Se connecterS'abonner en ligne

16 Novembre 1917 : un tigre à la présidence du Conseil

Référence de l'article : MC6466
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Henri SAINT-AMAND,(18 Novembre 2017)



L’idée de faire appel à Clemenceau pour prendre les rênes du pouvoir commence à prendre forme dans l’esprit de nombreux parlementaires à partir du mois de septembre 1917. Georges Bonnefous (1867-1956), député de Seine-et-Oise, est missionné par quelques parlementaires pour rencontrer Clemenceau dans son antre de la rue Franklin. Le Tigre n’est candidat à rien même s’il pense qu’il pourrait faire mieux que les autres. Ses amis lui conseillent de jouer la modération vis-à-vis de Poincaré. Martet, son secrétaire, le lui dit : 

« Il n’attend qu’un signe de vous pour faire appel à votre concours. » Mais Clemenceau ne veut « pas faire ce signe […] Je ne le ferai pas pour cette raison que loin de rechercher le pouvoir, comme tous ces braves gens, j’en ai peur […] constatez que je suis foutu : j’ai soixante-seize ans, pourri de diabète […] Secundo, je ne suis pas très sûr qu’au point où nous en sommes, nous puissions nous tirer de là », répond-il à son collaborateur, en précisant tout de même : « Poincaré m ’offrira le pouvoir. J’accepterai. On ne peut pas refuser le pouvoir. Mais je ne l’aurai pas cherché».

Le 13 novembre, Painlevé est mis en minorité par la Chambre, ce qui constitue une première depuis le début du conflit. Il démissionne. Poincaré consulte. Il pense que nommer Clemenceau est un « gros risque ». Avec plusieurs ministres (Briand, Thomas…), il craint une insurrection de la classe ouvrière qui n’apprécie guère le Tigre. Poincaré pense même, un temps, se nommer président du Conseil. Après tout, les lois constitutionnelles de 1875 ne le lui interdisent pas. Mais au baromètre de la popularité, il est loin derrière Clemenceau. Et cette auto-nomination serait mal comprise. Il y renonce.

Le 14 novembre, Poincaré invite Clemenceau à l’Élysée, officiellement pour le consulter. Le sénateur du Var n’est pas très en forme. Le chef de l’État le trouve « engraissé […], sa surdité a augmenté. L’intelligence est intacte », rapporte Poincaré.

Le 15 Novembre, Clemenceau est de nouveau convoqué à l’Élysée pour 15 heures. « Un peu essoufflé, fort enrhumé mais plein d’allant et d’humeur », le Tigre répond à l’invitation. Clemenceau accepte de former le gouvernement en précisant : « Je ne prendrai aucune décision sans venir causer avec vous. » Les deux adversaires ont conclu la paix pour en terminer avec la guerre. Si possible avec la victoire au bout… En entrant au gouvernement, Clemenceau cesse d’écrire dans son quotidien – et même toute activité journalistique – et son journal change de nom. L’Homme enchaîné redevient L’Homme libre.

Le 16 novembre, il présente son gouvernement à Poincaré. Son fidèle ami, Stephen Pichon, devient ministre des Affaires étrangères ; Georges Leygues est à la Marine ; Pams, candidat malheureux à la présidentielle de 1913, est ministre de l’Intérieur… À la Guerre, Clemenceau s’adjoint son ami Jules Jeanneney.

Le 20 novembre, il se présente devant la Chambre pour obtenir l’investiture des parlementaires. Il donne le ton : « Nous avons accepté d’être au gouvernement pour conduire la guerre avec un redoublement d’efforts en vue du meilleur rendement de toutes les énergies. Nous nous présentons devant vous dans l’unique pensée d’une guerre intégrale. Nous voudrions que la confiance dont nous vous demandons le témoignage fût un acte de confiance en vous-mêmes, un appel aux vertus historiques qui nous ont faits Français ».

Il annonce le maintien de la censure diplomatique et militaire pour mettre fin aux « campagnes pacifistes, [aux] trahisons, demi-trahisons ». Mais il lève la censure dans le domaine politique. Il annonce des restrictions alimentaires, que la fin des combats exigera l’abnégation de tous, des sacrifices, des privations…

Mais il y croit : ces efforts seront récompensés, la victoire sera au bout. Sur les 555 députés, 483 prennent part au vote. Clemenceau recueille 418 voix contre 65. Parmi ceux qui lui refusent la confiance, les 64 députés socialistes. À 76 ans, Clemenceau, qui entame son second mandat de chef de gouvernement, prend une nouvelle stature : il est le recours, celui sur lequel reposent tous les espoirs.

____________________________________________________________________________
Article reproduit en licence CC BY NC SA avec l'autorisation de l'éditeur :
http://www.bvoltaire.com/16-novembre-1917-tigre-a-presidence-conseil/?mc_cid=a48728e2ea&mc_eid=e4617e9091
(Mis en ligne le 18 Novembre 2017)

Articles similaires
Il faut aller voir l'exposition...La belle histoire de la météorite de Caille,...De l’agnotologie : quels chemins empruntent la...Éducation, lecture, calcul : la France déclassée,...Aix-en-Provence : voici la belle Histoire du...Prophétie de Jean-Paul II sur l’invasion de...Semaines Sociales de France : les catholiques...En Août 70, les Romains ont-ils détruit le temple...Philippe de Villiers reçoit le même prix que Walt...La révolution d'octobre 1917 ou la négation...La calligraphie Chinoise : l'écriture du...Écriture inclusive : ce qui se conçoit bien...« La plus belle place du monde » : l'amour...Déjà 1 189 307 avis enregistrés sur la plateforme...Attention à l'engrenage de la repentance :...Les maths seront-elles sauvées en France par la...L’écriture inclusive menace la liberté...De la force symbolique du drapeauLa longue histoire du zéro : cinq siècles plus...Le déclin historique de la violence: une thèse...A propos du livre "Le mythe de la...Le Maire de Béziers réagit au départ de Florian...40 ans de fantasmes sur l’extrême-droite pour...Un sous-marin allemand datant de 14-18 découvert...Terrorisme islamiste: ces infiltrés qui ont...A l'échelle de l'évolution du travail,...Les réseaux sociaux ont fait plier LIDL : la...Expédition La Pérouse : qu’est-il arrivé aux...OUI à la survie de la culture européenneÉvolution du travail : non, il n’y a pas de...De la participation de Français à la guerre de...Comment l’apprentissage de la lecture transforme...Bombardement historique du marché de l'ArtLa politique éducative vue par le nouveau...18 Juin 1917 : grand défilé patriotique aux...Qu' y a-t-il derrière la nouvelle industrie...Une française obtient le "prix Nobel...8 Juin : c'était la journée d'hommage...Michel Onfray, tel un La Bruyère, touche et fait...Manchester : "Ils ont oublié que...L'école de demain, selon le nouveau ministre...« Et en même temps » : une pensée macronnienne de...La déclaration Schuman, ou le complot du 9 Mai...7 mai 1917 : après le carnage d'avril, les...Le triangle d'incompatibilité de la...L'étourdissante vitesse de fabrication de...Pourquoi la guerre est-elle une illusion si...La France n°2 mondial en mathématiques, grâce aux...Ce que l'Histoire de nos peurs nous apprend...« 500 ans de Réforme », ou quand les élites...Emmanuel Macron et la « décomposition française »...Le petit Macron illustré : le Peuple, l'Art,...