Se connecterS'abonner en ligne

Pourquoi le Brexit est devenu un poker menteur

Référence de l'article : MPR7192
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Olivier PASSET,Directeur des synthèses,XERFI (11 Novembre 2018)

Le Brexit entrera en vigueur le 29 mars 2019. C’est un sujet d’inquiétude d’abord pour les français vivant au Royaume-Uni ; c’est ensuite une source d’incertitudes pour les entreprises implantées outre-manche et pour celles qui exportent sur le marché ou dépendent de sous-traitants  britanniques.



On sait que c’est la dernière ligne droite. Que 95 % du dossier serait bouclé. Que la question irlandaise reste un point d’achoppement, et que, même si un accord est obtenu à Bruxelles, demeure un gros risque politique autour de sa validation, au Parlement britannique ou auprès de la population par référendum. Bref, la perspective d’un scénario d’un hard Brexit continuera à planer encore assez longtemps, même en cas d’accord au sommet.
A ce stade, nous en sommes au



grand Poker menteur, où chacun exploite le risque d’un « no deal » que personne ne souhaite. Difficile dans ce contexte de surenchère de pondérer le risque réel d’un « no deal ». Le plus probable, c’est que nous ne serons ni dans le hard, ni dans le soft, et que sur nombre de points sensibles, il se pourrait bien que le temps de la négociation soit allongé. Car chacun sait que Bruxelles est passé maître dans l’art de jouer les prolongations en sous-marin et de transgresser ses propres règles.
Mais en dépit de ce grand voile de fumée, il y a des choses que l’on sait déjà. Même en cas de soft Brexit, la zone de libre-échange ne sera que partiellement préservée. Comme d’autres pays en dehors de l’UE, la Norvège, la Suisse, la mise en conformité avec les directives du marché unique, et l’union douanière souffre de vastes domaines d’exception.



Même le cas du soft Brexit, c’est une « zone de libre-échange à la carte», qui sera mise en place, encadrée par un « ensemble de règles communes pour les biens et les produits agroalimentaires. Les nouvelles normes concernant les marchandises seraient élaborées en commun entre l’UE et leRoyaume-Uni, qui resterait membre des agences de régulation des secteurs très encadrés (chimie, médicaments, aviation). Il quitterait a minima les politiques européennes communes en matière d’agriculture et de pêche.



Un soft Brexit se traduira par un durcissement de la politique migratoire. Cela ne devrait pas affecter les 3 millions d'Européens vivant déjà au Royaume-Uni et le million de Britanniques résidant sur le continent. Ces derniers conserveront les mêmes droits, une fois que le Royaume-Uni aura quitté l'UE, et, par la suite, les citoyens de l’UE garderont la possibilité d’y faire des études ou de travailler. Mais le système serafiltré. Si les plus qualifiés ne devraient pas rencontrer de problème pour obtenir titres de séjour, et permis de travail, il est clair que, pour les moins qualifiés et pour les non-citoyens de l’UE, l’impact sera lourd. Le gouvernement aspire aussi à un dispositif permettant aux citoyens britanniques et de l’UE de continuer à voyager dans les territoires des uns et des autres. Peu de chance de voir revenir un système de visa donc, et un choc frontal concernant le tourisme.



Ce que devrait contenir l’accord, c’est très probablement, un régime beaucoup moins favorable pour la City. Il n’y aura, ni passeport, ni reconnaissance mutuelle. Autrement dit, après accord, les institutions financières qui veulent continuer à prester des services sur le continent, devront avoir des implantations sur le continent. Revers de la médaille, la City renforcera son attractivité règlementaire (autrement dit l’assouplissement des règles prudentielles)  pour contrecarrer l’impact sur l’emploi.
 
Le Brexit va donc changer la donne. Le scénario du hard Brexit est certes plus violent, mais il ne signifie pas nécessairement à terme un schéma fondamentalement différent du soft Brexit. Seulement, il exigera une multitude d’accords bilatéraux pour maintenir une fluidité des échanges entre le Royaume-Uni et l’Europe continentale.
Ce que l’on sait enfin, c’est que, dans tous les cas, le Brexit ne prendra pas la tournure d’une rupture radicale. Le processus s’étirera  a minima jusqu’en janvier 2021, maintenant une continuité des règles, et laissant un espace à la négociation des accords bilatéraux. Et l’on évoque déjà une prolongation d'un an, soit jusqu'au 31 décembre 2021… Personne n’a intérêt au chaos, et les parachutes sont déjà prêts.

_____________________________________________________________________________
Cet article est également disponible sous format Video :
https://www.xerficanal.com/economie/emission/Olivier-Passet-Poker-menteur-du-Brexit-que-sait-on-vraiment-_3746455.html

(Mis en ligne le 11 Novembre 2018)      
 

Articles similaires
Le Brexit est maintenant certain. Mais sera-t-il...La Reine Elisabeth dépoussière le titre "Duc...La faillite de Carillion (43.000 salariés) :...Les causes véritables du décrochage britannique...Le Brexit, un an après: un séisme politique qui...Londres : d'après Trevor Phillips, les...Royaume-Uni : 1707 - 2017Le 23 avril 1972, c'était le referendum sur...Le Royaume-Uni n'a plus les moyens...Royaume-Uni : le calme avant la tempêteLe Royaume-Uni va tomber dans une grave...Qui est vraiment Theresa MAY, le nouveau premier...Cameron: la défaite en chantant !Theresa MAY bien mieux que Michael GOVE comme...Qui est vraiment Boris Johnson, le...Brexit: ce qui va se passer maintenant....Le mauvais mélodrame insignifiant du BrexitBrexit: que vaut-il mieux, pour l'Union...Brexit: les Britanniques posent les bonnes...300 chefs d’entreprise britanniques se prononcent...Brexit: quelles différences entre Conservateurs...Sadiq Khan devient maire de LondresLes USA menacent le Royaume-Uni en cas de Brexit...Royaume-Uni : déficit annuel 2015 le pire depuis...Mini accord fiscal: Facebook accepte de payer un...D’abord, le FT, puis, le LSE, et maintenant le...Brexit-Cameron, tout penaud, va tenter de...Royaume-Uni : déficit commercial de 162 milliards...Brexit : discussions animées entre Cameron et...Quels sont les vrais résultats et conséquences...David Cameron : le choix risqué du référendumL’économie britannique : le modèle précaireRoyaume-Uni: les limites du dopageRoyaume-Uni : tous les chiffres sont au rouge...Royaume-Uni: la situation est plus GRAVE que...Royaume-Uni : voit-on les signes d’une vraie...L'Etat britannique hésite sur la méthode de...Les travaillistes promettent une discipline...La diplomatie et l'économie au menu de la...L'économie britannique échappe à une...La Grande-Bretagne dégradée par Fitch : bientôt...La BoE maintient son taux directeur et le montant...Fiche Pays : le Royaume-UniRoyaume Uni : la production manufacturière a...Changement de Gouverneur à la Banque...Démissions en cascade pour BarclaysRetour de la récession en Grande-Bretagne