Se connecterS'abonner en ligne

Politique de l’emploi ou de l’offre : Hollande doit choisir

Référence de l'article : MPF3266
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Olivier PASSET,XERFI

L’engagement de François Hollande en faveur de l’offre a été salué par les milieux économiques. Le pari de l’adhésion populaire est en revanche beaucoup plus risqué.

Adosser la reconquête de l’emploi sur celle des parts de marché et sur le renforcement du tissu productif est nécessairement un processus de longue haleine.

C’était toute l’ambiguïté de l’objectif d’inversion de la courbe du chômage claironné jusqu’ici. Énoncé comme un objectif prioritaire, il comportait toute une série de corollaire.

Quand la politique économique se résume à la seule politique de l’emploi, elle relève en effet  bien plus d’une politique de soutien à la demande que de soutien à l’offre. Car vouloir obtenir des résultats rapides sur l’emploi amène à privilégier certains leviers.

Cela conduit notamment à privilégier les dispositifs de baisse de charge ciblés sur les bas salaires. C’est sur cette cible en effet que l’emploi est le plus réactif à bref délai. L’impact immédiat sur le volume de travail peu qualifié se double de surcroît d’un effet positif sur les salaires. Car les secteurs bénéficiaires sont aussi les moins exposés à la concurrence et une large fraction de la baisse des charges est reversée en hausse de salaires. C’est ce que l’on a constaté lors des précédents abattements de charges programmés depuis 20 ans. Si les pouvoirs publics amplifient de surcroît le mouvement par des dispositifs d’emploi aidé, l’emploi et les revenus sont rapidement au rendez-vous….

Et dans leur sillage la consommation. Au final, soumise à ce type de traitement, une économie combine emploi, revenu, accélération de la croissance par la demande et baisse du chômage… Dans le délai qui est à-parti au président, c’est de loin l’arbitrage politique qui comporte le plus fort rendement électoral.

L’ennui de ce type de type de potion, c’est qu’elle guérit les symptômes sans soigner le malade.

La hausse de l’emploi ankylose les secteurs les moins productifs. Le contenu en emploi de la croissance augmente… mais en faveur des moindres qualifications et au détriment de la productivité.  Au détriment aussi des comptes publics qui se consument dans le soutien au travail peu qualifié et aux secteurs peu exposés. Le choc de demande fait illusion mais il se bâtit sur un choc d’offre négatif et un déséquilibre croissant des comptes courants.Le coût pour la collectivité est accru par le fait que l’Etat se doit d’aménager des niches fiscales pour les secteurs exposés qui sont les perdants de la politique de l’emploi : un IS gruyère, le crédit d’impôt recherche par exemple en France.

Une politique de l’emploi axée sur l’offre, celle pour laquelle a opté le président Hollande, transite au contraire par des chaines de transmission plus longues. L’emploi se rétablit au rythme forcément lent, celui de la reconstitution des capacités productives.

Mais c’est aussi le prix à payer pour renforcer durablement la croissance potentielle en l’adossant à des marchés élargis et à des spécialisations à forte valeur ajoutée. Pour renforcer également la soutenabilité financière de la croissance.

Certains ont comparé l’accélération de François Hollande à l’agenda 2010 de Gerhard Schröder. Un agenda qui fut lancé en 2003, après un premier mandat de relatif immobilisme sur le plan économique, marqué par une certaine libéralisation des mœurs et assombri par plusieurs scandales. Un agenda qui a valu à son instigateur une très forte impopularité et un échec à la chancellerie en 2005. Un agenda dont l’Allemagne a récolté les fruits ensuite à partir de 2006 et surtout durant la crise. Pour François Hollande, le timing est serré. G. Schröder a perdu son pari. François Hollande, lui, dispose d’à peine un an de plus pour gagner le sien.

(Mis en ligne le 31 Janvier 2014)

Articles similaires
Le gouvernement dans l’impasse face à «...Fonction publique : plusieurs méthodes pour...TVA à 0% sur les produits de base ? Une mesure...Pourquoi les exportations françaises sont-elles...Prix de l’essence : évolution comparée...En nommant Sibeth Ndiaye, Macron fait-il l’éloge...Salaires / dividendes : Benoît Hamon, candidat au...France : bilan des principales erreurs de...Comptes publics 2018 : sauts de cabri de...« Cette décision d’utiliser Sentinelle est...ZE : combien de temps peut durer le delta de...Inégalités Homme-Femme : pourquoi ne pas évoquer...Fin du Grand Débat : va-t-on tenir compte du VRAI...Radioscopie des hauts revenus : quid du premier...Le départ de Virginie Calmels, parfaite...Quand l’obésité du secteur public pénalise notre...L'intérim représente environ 50% de la...France : le mystère du taux d'épargne aussi...Médias français : le mode "Full...Les deux maux principaux de nos retraitesAviateurs du Mirage 2000 et pompiers de Paris :...Evolution du pouvoir d'achat : quel rôle...Pourquoi la France a-t-elle choisi « chômage et...L’opportunisme inaltérable de SégolèneBilan 2018 : quels ont été les députés les plus...Comparaison de l'évolution du pouvoir...« Vivent les taxes » chantent ceux qui en...Les classes moyennes et populaires victimes des...Crise en France : quelques éléments de réflexion...Evolution du pouvoir d’achat : ce sont les...Gilets Jaunes : "pouvoir d’achat" ?...Les Gilets Jaunes sont les victimes indirectes de...5 107 milliards€ : l'épargne financière...L'évolution du patrimoine net des Français...Retraites : TOUT ce qui se prépare et TOUT ce que...La radicalisation islamiste a-t-elle pénétrée les...Loi Pacte : il faut que tout change pour que rien...Pendant que la France s’endette, l’Allemagne et...Rémunérations : quels sont les couples...Commerce extérieur : la débâcle française...La pauvreté s'étend en FranceCapital et travail : sommes-nous vraiment...Macron est-il vraiment pro-business ?France : la dépense publique par habitant est...France : la dette publique au-dessus de 100%,...La doctrine Macron sur les revenus expliquée de A...Pourquoi la croissance française est inférieure à...Report ou transformation du prélèvement de...La plus grave erreur de Macron : il a cassé la...France : le pouvoir d'achat en forte baisseDepuis 2009, les sous-investissements en...Le chantier de la réduction des emplois publics...