Se connecterS'abonner en ligne

Ouverture le dimanche : l'opportunité cachée… et manquée

Référence de l'article : MPF4208
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Olivier PASSET,Directeur des Synthèses,XERFI (16 décembre 14)

C’est sans doute le plus gros morceau du projet de loi Macron sur l’activité.


Faire passer le nombre d’ouvertures dominicales sur autorisation du maire de 5 à 12 jours par an. Et mettre en place des  « zones touristiques internationales » autorisant le travail dominical et tous les soirs jusqu’à minuit. Une extension bien circonscrite

des horaires atypiques pour les uns. Qu’il ne faut pas dramatiser donc. Une brèche de plus qui ouvre la boite de pandore des dérogations à la règle, qui asservit un peu plus le droit social à la logique de rentabilité pour les autres. Une mesure inefficace sur le plan de la croissance et de l’emploi pour tous ses détracteurs de surcroît.
C’est sur cette dernière affirmation que j’aimerais m’attarder, car elle me paraît partiellement fausse.
Oui, l’extension des plages d’ouverture n’exerce qu’un effet de second ordre voire nul

sur le volume des affaires dans le commerce.Tout cela se solde par des vases communicants d’un circuit à l’autre, d’un jour à l’autre comme le signalait une étude du Credoc de 2008. Sans parler de la concurrence déloyale que génère ce type d’exception. Elle peut au mieux réduire quelques effets d’engorgement. A l’exception cependant des zones touristiques, dont la fermeture le dimanche fait migrer une partie de la demande vers d’autres métropoles européennes. Londres en particulier. Effet de second ordre néanmoins.
En revanche ce qui est dit sur l’effet en termes d’emploi d’une extension des plages d’ouverture me paraît plus contestable.  Elargir les plages horaires dans le commerce

et augmente le besoin en personnel à chiffre d’affaire constant ou quasi-constant. Si la mesure est généralisée du moins. Elle accroît donc le contenu en emploi du secteur et revers de la médaille, réduit donc la productivité du secteur.
L’élargissement des plages horaires

prendrait alors une dimension particulière en France où le secteur du commerce est un des plus productifs des pays développés, mais aussi l’un des moins pourvoyeur d’emplois. On sait qu’à échelle de taille équivalente

la plupart des pays développés (le Royaume-Uni, les Etats-Unis, la moyenne des pays de la zone euro ont entre 700000 et 1 millions d’emplois supplémentaires dans le commerce.  Le plus souvent à temps partiel.  En somme, le commerce peut être une mine de petits jobs.
L’incitation à ouvrir et à embaucher existe cependant si le coût horaire du travail diminue. Et non s’il augmente contrairement à ce que prévoit la loi.

Alors la cohérence voudrait que l’extension des horaires soit adossée à un dispositif d’emplois aidés marchand, sous forme d’exonération de charges.
Je ne suis pas un défenseur des politiques de minijob et d’atomisation de l’emploi lorsqu’elles deviennent l’alpha et l’oméga de la politique de l’emploi. Le plein emploi affiché par la plupart des pays développé n’est plus qu’un pseudo plein emploi.

Avec des effets délétères à long terme sur la productivité,l’accumulation de capital humain les inégalités, et des bombes à retardement,  en matière de pauvreté et d’équilibrage des régimes sociaux quand cette population atteindra la retraite.
Mais dans les circonstances de chômage de masse, et au nom de l’urgence, se doter d’un outil de développement  d’emplois aidés marchands, même à temps partiel, visant la population au chômage et non les salariés en place est une idée qui mérite attention.  Ce n’est malheureusement pas le schéma qui sous-tend la loi Macron à l’heure actuelle. 

Article également visible en video :
http://www.xerficanal-economie.com/emission/Olivier-Passet-Ouverture-le-dimanche-l-opportunite-cachee-et-manquee_2135.html

(Mis en ligne le 19 décembre 2014)

Articles similaires
Financer les retraites ne suffira pas : il faut...« Economies publiques » et « industries de pointe...Budget de l'Etat : zéro progrès, la Cour des...Que penser du bilan 2017 de la Commission...Consignes données aux CRS le 1er mai : « S’il y a...La France, qui n'est plus une nation...Les PME et l’emploi : pourquoi tout reste à...Fake news de Tolbiac : l'hallucinante...Mai 68 : quel était le contexte économique à...La France est bien un pays socialiste : la preuve...Pour une réforme du droit de grève : la Loi doit...Réforme du lycée : pourquoi ce que propose...France : il faudrait mieux défendre la...Blocages des facs : l’ultra-gauche et LFI tentés...La cagnotte n'existe pas : les pertes sont...France : pourquoi l’économie est elle en panne ?...Ce que révèle la réforme de la SNCF sur les...Innovation : le principe de précaution inhibeFrance : dégradation brutale du solde des...La volonté de réforme de Macron peut-elle...Sur les 5,8 millions de salariés des groupes...Génération « J’ai le droit », de Barbara...Une France fortement pénalisée par son...Dans une économie qui marche, qui crée de...Transferts sociaux excessifs et compétitivitéLa baisse du chômage sera forcément très faible...Le naufrage de la balance française des services...Vouloir appliquer le modèle scandinave en France...Déplacement de Macron en Corse : oui, mais....Revue des 4 secteurs économiques eu-pho-ri-ques...Notre-Dame des Landes : défaite de l’État ou...Modernisation sociale : mieux en qualité, moins...Comment les ménages ont modifié leur consommation...Baisse des dépenses de l'Etat: pourquoi la...France en 2018 : et si la croissance atteignait...L’étude choc : mais que font les députés En...Hausses de salaires : + 2,3% prévu en 2018Corse : à élections confuses, interprétations des...Flexisécurité française : de la montagne promise...France : où dégraisser un Etat devenu obèse ?12.000 millionnaires ont quitté la France en...Pourquoi l'industrie n'arrive plus à...Les oubliées du Budget 2018 : les TPE et les PMEAPL, HLM : pourquoi cela tourne au vinaigre entre...Le Général Vincent Desportes réagit à la...Pompiers : quand un urgentiste CGT justifie leur...Curieux: l'étonnante progression des...C'est quoi, être riche, pour...L’honneur d’un préfet de la RépubliqueQue va donner le match « Macron » contre « La...Retour sur la démission "forcée" du...La méthode Mélenchon, ou la classique Révolution...