Se connecterS'abonner en ligne

Radioscopie des hauts revenus : quid du premier 1% et du premier décile ?

Référence de l'article : MPF7415
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Alexandre MIRLICOURTOIS,Directeur de la conjoncture et de la prévision,XERFI (9 Mars 2019)

Revenus, impôts, consommation, épargne, patrimoine : comment se positionnent les 10% les plus aisés sur ces 5 critères fondamentaux par rapport aux 90% les plus modestes ? Avant toutes choses, pour faire un voyage à l’intérieur du dernier décile des Français les plus riches, il faut poser une première borne pour déterminer à partir de quel niveau revenu une personne intègre le top 10.



D’après les données de l’INSEE, il faut disposer de 45 220 euros de revenu initial annuel, c’est-à-dire avant impôts et prestations sociales. C’est environ deux fois plus de ce que perçoit la moitié des Français. L’écart est important, mais ce n’est rien par rapport à la réalité, car il s’agit juste d’un rapport vis-à-vis de la borne basse des 10% les plus favorisés en d’autres termes du revenu plancher nécessaire pour intégrer ce groupe. Or, les personnes composant le dernier décile disposent en moyenne de 72 450 euros, c’est 3,5 fois plus que le revenu moyen du reste de la population. Mais il faut encore affiner l’analyse tant les écarts sont énormes à l’intérieur même du dernier décile.



Les « moins riches des riches perçoivent » en moyenne près de 61 000 euros de revenus par an, soit un rapport de 1 à 3 avec les 90% les plus modestes. C’est beaucoup, mais avec un revenu mensuel de 5 100 euros pour une personne seule, on est très loin de l’image d’Epinal du millionnaire. En se concentrant maintenant sur les 1% les plus aisés, le rapport s’élève et atteint 8,5 avec 176 990 de revenus annuels, l’équivalent de près de 15 000 euros mensuels pour une personne seule. Cela permet un train de vie sans grand rapport avec le reste de la population, même si le système français de redistribution, fait d’impôts et de prestations sociales, réduit les inégalités en montant, mais aussi en proportion des revenus grâce notamment au poids et la progressivité de l’impôt sur le revenu :



25% de l’impôt sur le revenu est acquittée par les 1% les plus favorisés, 35% par les 9% situés juste en dessous. En d’autres termes, les 10% de la population disposant des revenus initiaux les plus élevés contribuent à 60% de l’impôt sur le revenu, les 90% restants 40%.
Finalement, en termes de niveau de vie (c’est-à-dire une fois intégrée les prestations sociales, l’impôt sur le revenu, la taxe d’habitation, la CSG et la CRDS),



les 10% les aisés disposent en moyenne de 37 570 euros par an, l’équivalent de 3 130 euros par mois pour une personne seule ou de 5 635 euros pour un couple avec un enfant de moins de 14 ans. Avec ce trait particulier, plus les revenus sont importants, plus la source se financiarise et est liée au patrimoine et non plus à l'activité professionnelle. Des hauts revenus pour consommer et épargner pour se constituer un patrimoine. C’est une évidence que l’Insee traduit dans les chiffres, les 10% les plus favorisés dépensent environ deux fois plus que le Français moyen et représentent près de 20% des dépenses totales. Si en valeurs absolues ils consomment un peu plus de tout, leur part dans certaines dépenses dévoile une surreprésentation très nette dans les dépenses liées aux loisirs, à la culture et plus globalement à l’ensemble des services.



Dans les services à domicile, par exemple, ils représentent 47% du total. En d’autres termes, près d’un euro sur deux dépensé dans ce secteur l’est par les 10% les plus aisés. Leur part est aussi considérable dans les voyages à forfait ou organisés la restauration, les achats de livres, jusqu’aux services sportifs et récréatifs. Si les plus favorisés dépensent beaucoup, ils épargnent, toute chose égale par ailleurs, encore plus par rapport au reste de la population. Les données de l’INSEE ne permettent pas de rentrer dans le détail des déciles, la photo



du taux d’épargne par quintile donne toutefois un bon aperçu de ce qui se passe : les 20% des ménages les plus aisés parviennent à mettre de côté environ 30% de leur revenu. Compte tenu des masses en jeu, cela représente près des deux tiers des sommes épargnées. Cette épargne vient abonder un patrimoine déjà important qu’il se soit constituer au fil du temps ou hérités.



Les 1% des mieux dotés détiennent ainsi 16% du patrimoine brut disponible, soit environ 1 640 milliards, les 5% possèdent 33% et les 10% quasiment la moitié du patrimoine total, soit 5 110 milliards et son augmentation va de pair avec l’augmentation des revenus, ce qui alimente l’accumulation des richesses. Pour les mieux dotés, il est alors envisageable de parler d’un cercle vertueux de l’enrichissement.

____________________________________________________________________________
Cet article est également disponible sous format Vidéo :
https://www.xerficanal.com/economie/emission/Alexandre-Mirlicourtois-Hauts-revenus-decryptage-des-10-les-plus-eleves_3746974.html 
 
(Mis en ligne le 9 Mars 2019)

Articles similaires
ZE : combien de temps peut durer le delta de...Inégalités Homme-Femme : pourquoi ne pas évoquer...Fin du Grand Débat : va-t-on tenir compte du VRAI...Le départ de Virginie Calmels, parfaite...Quand l’obésité du secteur public pénalise notre...L'intérim représente environ 50% de la...France : le mystère du taux d'épargne aussi...Médias français : le mode "Full...Les deux maux principaux de nos retraitesAviateurs du Mirage 2000 et pompiers de Paris :...Evolution du pouvoir d'achat : quel rôle...Pourquoi la France a-t-elle choisi « chômage et...L’opportunisme inaltérable de SégolèneBilan 2018 : quels ont été les députés les plus...Comparaison de l'évolution du pouvoir...« Vivent les taxes » chantent ceux qui en...Les classes moyennes et populaires victimes des...Crise en France : quelques éléments de réflexion...Evolution du pouvoir d’achat : ce sont les...Gilets Jaunes : "pouvoir d’achat" ?...Les Gilets Jaunes sont les victimes indirectes de...5 107 milliards€ : l'épargne financière...L'évolution du patrimoine net des Français...Retraites : TOUT ce qui se prépare et TOUT ce que...La radicalisation islamiste a-t-elle pénétrée les...Loi Pacte : il faut que tout change pour que rien...Pendant que la France s’endette, l’Allemagne et...Rémunérations : quels sont les couples...Commerce extérieur : la débâcle française...La pauvreté s'étend en FranceCapital et travail : sommes-nous vraiment...Macron est-il vraiment pro-business ?France : la dépense publique par habitant est...France : la dette publique au-dessus de 100%,...La doctrine Macron sur les revenus expliquée de A...Pourquoi la croissance française est inférieure à...Report ou transformation du prélèvement de...La plus grave erreur de Macron : il a cassé la...France : le pouvoir d'achat en forte baisseDepuis 2009, les sous-investissements en...Le chantier de la réduction des emplois publics...14 Juillet : attention quand même de ne pas...Constitution : les dangers d'une révision...Liens entre gros revenus et gros patrimoines:...Assemblée nationale : les frais de personnel les...Réforme des retraites : les gagnants et les...Financer les retraites ne suffira pas : il faut...« Economies publiques » et « industries de pointe...Budget de l'Etat : zéro progrès, la Cour des...Que penser du bilan 2017 de la Commission...Consignes données aux CRS le 1er mai : « S’il y a...La France, qui n'est plus une nation...