Se connecterS'abonner en ligne

Écriture inclusive : ce qui se conçoit bien devrait pouvoir être autorisé à s’énoncer clairement…

Référence de l'article : MC6431
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Francis RICHARD,(4 Novembre 2017)


L’écriture inclusive, et la féminisation des mots, violentent la langue et témoignent surtout d’un manque de clarté de la pensée.
 
Modestement, comme je ne prétends être ni écrivain, ni journaliste, j’essaie d’écrire en langue française, sans autre ambition que de respecter le précepte de Nicolas Boileau :

Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement
Et les mots pour le dire arrivent aisément.

 
Je ne suis pas tout à fait Français, si je suis de toute façon francophone. D’aucuns me le reprochent… Il est vrai que je suis né en Flandre, que, sorte de monsieur Jourdain de l’identité, j’ai longtemps été apatride sans le savoir, et que j’ai obtenu tardivement la nationalité française, encore plus tardivement la nationalité suisse…
Je serais donc mal placé pour défendre la langue française… violentée naguère par la féminisation politique des noms et aujourd’hui par l’écriture inclusive. Alors, ne me sentant pas à l’aise pour le faire, je fais appel à d’autres, et non des moindres, pour plaider en faveur de la langue que j’aime : Jean-François Revel et l’Académie française.

JEAN-FRANÇOIS REVEL ET LA FÉMINISATION DES MOTS

Dans un article, paru il y a quelque vingt ans, le 11 juillet 1998, dans Le Point, intitulé « Le sexe des mots », Jean-François Revel dit tout haut ce que je pense forcément tout bas. Dans cet article lumineux, il remarque que la querelle de la féminisation des mots découle du simple fait qu’en français le genre neutre n’existe pas.

Il en résulte qu’en français des féminins et des masculins sont « purement grammaticaux, nullement sexuels ». Jean-François Revel donne les exemples suivants :
Un humain de sexe masculin peut fort bien être une recrue, une vedette, une canaille, une fripouille ou une andouille. De sexe féminin, il lui arrive d’être un mannequin, un tyran ou un génie.
 
Il ajoute, ce qui est le bon sens même, que certains substantifs se féminisent naturellement et d’autres pas, et donne des exemples que le lecteur intéressé peut découvrir en lisant son article. Avec toute sa sagesse d’académicien, il dit surtout :

L’usage est le maître suprême. Une langue bouge de par le mariage de la logique et du tâtonnement, qu’accompagne en sourdine une mélodie originale. Le tout est fruit de la lenteur des siècles, non de l’opportunisme des politiques.
 
Il conclut que les politiques, chez lesquels l’égalité des sexes ne progresse pas comme dans les autres métiers, ont choisi, en torturant la grammaire, de « faire avancer le féminin faute d’avoir fait avancer les femmes »

ET QUE DIT L’ACADÉMIE FRANÇAISE À PROPOS DE L’ÉCRITURE INCLUSIVE ?

Pour ce qui concerne l’écriture inclusive, que l’on voudrait imposer comme norme, j’attendais l’Académie française, avec plus d’espoir que les personnages de Samuel Beckett attendant Godot…
L’honorable Compagnie vient de se fendre à ce sujet (lors de sa séance du 26 octobre 2017), d’une déclaration de laquelle j’extrais ce passage :
 
La démultiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.
 
Dans son « Discours sur l’universalité de la langue française », Antoine de Rivarol écrivait que ce qui faisait l’universalité de la langue française à son époque, c’était « l’ordre et la construction de la phrase », qui lui donnaient sa « clarté par excellence »
Les sectateurs de l’aberration inclusive devraient se souvenir, avec Rivarol, que « ce qui n’est pas clair n’est pas français ». Mais, peut-être le sont-ils moins, après tout, que je ne le suis…

___________________________________________________________________
Article reproduit avec l'autorisation de l'éditeur :
https://www.contrepoints.org/2017/10/31/302054-ecriture-inclusive-se-concoit-bien-senonce-clairement 
 
(Mis en ligne le 4 Novembre 2017)

Quelques vers extraits de L'Art poétique, de Nicolas BOILEAU (1636-1711) :

Avant donc que d'écrire, apprenez à penser.
Selon que notre idée est plus ou moins obscure,
L'expression la suit, ou moins nette, ou plus pure. 
Ce que l'on conçoit bien s'énonce clairement,
Et les mots pour le dire arrivent aisément.

(Chant I)

Hâtez-vous lentement, et sans perdre courage,
Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage,
Polissez-le sans cesse, et le repolissez,
Ajoutez quelquefois, et souvent effacez.
(Chant I)

Un sot trouve toujours un plus sot qui l'admire.
(Chant I)

Il n'est point de serpent ni de monstre odieux,
Qui par l'art imité ne puisse plaire aux yeux,
D'un pinceau délicat l'artifice agréable
Du plus affreux objet fait un objet aimable.
(Chant III)

Qu'en un lieu, qu'en un jour, un seul fait accompli
Tienne jusqu'à la fin le théâtre rempli.
(Chant III)

Soyez plutôt maçon, si c'est votre talent.
(Chant IV)

Ce qu'on ne doit point voir, qu'un récit nous l'expose :
Les yeux en le voyant saisiront mieux la chose ;
Mais il est des objets que l'art judicieux
Doit offrir à l'oreille et reculer des yeux.
(Chant III)

J'appelle un chat un chat, et Rollet un fripon.
(Satire I)

 
(Extrait d'une sélection effectuée par Wikipédia) 
  

Articles similaires
En Août 70, les Romains ont-ils détruit le temple...Philippe de Villiers reçoit le même prix que Walt...16 Novembre 1917 : un tigre à la présidence du...La révolution d'octobre 1917 ou la négation...La calligraphie Chinoise : l'écriture du...« La plus belle place du monde » : l'amour...Déjà 1 189 307 avis enregistrés sur la plateforme...Attention à l'engrenage de la repentance :...Les maths seront-elles sauvées en France par la...L’écriture inclusive menace la liberté...De la force symbolique du drapeauLa longue histoire du zéro : cinq siècles plus...Le déclin historique de la violence: une thèse...A propos du livre "Le mythe de la...Le Maire de Béziers réagit au départ de Florian...40 ans de fantasmes sur l’extrême-droite pour...Un sous-marin allemand datant de 14-18 découvert...Terrorisme islamiste: ces infiltrés qui ont...A l'échelle de l'évolution du travail,...Les réseaux sociaux ont fait plier LIDL : la...Expédition La Pérouse : qu’est-il arrivé aux...OUI à la survie de la culture européenneÉvolution du travail : non, il n’y a pas de...De la participation de Français à la guerre de...Comment l’apprentissage de la lecture transforme...Bombardement historique du marché de l'ArtLa politique éducative vue par le nouveau...18 Juin 1917 : grand défilé patriotique aux...Qu' y a-t-il derrière la nouvelle industrie...Une française obtient le "prix Nobel...8 Juin : c'était la journée d'hommage...Michel Onfray, tel un La Bruyère, touche et fait...Manchester : "Ils ont oublié que...L'école de demain, selon le nouveau ministre...« Et en même temps » : une pensée macronnienne de...La déclaration Schuman, ou le complot du 9 Mai...7 mai 1917 : après le carnage d'avril, les...Le triangle d'incompatibilité de la...L'étourdissante vitesse de fabrication de...Pourquoi la guerre est-elle une illusion si...La France n°2 mondial en mathématiques, grâce aux...Ce que l'Histoire de nos peurs nous apprend...« 500 ans de Réforme », ou quand les élites...Emmanuel Macron et la « décomposition française »...Le petit Macron illustré : le Peuple, l'Art,...Radicalisation : déjà 16 000 inscrits au récent...L'assassinat judiciaire, ou la version...Terrorisme : la nième bourde de François Hollande..."La France n'a pas colonisé...B.Lugan envoie en RAR son livre sur...Le revenu universel, ou le symbole d'une...Des policiers, en tenue musulmane, arrêtent un...