Se connecterS'abonner en ligne

Perspectives de l’emploi en 2014

Référence de l'article : MPF3226
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Olivier PASSET,XERFI

La reprise française est atypique, incomplète.

Sans pouvoir d’achat, sans consommation et sans investissement logement elle ne peut être que très molle. A son renfort, une demande étrangère qui devrait peu à peu accélérer et des effets de richesse positifs qui atténue un peu l’érosion du pouvoir d’achat, et dans son sillage une légère diminution du taux d’épargne qui amortit l’effet des faibles revenus sur la consommation. Cette dynamique s’étiolera fatalement si peu à peu la hausse de l’emploi ne vient pas consolider le mouvement, puis à terme, mais plutôt fin 2015, les salaires ne se mettent pas de la partie.

La situation française reste néanmoins singulière. Si l’on considère l’Europe dans sa globalité, les séquences d’une reprise standard sont au rendez-vous :

une restauration de la productivité et de la profitabilité, une revalorisation des actifs qui appuie une relance de la production. Un investissement l’immobilier qui pourrait retrouver des couleurs ; une restauration de l’emploi qui se dessine dès à présent et appuie un regain de la demande. Autrement dit les mécanismes traditionnels de diffusion devraient jouer et créer un environnement de croissance porteur pour la France.

Cette diffusion de la croissance à l’emploi européen est décisive pour la France.

Si l’engrenage prend bien sur l’ensemble de l’espace européen, cela rapproche le moment où les salaires se mettront de la partie. Cela réduit d’autant la potion d’austérité qui doit être administrée à l’économie française. Or c’est bien ce qui se dessine.

L’emploi  s’est stabilisé en Europe, sur fond de croissance encore très faible. Cette dynamique préfigure une inflexion à la hausse de l’emploi sur le courant de 2014. Autrement dit l’emploi semble en mesure d’embrayer assez rapidement en début de reprise donnant plus d’assise à la dynamique qui se dessine.

La France, elle, se démarque de la moyenne européenne.

Elle demeure sur une tendance d’érosion de l’emploi. La  dégradation de l’emploi ralentit grâce au redémarrage de l’intérim.

Mais l’ajustement sur l’emploi permanent perdure. L’économie française reste en restructuration. Ni la productivité, ni les taux de marge n’ont recouvré leurs niveaux cibles de moyenne période. Le secteur privé continue donc de détruire de l’emploi salarié permanent au rythme de -80 000 par an environs. C’est un net ralentissement, mais pas une stabilisation encore. Et le très léger redressement des embauches à plus d’un an relevé par l’ACOSS au troisième trimestre, n’est pas en mesure encore d’inverser la tendance.

Cette tendance diffuse d’ajustement perdurera en 2014, même si l’intérim et l’emploi aidés permettront de stabiliser l’emploi total dès le premier semestre et d’opérer une douce remontée à partir du second semestre.

Au final, la stabilisation puis la lente restauration de l’emploi qui s’esquissent en France ne seront que le reflet différé et atténué de ce qui se passera en Europe. Le mouvement n’est pas suffisant pour alimenter une véritable dynamique des salaires. En revanche, il devrait permettre de stabiliser le taux de chômage sur l’ensemble de 2014 et permettre sur un mode très ralenti une lente diffusion de la croissance au sein de l’économie.

(Mis en ligne le 17 Janvier 2014)

Articles similaires
Étonnamment, le taux des investissements des...Où en est véritablement le redressement du...Une grande partie des mesures en faveur du...France et UE : quelques récentes statistiques...Evolution des salaires, impôts et taxes, et...Les choix d'implantation des entreprises...Chômage : quand l’exception française invalide...Ecologie : Nathalie Loiseau veut dépenser mille...Quelques causes structurelles au déficit...La vérité sur les dépenses publiques et...Le gouvernement dans l’impasse face à «...Fonction publique : plusieurs méthodes pour...TVA à 0% sur les produits de base ? Une mesure...Pourquoi les exportations françaises sont-elles...Prix de l’essence : évolution comparée...En nommant Sibeth Ndiaye, Macron fait-il l’éloge...Salaires / dividendes : Benoît Hamon, candidat au...France : bilan des principales erreurs de...Comptes publics 2018 : sauts de cabri de...« Cette décision d’utiliser Sentinelle est...ZE : combien de temps peut durer le delta de...Inégalités Homme-Femme : pourquoi ne pas évoquer...Fin du Grand Débat : va-t-on tenir compte du VRAI...Radioscopie des hauts revenus : quid du premier...Le départ de Virginie Calmels, parfaite...Quand l’obésité du secteur public pénalise notre...L'intérim représente environ 50% de la...France : le mystère du taux d'épargne aussi...Médias français : le mode "Full...Les deux maux principaux de nos retraitesAviateurs du Mirage 2000 et pompiers de Paris :...Evolution du pouvoir d'achat : quel rôle...Pourquoi la France a-t-elle choisi « chômage et...L’opportunisme inaltérable de SégolèneBilan 2018 : quels ont été les députés les plus...Comparaison de l'évolution du pouvoir...« Vivent les taxes » chantent ceux qui en...Les classes moyennes et populaires victimes des...Crise en France : quelques éléments de réflexion...Evolution du pouvoir d’achat : ce sont les...Gilets Jaunes : "pouvoir d’achat" ?...Les Gilets Jaunes sont les victimes indirectes de...5 107 milliards€ : l'épargne financière...L'évolution du patrimoine net des Français...Retraites : TOUT ce qui se prépare et TOUT ce que...La radicalisation islamiste a-t-elle pénétrée les...Loi Pacte : il faut que tout change pour que rien...Pendant que la France s’endette, l’Allemagne et...Rémunérations : quels sont les couples...Commerce extérieur : la débâcle française...La pauvreté s'étend en FranceCapital et travail : sommes-nous vraiment...