Se connecterS'abonner en ligne

78ème Fiche Pays : la Libye en 2018

Référence de l'article : MPL6933
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Alexis VARCAZ,(25 Juin 2018)



Le mot Libye vient d’un peuple, les Libous (Libyè en grec), ancêtres des Berbères, qui habitaient la Cyrénaïque au moins deux millénaires avant notre ère. De nombreuses batailles eurent lieu entre les Libous et les Egyptiens, notamment des dynasties Ramsès II et Merenptah à tel point que figurent sur plusieurs bâtiments ou ouvrages (temples funéraires, tombes, etc.) des personnages Libous, à peau blanche.
 
Ensuite, la Cyrénaïque fut colonisée par les Grecs (dès le 7ème siècle avant JC, cf. le monumental temple de Zeus à Cyrène), puis par les Romains, dès le premier siècle avant notre ère. Quelques vestiges magnifiques subsistent de la longue présence romaine (jusqu’à l’arrivée des Vandales en 455), comme par exemple le superbe théâtre de Sabratha (situé à environ 70 kms à l’ouest de Tripoli) :
 
 
  
 
Aujourd’hui, si l’on considère qu’un climat permet de vivre « normalement » lorsqu’il tombe un minimum de 200 mm de précipitations annuelles, afin qu’il y ait un minimum de production agricole, en sachant que la définition d’un pays désertique commence, selon l’ONU, lorsqu’il tombe moins de 100 mm par an [1], alors la Libye est  désavantagée selon ce critère : pour une superficie de 1 759 400 km2,  ce pays ne compte qu’environ 15 000 km2 au Nord-Ouest (plaine de la Djeffara) et 11 000 km2 au Nord Est (plaine d’Al Marj) qui répondent à cette norme, grâce notamment aux massifs respectivement du Djebel Nafusah à l’Ouest (point culminant à 980 mètres) et du Djebel Akhdar à l’Est (point culminant à 870 mètres).
 
Comme le reste des 1 734 000 km2 n’est composé que de sables, ou de terres arides recouvertes de roches et  de pierres, on ne s’étonnera pas qu’il n’existe dans ce pays aucun cours d’eau permanent.
 
Mais alors, comme survivent les 6,5 millions de Libyens ? Eh Bien, si le sol est ingrat, le sous-sol est doublement généreux.
 
Primo, la Libye est située au-dessus d’immenses nappes phréatiques datant de l’ère où le Sahara était d’abord une zone recouverte de …plusieurs mers, séparées par des massifs montagneux, puis une zone recouverte de savanes, entrecoupée de nombreux lacs,  jusqu’à ce qu’il devienne un désert (changements climatiques obligent [2] ), ce qui fait que plus de mille puits amènent toute l’eau nécessaire aux zones côtières d’une part, et aux oasis du désert d’autre part. Notons cependant qu’à l’échelle de l’espèce humaine, ces réserves d’origine préhistorique sont non renouvelables.
 
Deuxio, le sous-sol est gorgé d’un autre liquide, surnommé or noir, qui a été exploité très tôt. Dès les années 1960, la production pétrolière était significative, et la Libye exportait déjà 58 millions de tonnes de pétrole en 1965, ce qui fait que la Libye est restée très longtemps le premier pays producteur de pétrole du continent Africain, et, encore plus longtemps, le premier pays exportateur africain (Elle adhère à l’OPEP dès 1962). Notons cependant que la production est tombée de 1,8 million barils/j en 2010 à 0,99 en mars 2018 (3ème producteur africain), avec ce mois-là, 1,68 million pour le Nigéria (1er) et 1,57 million pour l’Angola (2ème). Mais certains mois, la production algérienne est supérieure à celle de la Libye, auquel cas la Libye recule à la 4ème place.
 
Pour en savoir plus sur ce pays dont la beauté sauvage des paysages naturels a été promue par de nombreux films, dont, par exemple, Un taxi pour Tobrouk, seul port naturel du Pays, merci de cliquer sur la Fiche Pays au format PDF située en bas de page.
 
 
 
[1] : la région de Koufra, au sud-est de la Libye, détiendrait le record mondial du nombre d’années sans pluies : 8 années consécutives, sachant qu’en moyenne (avec de grandes variations autour de la moyenne), ce serait … 0,5 mm par an.
 
[2] : lire, par exemple, ce court extrait : Le climat du Sahara a subi des variations importantes durant la préhistoire. Dans l'oasis de Bilma (Niger), des cratères de salines glauques sont les vestiges des mers qui couvraient le Sahara il y a 100 millions d'années (paléo-océan Téthys & Téthys alpine) et se sont retirées lors de la remontée de l'Afrique vers l'Europe, engendrant alors les Alpes et rehaussant l'Afrique du Nord. La genèse du Sahara est datée à environ 7 millions d'années après la disparition de la Thétys. Cette zone géographique est soumise aux cycles glaciaires/interglaciaires depuis 2,7 millions d'années, passant de verdoyant à désert tous les 5 à 6 000 ans91. Il y a environ 40 000 ans, il existait de grands lacs au Sahara, peuplé alors de semi-nomades. Il y a 18 000 ans, le Sahara était hyperaride ( Source : mot « Sahara » sur Wikipédia). En dehors de la coquille sur « tous les 5 à 6 000 ans », le reste donne une idée du poids de l’évolution géophysique de la planète, ainsi que du poids des cycles de Milankovic, dans l’alternance forêts/déserts.

(Mis en ligne le 25 Juin 2018)

Document mis en Annexe :