Se connecterS'abonner en ligne

Pacte de responsabilité : la compétitivité bradée

Référence de l'article : MPF3633
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Olivier PASSET,XERFI

Qu’est devenu le pacte de responsabilité ? Il devait constituer la pièce maitresse de la stratégie gouvernementale de redressement productif. Le plan de stabilité récemment dévoilé par le gouvernement fournit un peu plus d’élément sur le dosage et le tempo finalement retenus pour la mise en œuvre du pacte.

Et il se confirme, compromis après compromis, que ce dernier s’éloigne peu à peu de son objectif premier de restauration de la compétitivité. Et qu’il vire de plus en plus au contrefeu  pour amortir l’effet dépressif de la rigueur programmée du côté des dépenses.

On en sait en effet aujourd’hui un peu plus sur le rythme de baisse des dépenses publiques programmé pour les années à venir, avant que les compromis politiques n’en édulcorent peut-être la portée. 

Et l’on sait notamment

que l’effort de baisse est particulièrement concentré sur 2015 pour obtenir notamment le quitus de Bruxelles. La dépense de l’Etat diminuera alors de 21 milliards, et le poids de la dépense publique diminuera de 1,1 point par rapport au PIB. Or la baisse des dépenses,

c’est concrètement une baisse du pouvoir d’achat pour les 5,5 millions de salariés travaillant dans les différentes fonctions publiques. C’est un ralentissement des transferts en direction des chômeurs et des retraités. C’est un gros coup de frein sur les dépenses de santé, si le gouvernement tient son objectif de 10 milliards d’économie pour l’assurance maladie. Autant d’éléments qui agissent très directement et très puissamment sur la demande et déstabilisent donc la croissance à court terme.

Et la perception de ce risque a fortement influencé le dosage du pacte de responsabilité, qui a viré en antidote à la rigueur. Face à la forte compression des dépenses pour 2015, que prévoit le gouvernement ?

  • De centrer les baisses de charge patronales supplémentaires (soit 4,5 milliards) sur les bas salaires. Avec pour promesse des créations rapides d’emploi dans les secteurs de service à faible valeur ajoutée. Ajouter à l’effet du CICE, le gouvernement table sur 160 000 créations d’emplois induites dès 2015.
  • En parallèle 2,5 milliards de baisse de charges salariales seront allouées aux salariés touchant moins de 1,3 fois le SMIC.  S’y ajoutera également une baisse des cotisations famille pour les indépendants, qui touchera plus directement les classes moyennes.
  • Quelques mesures fiscales viendront aussi atténuer le gel des complémentaires pour les petits retraités.

Les mesures plus directement favorables à la compétitivité

(la suppression de la C3S, la baisse de 1,8 point des cotisations famille pour les employeurs, la suppression de la surtaxe sur l’IS, puis le début de baisse du taux légal de l’IS) n’interviendront que plus tardivement, pour l’essentiel à partir de 2016.

Pour conclure, la thérapie fiscale de 2015 a été dosée pour agir directement et rapidement sur l’emploi et le pouvoir d’achat. C’est probablement un moindre mal, car sans cela, le gouvernement devrait faire une croix définitive sur son projet déjà très ambitieux de 1,7% de croissance en 2015. Mais ce faisant, la compétitivité a bel et bien été en partie sacrifiée sur l’hôtel de l’équilibre budgétaire. Le gouvernement a grillé ses cartouches fiscales, avec au final, un risque fort de n’atteindre aucune de ses cibles, ni celle de la compétitivité, ni celle de la croissance, ni celle du déficit.

Nota: cet article est également disponible en version video : http://www.xerficanal.com/emission/Olivier-Passet_Pacte-de-responsabilite%EF%BF%BD-la-competitivite-bradee_1533.html

(Mis en ligne le 13 Mai 2014)
Articles similaires
CSA : naissance annoncée d’un BIG BROTHER...Les 5 transformations majeures de l'emploi...Étonnamment, le taux des investissements des...Où en est véritablement le redressement du...Une grande partie des mesures en faveur du...France et UE : quelques récentes statistiques...Evolution des salaires, impôts et taxes, et...Les choix d'implantation des entreprises...Chômage : quand l’exception française invalide...Ecologie : Nathalie Loiseau veut dépenser mille...Quelques causes structurelles au déficit...La vérité sur les dépenses publiques et...Le gouvernement dans l’impasse face à «...Fonction publique : plusieurs méthodes pour...TVA à 0% sur les produits de base ? Une mesure...Pourquoi les exportations françaises sont-elles...Prix de l’essence : évolution comparée...En nommant Sibeth Ndiaye, Macron fait-il l’éloge...Salaires / dividendes : Benoît Hamon, candidat au...France : bilan des principales erreurs de...Comptes publics 2018 : sauts de cabri de...« Cette décision d’utiliser Sentinelle est...ZE : combien de temps peut durer le delta de...Inégalités Homme-Femme : pourquoi ne pas évoquer...Fin du Grand Débat : va-t-on tenir compte du VRAI...Radioscopie des hauts revenus : quid du premier...Le départ de Virginie Calmels, parfaite...Quand l’obésité du secteur public pénalise notre...L'intérim représente environ 50% de la...France : le mystère du taux d'épargne aussi...Médias français : le mode "Full...Les deux maux principaux de nos retraitesAviateurs du Mirage 2000 et pompiers de Paris :...Evolution du pouvoir d'achat : quel rôle...Pourquoi la France a-t-elle choisi « chômage et...L’opportunisme inaltérable de SégolèneBilan 2018 : quels ont été les députés les plus...Comparaison de l'évolution du pouvoir...« Vivent les taxes » chantent ceux qui en...Les classes moyennes et populaires victimes des...Crise en France : quelques éléments de réflexion...Evolution du pouvoir d’achat : ce sont les...Gilets Jaunes : "pouvoir d’achat" ?...Les Gilets Jaunes sont les victimes indirectes de...5 107 milliards€ : l'épargne financière...L'évolution du patrimoine net des Français...Retraites : TOUT ce qui se prépare et TOUT ce que...La radicalisation islamiste a-t-elle pénétrée les...Loi Pacte : il faut que tout change pour que rien...Pendant que la France s’endette, l’Allemagne et...Rémunérations : quels sont les couples...Commerce extérieur : la débâcle française...