biz traitent les...Mystère : pourquoi l'Elysée a-t-il voulu...Manu, Bibi, Doudou et le Bololo28 Juin 1914 : quelques faits historiques peu...Nuit du 10 au 11 novembre 1918 : derniers faits...Flambée du populisme également parmi les Pays...Il FAUT que toutes les cloches de France sonnent...