Se connecterS'abonner en ligne

Quel peut-être l’impact de la baisse de l’euro sur la croissance française

Référence de l'article : MPF4257
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Olivier PASSET,Directeur des Synthèses,XERFI

En première lecture, le décrochage de l’euro est spectaculaire,

notamment lorsqu’on se polarise sur le chiffre le plus commenté, c’est-à-dire la parité euro-dollar. De l’ordre de 15 % depuis avril de l’année dernière,  et une parité qui a brisé le seuil symbolique des 1,20, une première depuis 10 ans.
Mais lorsque l’on prend la mesure de l’ensemble des mouvements de change depuis cette date, on saisit rapidement que les choses ne sont pas si simples. Nombre de devises ont accompagné l’euro dans sa baisse… voire plus pour les pays qui sont déstabilisés financièrement.

Le rouble bien-sûr,le real brésilien ensuite,  mais aussi le yen,  le franc suisse et  la Livre. Même le  dollar canadien s’est déprécié sur la période vis-à-vis du dollar américain.  Dans une moindre mesure aussi le Won coréen. Autrement dit, l’euro n’a pas gagné en compétitivité sur tous les marchés, ou du moins pas dans les proportions  que suggère sa parité à l’égard du dollar.
C’est la moyenne de ces mouvements pondérés par la structure ne notre marché à l’exportation… autrement dit le taux de change effectif. Et si l’on regarde cet indice pour la France, on déchante rapidement par rapport à ce que suggère la parité euro-dollar.

L’euro, vu de la France, se serait déprécié de 2,4% par rapport à l’ensemble des monnaies. Et de 3,9% si j’intègre le récent décrochage de janvier. Non seulement d’autres devises se sont dépréciées, mais de surcroît près de la moitié de nos exportations se font en zone euro et ne bénéficient donc pas de la dépréciation.  Ce n’est pas suffisant pour changer la face de la croissance.
On aurait pourtant tort de s’arrêter là, contrairement à ce que font nombre de modélisateurs :

1/ Le choc est un choc symétrique qui touche l’ensemble des pays de la zone en même temps. Autrement dit c’est le taux de change effectif de la zone prise en bloc qu’il faut considérer.

2/ La désinflation en zone euro, plus prononcée que dans le reste du monde, crée un avantage compétitif supplémentaire. C’est donc le taux de change effectif réel de la zone euro qui est l’indicateur pertinent.

Le premier indice, c’est-à-dire le taux de change effectif de la zone,  s’est déprécié de près de 7 % depuis mars-avril.
Lorsque j’intègre l’effet « différentiel de prix ».

Le taux de change effectif, dit réel, s’est déprécié lui de près de 8 % depuis mars-avril 2014. C’est donc un choc significatif qui atteint l’ensemble de la zone euro.  Un choc qui pourrait produire 0,5 à 1 point de croissance supplémentaire sur un horizon de 1 à 2 ans. Pas de quoi résoudre nos problèmes de croissance à long terme, mais une bouffée d’oxygène qui redonne une seconde chance à la reprise européenne à court terme.
 
Cet article est également disponible sous format Video :

http://www.xerficanal-economie.com/emission/Olivier-Passet-La-baisse-de-l-euro-va-stimuler-la-croissance-vrai-ou-faux-_2186.html

(Mis en ligne le 16 Janvier 2015)

Articles similaires
Budget de l'Etat : zéro progrès, la Cour des...Que penser du bilan 2017 de la Commission...Consignes données aux CRS le 1er mai : « S’il y a...La France, qui n'est plus une nation...Les PME et l’emploi : pourquoi tout reste à...Fake news de Tolbiac : l'hallucinante...Mai 68 : quel était le contexte économique à...La France est bien un pays socialiste : la preuve...Pour une réforme du droit de grève : la Loi doit...Réforme du lycée : pourquoi ce que propose...France : il faudrait mieux défendre la...Blocages des facs : l’ultra-gauche et LFI tentés...La cagnotte n'existe pas : les pertes sont...France : pourquoi l’économie est elle en panne ?...Ce que révèle la réforme de la SNCF sur les...Innovation : le principe de précaution inhibeFrance : dégradation brutale du solde des...La volonté de réforme de Macron peut-elle...Sur les 5,8 millions de salariés des groupes...Génération « J’ai le droit », de Barbara...Une France fortement pénalisée par son...Dans une économie qui marche, qui crée de...Transferts sociaux excessifs et compétitivitéLa baisse du chômage sera forcément très faible...Le naufrage de la balance française des services...Vouloir appliquer le modèle scandinave en France...Déplacement de Macron en Corse : oui, mais....Revue des 4 secteurs économiques eu-pho-ri-ques...Notre-Dame des Landes : défaite de l’État ou...Modernisation sociale : mieux en qualité, moins...Comment les ménages ont modifié leur consommation...Baisse des dépenses de l'Etat: pourquoi la...France en 2018 : et si la croissance atteignait...L’étude choc : mais que font les députés En...Hausses de salaires : + 2,3% prévu en 2018Corse : à élections confuses, interprétations des...Flexisécurité française : de la montagne promise...France : où dégraisser un Etat devenu obèse ?12.000 millionnaires ont quitté la France en...Pourquoi l'industrie n'arrive plus à...Les oubliées du Budget 2018 : les TPE et les PMEAPL, HLM : pourquoi cela tourne au vinaigre entre...Le Général Vincent Desportes réagit à la...Pompiers : quand un urgentiste CGT justifie leur...Curieux: l'étonnante progression des...C'est quoi, être riche, pour...L’honneur d’un préfet de la RépubliqueQue va donner le match « Macron » contre « La...Retour sur la démission "forcée" du...La méthode Mélenchon, ou la classique Révolution...Evolution des marges industrielles en France de...Quand la grève se transforme en outil...