Se connecterS'abonner en ligne

Pourquoi, à paramètres macro-économiques inchangés, la trésorerie des entreprises va s’améliorer en 2019

Référence de l'article : MPF7222
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Olivier PASSET,Directeur des synthèses,XERFI (24 Novembre 2018)

La nouvelle ère fiscale qui s’ouvrait avec Macron devait être celle de la


 

baisse, de la simplification et de la stabilité. Autant dire qu’on est loin de cette promesse, du côté des ménages, dont le mouvement des gilets jaunes cristallise aujourd’hui le ras-le-bol fiscal, comme des entreprises.



De leur côté, l’affichage est pourtant flatteur : 18,8 milliards de baisses d’impôts en 2019. Et la réforme phare de la transformation du CICE, se veut emblématique aussi de stabilité et de simplification. Le nouveau dispositif est pérenne, et il devient, ce qu’il a toujours été dans les intentions : non pas une baisse d’IS, mais une baisse de charges sur le travail.
Pourtant, passé ce premier effet de vitrine, la réalité est toute autre. Le PLF / PLFSS 2019, c’est d’abord un imbroglio de mesures dont on peine à démêler l’impact réel pour les entreprises :



c’est un allègement de 6 points des cotisations patronales maladies entre 1 et 2,5 SMIC, qui se substitue au CICE. Mais comme rien n’est simple dans l’usine à gaz française, il a fallu dans le même temps pallier l’effet collatéral de cette mesure sur les allègements généraux. Moins de cotisations, ça fait moins d’allègements généraux (les ex-réductions Fillon). Potentiellement de l’ordre de 5 milliards de manque à gagner, qu’il a fallu compenser en élargissant l’assiette de calcul de la baisse des charges aux retraites complémentaires.

A cela s’ajouteun allègement supplémentaire au voisinage du SMIC, destiné à compenser le passage de 7 à 6 % du taux de CICE en 2018… mesure qui a été reportée finalement au 1er octobre 2019, ce qui lui fait perdre les trois quarts de son impact.

C’est ensuite la poursuite de la décrue de l’IS, par paliers successifs, avec en 2019 une baisse de 2,33 point du taux normal de l’IS pour les bénéfices supérieurs à 500 000 euros (2,4 milliards d’économies pour les entreprises).  Dont l’impact est en partie neutralisé en 2019 par le fait que les grandes entreprises, dont le CA d’affaire est compris entre 250 millions et 5 milliards d’euros, verront leur cinquième acompte majoré (pour un montant de 1,4 milliard).  

Et puis c’est enfin un accroissement de la fiscalité écologique de 1,1 milliard avec la hausse de la fiscalité énergétique et de 1 milliard avec la suppression du taux réduit sur la consommation de produits énergétiques pour certaines entreprises.

Au total, si l’on tient compte du moment où l’agent est effectivement déboursé par les entreprises, cet écheveau de mesures produit un



sursaut exceptionnel de trésorerie. Essentiellement du fait que la créance du CICE 2018 sera effectivement perçue en 2019, se superposant à la baisse des charges qui prendra effet immédiatement. De surcroît le supplément d’IS, inhérent à la baisse des charges, ne jouera en caisse que l’année suivante. En tout, c’est un coup d’accordéon de 20 milliards qu’il faut attendre, très atypique en phase de ralentissement conjoncturel. De quoi faire temporiser les choses au cours d’une année 2019 très incertaine,  puisque cette bouffée d’oxygène devrait



diminuer les délais de paiement, leurs charges financières et finalement la sinistralité des entreprises.

Mais ce coup d’accordéon est très trompeur aussi. Car, in fine, c’est bien un alourdissement global de la fiscalité des entreprises qui se met en place. Lorsque l’on considère l’impact comptable en année pleine des différentes mesures fiscales adoptées en 2019, en tenant compte notamment de l’alourdissement de la fiscalité environnementale  et de l’effet retour sur l’IS de la baisse des charges, on constate que la pression fiscale sur les entreprises va sensiblement s’accroître par rapport à 2017 (année où le CICE était à 7% de la masse salariale) de l’ordre de 6 milliards : les baisses de charges compensent à 0,5 milliard près le CICE à 7%.



 

  • Côté baisse, s’ajoute la décrue de l’IS pour 2,4 milliards supplémentaires,
  • mais côté hausse, il y a entre 2018-et 2019, 3,3 milliards de fiscalité écologique en plus, et 4 à 5 milliards d’IS en plus lié à l’effet retour de la baisse des charges.

Les entreprises se retrouvent donc dans une situation assez schizophrénique, où, dans un contexte de ralentissement conjoncturel et de hausse de la pression fiscale, elles bénéficient d’une embellie d’une ampleur exceptionnelle de leur trésorerie qui pourrait en pousser certaines à la faute.


____________________________________________________________________________
Cet article est également disponible sous format Video :
https://www.xerficanal.com/economie/emission/Olivier-Passet-Une-baisse-en-trompe-l-oeil-de-la-fiscalite-des-entreprises-en-2019_3746547.html 
 
(Mis en ligne le 24 Novembre 2018)

Articles similaires
Les classes moyennes et populaires victimes des...Crise en France : quelques éléments de réflexion...Evolution du pouvoir d’achat : ce sont les...Gilets Jaunes : "pouvoir d’achat" ?...Les Gilets Jaunes sont les victimes indirectes de...5 107 milliards€ : l'épargne financière...L'évolution du patrimoine net des Français...Retraites : TOUT ce qui se prépare et TOUT ce que...La radicalisation islamiste a-t-elle pénétrée les...Loi Pacte : il faut que tout change pour que rien...Pendant que la France s’endette, l’Allemagne et...Rémunérations : quels sont les couples...Commerce extérieur : la débâcle française...La pauvreté s'étend en FranceCapital et travail : sommes-nous vraiment...Macron est-il vraiment pro-business ?France : la dépense publique par habitant est...France : la dette publique au-dessus de 100%,...La doctrine Macron sur les revenus expliquée de A...Pourquoi la croissance française est inférieure à...Report ou transformation du prélèvement de...La plus grave erreur de Macron : il a cassé la...France : le pouvoir d'achat en forte baisseDepuis 2009, les sous-investissements en...Le chantier de la réduction des emplois publics...14 Juillet : attention quand même de ne pas...Constitution : les dangers d'une révision...Liens entre gros revenus et gros patrimoines:...Assemblée nationale : les frais de personnel les...Réforme des retraites : les gagnants et les...Financer les retraites ne suffira pas : il faut...« Economies publiques » et « industries de pointe...Budget de l'Etat : zéro progrès, la Cour des...Que penser du bilan 2017 de la Commission...Consignes données aux CRS le 1er mai : « S’il y a...La France, qui n'est plus une nation...Les PME et l’emploi : pourquoi tout reste à...Fake news de Tolbiac : l'hallucinante...Mai 68 : quel était le contexte économique à...La France est bien un pays socialiste : la preuve...Pour une réforme du droit de grève : la Loi doit...France : il faudrait mieux défendre la...Blocages des facs : l’ultra-gauche et LFI tentés...La cagnotte n'existe pas : les pertes sont...France : pourquoi l’économie est elle en panne ?...Ce que révèle la réforme de la SNCF sur les...Innovation : le principe de précaution inhibeFrance : dégradation brutale du solde des...La volonté de réforme de Macron peut-elle...Sur les 5,8 millions de salariés des groupes...Génération « J’ai le droit », de Barbara...Une France fortement pénalisée par son...