Se connecterS'abonner en ligne

Que penser du bilan 2017 de la Commission nationale des sanctions ?

Référence de l'article : MPF6843
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Thibault DOIDY de KERGUELEN,Président de la Compagnie financière et patrimoniale de Normandie,(12 Mai 2018)

_________________

Lundi 7 mai 2018, Bruno Le Maire, ministre de l’Economie et des Finances, a reçu Francis Lamy pour la traditionnelle remise du rapport d’activité de la Commission nationale des sanctions (CNS). Mais savez-vous quels champs d'intervention couvre la CNS aujourd'hui, depuis sa création en 2014 ?

 
 
La Commission nationale des sanctions est un dispositif de surveillance de certaines activités. La Commission nationale des sanctions est une "institution indépendante" [….], installée auprès du ministre chargé de l’Économie. À part les guillemets que je n’ai pu m’empêcher d’ajouter, telle est sa définition figurant sur son site officiel.

LE CARACTÈRE INDÉPENDANT DE LA COMMISSION NATIONALE DES SANCTIONS

La Commission nationale des sanctions est composée :

  • d’un conseiller d’État, président, désigné par le vice-président du Conseil d’État (lui-même nommé en Conseil des ministres sur proposition du Garde des sceaux),
  • d’un conseiller à la Cour de cassation, désigné par le premier président de la Cour de cassation (lui-même nommé par le Président de la république)
  • d’un conseiller-maître à la Cour des  comptes, désigné par le premier président de la Cour des comptes (lui-même désigné par décret du Conseil des ministres),
  • et de quatre personnalités « qualifiées » en matière juridique ou économique.

L’OBJET DE LA COMMISSION NATIONALE DES SANCTIONS

Le rôle officiel de la Commission nationale des sanctions est d’être un acteur de la lutte contre le blanchiment des capitaux et de l’inévitable « financement du terrorisme ».
Beaucoup plus prosaïquement, elle sanctionne les professionnels relevant de sa compétence qui n’appliquent pas leurs obligations, comme celle de déclarer à Tracfin les soupçons et les informations dont ils ont connaissance afin de lutter contre la fraude fiscale, les règlements en espèces, la fraude douanière et sociale ou, bien entendu, le « financement du terrorisme ».

Elle est chargée de surveiller et de sanctionner les professionnels suivants :

  • les agents immobiliers,
  • les sociétés de domiciliation,
  • les opérateurs de jeux et paris, y compris en ligne,

Et, désormais, depuis l’ordonnance du 1er décembre 2016 ayant transposé la quatrième directive européenne sur la lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme,

  • les antiquaires,
  • les marchands d’œuvres d’art,
  • les personnes se livrant au commerce de biens de luxe et acceptant les règlements en espèce ou en monnaie électronique supérieurs à 10 000 €,
  • les agents sportifs.

Vous noterez au passage qu’à part dans la catégorie « opérateurs de jeux » (et encore, pas en France..), aucun professionnel de ces secteurs n’a été pour l’instant condamné pour « financement du terrorisme »…  Contrairement à d’autres activités comme les transports, la restauration, le commerce international, les associations qui, elles, ont plusieurs cas de condamnations, mais ne figurent pas dans les secteurs surveillés par la CNS….

BILAN 2017 DE L’ACTION DE LA CNS

Le président de la Commission Nationale des Sanctions a présenté au ministre le bilan des travaux de la Commission pour l’année 2017 :
 
49 décisions de sanction : 24 décisions sanctionnaient des personnes morales et 25 décisions des personnes physiques, dirigeantes de ces personnes morales
Ces décisions concernaient des entreprises appartenant :

  • au secteur des agences immobilières pour 76% d’entre elles,
  • au secteur de la domiciliation pour 20% d’entre elles et
  • au secteur des jeux et paris pour 4% d’entre elles.

87 sanctions se décomposant en

  • 25 interdictions temporaires d’exercice d’activité,
  • 13 avertissements et
  • 39 sanctions pécuniaires, de 1000 à 30 000 euros

Depuis sa création en 2014, la CNS a sanctionné au total 128 professionnels. Gageons que l’élargissement de son champ d’investigation va lui permettre d’accélérer sa montée en puissance…

ALLOCUTION DU MINISTRE

Bruno Le Maire, ministre de tutelle de la CNS, a souligné que:

"la lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme était au cœur des priorités des autorités françaises, comme l’a montré l’organisation de
la conférence sur la lutte contre le financement de Daech et d’Al-Qaïda qui s’est tenue à Paris les 25 et 26 avril".

 
Réitérant l’appel de ses prédécesseurs à la délation et faisant même dans le domaine de la lutte contre la fraude fiscale une obligation de cette délation, il a ajouté :

"Elle implique aussi la mobilisation forte des professionnels. L’augmentation du nombre de déclarations de soupçons en 2017 pour l’ensemble des professionnels assujettis témoigne d’une prise de conscience qui doit se poursuivre alors que les risques sont toujours présents".

______________________________________________________________________________
Ce texte est extrait d'un article publié sur Contrepoints.org, dont voici l'original:

https://www.contrepoints.org/2018/05/11/315933-commission-nationale-des-sanctions-surveillance-et-delation


Pour en savoir davantage, merci de cliquer ci-dessous, en bas de page, sur le Rapport 2017 de la CNS (40 pages sous format PDF).


 (Mis en ligne le 12 Mai 2018)

  

Document mis en Annexe :
Articles similaires
CSA : naissance annoncée d’un BIG BROTHER...Les 5 transformations majeures de l'emploi...Étonnamment, le taux des investissements des...Où en est véritablement le redressement du...Une grande partie des mesures en faveur du...France et UE : quelques récentes statistiques...Evolution des salaires, impôts et taxes, et...Les choix d'implantation des entreprises...Chômage : quand l’exception française invalide...Ecologie : Nathalie Loiseau veut dépenser mille...Quelques causes structurelles au déficit...La vérité sur les dépenses publiques et...Le gouvernement dans l’impasse face à «...Fonction publique : plusieurs méthodes pour...TVA à 0% sur les produits de base ? Une mesure...Pourquoi les exportations françaises sont-elles...Prix de l’essence : évolution comparée...En nommant Sibeth Ndiaye, Macron fait-il l’éloge...Salaires / dividendes : Benoît Hamon, candidat au...France : bilan des principales erreurs de...Comptes publics 2018 : sauts de cabri de...« Cette décision d’utiliser Sentinelle est...ZE : combien de temps peut durer le delta de...Inégalités Homme-Femme : pourquoi ne pas évoquer...Fin du Grand Débat : va-t-on tenir compte du VRAI...Radioscopie des hauts revenus : quid du premier...Le départ de Virginie Calmels, parfaite...Quand l’obésité du secteur public pénalise notre...L'intérim représente environ 50% de la...France : le mystère du taux d'épargne aussi...Médias français : le mode "Full...Les deux maux principaux de nos retraitesAviateurs du Mirage 2000 et pompiers de Paris :...Evolution du pouvoir d'achat : quel rôle...Pourquoi la France a-t-elle choisi « chômage et...L’opportunisme inaltérable de SégolèneBilan 2018 : quels ont été les députés les plus...Comparaison de l'évolution du pouvoir...« Vivent les taxes » chantent ceux qui en...Les classes moyennes et populaires victimes des...Crise en France : quelques éléments de réflexion...Evolution du pouvoir d’achat : ce sont les...Gilets Jaunes : "pouvoir d’achat" ?...Les Gilets Jaunes sont les victimes indirectes de...5 107 milliards€ : l'épargne financière...L'évolution du patrimoine net des Français...Retraites : TOUT ce qui se prépare et TOUT ce que...La radicalisation islamiste a-t-elle pénétrée les...Loi Pacte : il faut que tout change pour que rien...Pendant que la France s’endette, l’Allemagne et...Rémunérations : quels sont les couples...Commerce extérieur : la débâcle française...