Se connecterS'abonner en ligne

Perspectives de l’emploi en 2014

Référence de l'article : MPF3226
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Olivier PASSET,XERFI

La reprise française est atypique, incomplète.

Sans pouvoir d’achat, sans consommation et sans investissement logement elle ne peut être que très molle. A son renfort, une demande étrangère qui devrait peu à peu accélérer et des effets de richesse positifs qui atténue un peu l’érosion du pouvoir d’achat, et dans son sillage une légère diminution du taux d’épargne qui amortit l’effet des faibles revenus sur la consommation. Cette dynamique s’étiolera fatalement si peu à peu la hausse de l’emploi ne vient pas consolider le mouvement, puis à terme, mais plutôt fin 2015, les salaires ne se mettent pas de la partie.

La situation française reste néanmoins singulière. Si l’on considère l’Europe dans sa globalité, les séquences d’une reprise standard sont au rendez-vous :

une restauration de la productivité et de la profitabilité, une revalorisation des actifs qui appuie une relance de la production. Un investissement l’immobilier qui pourrait retrouver des couleurs ; une restauration de l’emploi qui se dessine dès à présent et appuie un regain de la demande. Autrement dit les mécanismes traditionnels de diffusion devraient jouer et créer un environnement de croissance porteur pour la France.

Cette diffusion de la croissance à l’emploi européen est décisive pour la France.

Si l’engrenage prend bien sur l’ensemble de l’espace européen, cela rapproche le moment où les salaires se mettront de la partie. Cela réduit d’autant la potion d’austérité qui doit être administrée à l’économie française. Or c’est bien ce qui se dessine.

L’emploi  s’est stabilisé en Europe, sur fond de croissance encore très faible. Cette dynamique préfigure une inflexion à la hausse de l’emploi sur le courant de 2014. Autrement dit l’emploi semble en mesure d’embrayer assez rapidement en début de reprise donnant plus d’assise à la dynamique qui se dessine.

La France, elle, se démarque de la moyenne européenne.

Elle demeure sur une tendance d’érosion de l’emploi. La  dégradation de l’emploi ralentit grâce au redémarrage de l’intérim.

Mais l’ajustement sur l’emploi permanent perdure. L’économie française reste en restructuration. Ni la productivité, ni les taux de marge n’ont recouvré leurs niveaux cibles de moyenne période. Le secteur privé continue donc de détruire de l’emploi salarié permanent au rythme de -80 000 par an environs. C’est un net ralentissement, mais pas une stabilisation encore. Et le très léger redressement des embauches à plus d’un an relevé par l’ACOSS au troisième trimestre, n’est pas en mesure encore d’inverser la tendance.

Cette tendance diffuse d’ajustement perdurera en 2014, même si l’intérim et l’emploi aidés permettront de stabiliser l’emploi total dès le premier semestre et d’opérer une douce remontée à partir du second semestre.

Au final, la stabilisation puis la lente restauration de l’emploi qui s’esquissent en France ne seront que le reflet différé et atténué de ce qui se passera en Europe. Le mouvement n’est pas suffisant pour alimenter une véritable dynamique des salaires. En revanche, il devrait permettre de stabiliser le taux de chômage sur l’ensemble de 2014 et permettre sur un mode très ralenti une lente diffusion de la croissance au sein de l’économie.

(Mis en ligne le 17 Janvier 2014)

Articles similaires
Financer les retraites ne suffira pas : il faut...« Economies publiques » et « industries de pointe...Budget de l'Etat : zéro progrès, la Cour des...Que penser du bilan 2017 de la Commission...Consignes données aux CRS le 1er mai : « S’il y a...La France, qui n'est plus une nation...Les PME et l’emploi : pourquoi tout reste à...Fake news de Tolbiac : l'hallucinante...Mai 68 : quel était le contexte économique à...La France est bien un pays socialiste : la preuve...Pour une réforme du droit de grève : la Loi doit...Réforme du lycée : pourquoi ce que propose...France : il faudrait mieux défendre la...Blocages des facs : l’ultra-gauche et LFI tentés...La cagnotte n'existe pas : les pertes sont...France : pourquoi l’économie est elle en panne ?...Ce que révèle la réforme de la SNCF sur les...Innovation : le principe de précaution inhibeFrance : dégradation brutale du solde des...La volonté de réforme de Macron peut-elle...Sur les 5,8 millions de salariés des groupes...Génération « J’ai le droit », de Barbara...Une France fortement pénalisée par son...Dans une économie qui marche, qui crée de...Transferts sociaux excessifs et compétitivitéLa baisse du chômage sera forcément très faible...Le naufrage de la balance française des services...Vouloir appliquer le modèle scandinave en France...Déplacement de Macron en Corse : oui, mais....Revue des 4 secteurs économiques eu-pho-ri-ques...Notre-Dame des Landes : défaite de l’État ou...Modernisation sociale : mieux en qualité, moins...Comment les ménages ont modifié leur consommation...Baisse des dépenses de l'Etat: pourquoi la...France en 2018 : et si la croissance atteignait...L’étude choc : mais que font les députés En...Hausses de salaires : + 2,3% prévu en 2018Corse : à élections confuses, interprétations des...Flexisécurité française : de la montagne promise...France : où dégraisser un Etat devenu obèse ?12.000 millionnaires ont quitté la France en...Pourquoi l'industrie n'arrive plus à...Les oubliées du Budget 2018 : les TPE et les PMEAPL, HLM : pourquoi cela tourne au vinaigre entre...Le Général Vincent Desportes réagit à la...Pompiers : quand un urgentiste CGT justifie leur...Curieux: l'étonnante progression des...C'est quoi, être riche, pour...L’honneur d’un préfet de la RépubliqueQue va donner le match « Macron » contre « La...Retour sur la démission "forcée" du...La méthode Mélenchon, ou la classique Révolution...