Se connecterS'abonner en ligne

Club des Hénokiens: 12 entreprises sur 44 sont françaises

Référence de l'article : MC4641
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Jean-Baptiste NOE,(5 Juin 2015)

Connaissez-vous le club des Hénokiens ?

ll s’agit d’une association internationale regroupant des entreprises familiales de plus de deux cents ans d’existence. Seules 44 entreprises en sont membres. Toutes sont européennes, sauf 5 japonaises ; et 12 sont françaises. Les Italiens sont les mieux représentés, avec 14 entreprises. Pourquoi Hénokien ? Ce nom est une référence au roi biblique Hénoch, qui vécut jusqu’à l’âge de 365 ans. C’est une longévité extraordinaire dont témoignent ces entreprises : plus de deux siècles d’existence entre les mains d’une même famille, surmontant les crises, les guerres, les attaques de la concurrence et les transitions économiques.

hénokiens rené le honzecL’association fut fondée en 1981 par Gérard Glotin, alors PDG de Marie Brizard, fondée en 1755. Dans ce club figure la célèbre marque Beretta (fondée en 1526), Peugeot (1810), Hugel et Fils, viticulteurs, installés à Riquewhir depuis 1639. On y rencontre aussi Viellard-Migeon et Compagnie, fondée en 1679 à Lepuix-Gy en Franche-Comté, qui travaille des articles en acier. Elle est aujourd’hui leader mondial de l’hameçon, équipant les plus grands amateurs de pêche à travers le monde. Ces entreprises sont plus anciennes que la plupart des États du monde. Beaucoup ne sont pas connues du grand public et œuvrent dans la discrétion pour proposer leurs produits d’excellence. Elles témoignent de leur capacité à rester fidèle à leur modèle économique (l’entreprise familiale) et à leurs produits, tout en s’adaptant aux nouveaux modes de consommation et aux goûts des clients. Elles sont de véritables modèles de réussite entrepreneuriale.

32 Dumas, le patriarche français. C’est une des plus anciennes entreprises françaises encore en activité, peut-être la plus ancienne. 32 Dumas a été fondé en 1532 à Thiers, et figure comme un des grands noms de la coutellerie. Il équipe surtout les professionnels, bouchers, traiteurs, poissonniers, qui recherchent le tranchant réputé de sa lame. Pour les particuliers, la marque a créé un couteau de poche en 1908 réédité il y a quelques années. Cette marque reste entre les mains de la famille Dumas jusqu’en 1882, date à laquelle elle est rachetée par une autre famille de coutellerie de Thiers, Rousselon, dont la société fut créée en 1852. Ce rachat l’empêche de figurer parmi les Hénokiens, mais il montre que les mariages peuvent être heureux quand ils savent associer le goût de la transmission et l’exigence de la qualité.


beretta 686 E credits Chris Beckett licence (CC BY-NC-ND 2.0)), via Flickr.

La typologie des Hénokiens est variée : on y trouve des banquiers (Louis Dreyfus, Banque Lombard Odier), des entreprises alimentaires (Amarelli, distillateur de réglisse, Akafuku, pâtisseries japonaises…), des entreprises textiles (Lanificio Conte, Fratelli Piacenza…), ainsi qu’un fondeur de cloches (Colbachini) et un porcelainier (Revol). Dans leurs domaines respectifs, beaucoup ont fait faillite. Leur succès continu témoigne de la primauté de l’homme sur la conjoncture. Les crises n’existent pas, seuls existent des patrons qui ne savent plus faire face aux exigences de leur clientèle. Ces entreprises définissent, par petites touches, ce qu’est le capitalisme. Non pas une praxis du profit, mais une philosophie de la vie, fondée sur les trois piliers de l’éthique professionnelle, de la vision entrepreneuriale et de la nécessité de la transmission.

Article reproduit avec l'autorisation de l'éditeur :
http://www.contrepoints.org/2015/06/02/209484-le-club-des-henokiens
 
(Mis en ligne le vendredi 5 Juin 2015)

Articles similaires
Comment l’apprentissage de la lecture transforme...Bombardement historique du marché de l'ArtLa politique éducative vue par le nouveau...18 Juin 1917 : grand défilé patriotique aux...Qu' y a-t-il derrière la nouvelle industrie...Une française obtient le "prix Nobel...8 Juin : c'était la journée d'hommage...Michel Onfray, tel un La Bruyère, touche et fait...Manchester : "Ils ont oublié que...L'école de demain, selon le nouveau ministre...« Et en même temps » : une pensée macronnienne de...La déclaration Schuman, ou le complot du 9 Mai...7 mai 1917 : après le carnage d'avril, les...Le triangle d'incompatibilité de la...L'étourdissante vitesse de fabrication de...Pourquoi la guerre est-elle une illusion si...La France n°2 mondial en mathématiques, grâce aux...Ce que l'Histoire de nos peurs nous apprend...« 500 ans de Réforme », ou quand les élites...Emmanuel Macron et la « décomposition française »...Le petit Macron illustré : le Peuple, l'Art,...Radicalisation : déjà 16 000 inscrits au récent...L'assassinat judiciaire, ou la version...Terrorisme : la nième bourde de François Hollande..."La France n'a pas colonisé...B.Lugan envoie en RAR son livre sur...Le revenu universel, ou le symbole d'une...Des policiers, en tenue musulmane, arrêtent un...Davos, temple de l'interventionnisme...Les curieuses priorités budgétaires de Najat...Le Christianisme : une idée neuve en Chine,...Entretien avec Philippe BILGER: de la différence...Le nivô d'ortografe du Palet de...L’invasion migratoire nous arrachera à la...La France, ce beau pays aux 40 000 églisesUne théologienne allemande propose d’instaurer le...Frédéric BASTIAT, de A à Z, ou 3 700 pages de bon...On peut être fiers de « Nos ancêtres les Gaulois...Mais qui est vraiment Florian Philippot ?Adam Smith: libéral d'une main (invisible),...7 erreurs d'interprétation concernant le...Non, le capitalisme n'est pas immoral en...Islam de France : lorsque deux normes s’opposent,...Kant précurseur de l'Etat providence ?...La Boétie: son discours sur la servitude...A quoi servent les héros ?Terrorisme: ce qui nous surprend dépend de qui...Sommes-nous les derniers survivants de...Hommage au grand futurologue Alvin TOFFLER...Francis Fukuyama : le début de l'Histoire28 Juin 1914 : des détails peu connus sur...Aucun lien entre pauvreté, origine sociale et...