Se connecterS'abonner en ligne

10 juin 1944 : massacre d’Oradour-sur-Glane, 642 fusillés ou brûlés vifs

Référence de l'article : MC7608
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Henri SAINT-AMAND,(10 Juin 2019)

 

Après avoir pendu, à Tulle, 99 otages français âgés de 16 à 60 ans (voir notre article d’hier), et massacré, le même jour (9 juin), 67 civils et résistants à Argenton-sur-Creuse [1], la division SS Das Reich poursuit sa terrible et funeste remontée vers le nord en direction de la Normandie, où elle doit contrer l’avancée alliée et participer, plus tard, à la bataille de Normandie.
 
Sur son parcours, elle entend terminer sa mission de répression et se venger de la capture, par le maquis dirigé par Georges Guingouin (1913-2005), du SS-Sturmbannführer [2] Helmut Kämpfe (1909-1944). Celui-ci sera exécuté en représailles du massacre d’Oradour.
 
Le 10 juin, la Das Reich remonte par Limoges puis arrive, le même jour, à Oradour-sur-Glane. Il s’agit plus exactement du 1er bataillon du régiment Der Führer, alors commandé par le SS-Sturmbannführer Adolf Diekmann [3] (1914-1944). Convoqué par Diekmann, le docteur Desourteaux, qui fait office de maire, demande au crieur public de lire un message. Les habitants et les personnes de passage doivent se rassembler sur le champ de foire pour une distribution de viande et de tabac. La majorité de la population obéit aux ordres. Elle croit à un contrôle de routine.
 
Mais la ville et les alentours sont encerclés par les Allemands. De nombreux villageois arrivent, contraints et apeurés. Les récalcitrants et les fuyards sont abattus sur place.
 
Vers 15 h 00, le rassemblement est considéré par les Allemands comme terminé. Diekmann s’adresse à la population : ils ont entendu parler d’une cache d’armes et veulent savoir où elle se situe. Sauf qu’il n’y avait aucune cache dans le village. Devant le silence de la population, le commandant SS menace de perquisitionner toutes les maisons puis la population est divisée en deux : d’un côté, les hommes. De l’autre, les femmes et les enfants. Après une heure d’attente, les SS reviennent et déclarent qu’il y a « beaucoup de charges » contre la population locale [4], afin de justifier le massacre à venir.
 
Vers 16 heures, les hommes sont divisés en six groupes et enfermés dans des granges pleines de foin puis fusillés. Les soldats allemands mettent le feu aux granges où gisent les cadavres. En même temps, les femmes et les enfants sont enfermés dans l’église du village. Les SS déposent des explosifs, de la paille, y mettent le feu et tirent sur tous les occupants. Seule Marguerite Rouffanche, âgée de 47 ans, parvient à échapper miraculeusement à la tuerie.
 
Parmi les hommes, il y a aussi des survivants : Yvon Roby, Jean-Marcel Darthout, Mathieu Borie, Armand Senon, Paul Doutre et Robert Hébras. Ce dernier est toujours vivant. Il reste, surtout, le dernier témoin de l’horreur de cette journée au cours de laquelle 245 femmes, 207 enfants (dont six de moins de six mois) et 190 hommes, soit en tout 642 personnes, ont été mitraillés ou brûlés vifs.

Le massacre méthodique, glaçant et ignoble, d’Oradour-sur-Glane est devenu l’un des symboles de la barbarie nazie.

_______ Notes __________

[1] Massacre commis par la 5e compagnie du SS-Panzergrenadier-Regiment 4 Der Führer appartenant à la SS Das Reich

[2] Équivalent au grade de commandant

[3] Il meurt pendant la bataille de Normandie, le 29 juin 1944

[4] Pascal Maysounave, Oradour, plus près de la vérité, Lucien Souny, 1996

_____________________________________________________________________________
Article reproduit en licence CC BY NC SA avec l'autorisation de l'éditeur :
https://www.bvoltaire.fr/10-juin-1944-massacre-doradour-sur-glane/?mc_cid=792f2a2851&mc_eid=e4617e9091 
 
(Mis en ligne le 10 Juin 2019)

 

Articles similaires
Statue du général de Gaulle renversée : surtout,...Il y a 100 ans : le défilé du 14 juillet 1919Evolution VISUELLE de la France de Clovis à...Jean-Paul Brighelli : « En 2019, le bac ne...Il y a un siècle, le 28 juin 1919, le traité de...L’islamisme dans les services publics : une...22 Juin 1944 : opération Bagration, l'Armée...Le glissement des démocraties vers le...Appel à la « normalité » : le grand imam de...Commémorations : trop de marchands du temple,...Faut-il supprimer l'ENA et les grands corps...Michel Serres : adishatz !Prière islamique aux Invalides : la destruction...Commentaires sur le livre "Délinquance et...Sibeth Ndiaye : matinée pyjama à l’Élysée, ou...Marlène Schiappa à Nick Conrad : "Va, je ne...Les deux France : celle du sacrifice… et celle du...Foulards autorisés, jupettes interdites : le...Léonard de Vinci, l'un des derniers...10 avril : l’Equateur reçoit 10,2 milliards$. 11...Alain Finkielkraut indésirable à Sciences Po :...Evolution de la consommation sur 50 ans : de...L’exploit de Macron : 5 minutes de discours...Les guerres du Sahel, des origines à nos joursDeux poids, deux mesures (suite) : Marlène...Armée et maintien de l’ordre : petit rappel...Le très subtil Erdoğan à l'Australie : «...Tous les débats sont minés par un poison...La reine Rania de Jordanie ne porte pas le voile,...Yvette Roudy, féministe « historique », est...Non, profaner une tombe de croisé n’est pas «...Pays avancés = déclin des heures travailléesRetour en France des djihadistes : il faut...Théroigne de Méricourt, une révolutionnaire...Elysée : départ de Sylvain Fort, aïe, c’était un...Une nouvelle biographie d’Edgar Allan Poe, par...Pacte de Marrakech : l’annonce officielle d’un...Une nouvelle rampe découverte en Egypte relance...Attention, danger : l'UE va sous-traiter la...Des vedettes du show biz traitent les...Mystère : pourquoi l'Elysée a-t-il voulu...Manu, Bibi, Doudou et le Bololo28 Juin 1914 : quelques faits historiques peu...Nuit du 10 au 11 novembre 1918 : derniers faits...Flambée du populisme également parmi les Pays...Il FAUT que toutes les cloches de France sonnent...Algérie : marteau contre seins nusFortes menaces sur l'X, ou la...Erevan : Macron fait nommer une anglophone à la...« Comme l’Empire romain, notre pays n’a plus...Le mystère des 3 livres empoisonnés à...Virgile : un assassinat maquillé en...