Se connecterS'abonner en ligne

Mali : Emmanuel Macron est-il un chef de guerre ?

Référence de l'article : MPF6124
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Henri SAINT-AMAND,Consultant,(22 Mai 2017)

« L’opération Barkhane ne s’arrêtera que le jour où il n’y aura plus de terroristes islamistes dans la région […] Vous êtes nos sentinelles, notre rempart contre les débordements du terrorisme et du fanatisme».

 En visite à Gao (Mali), où stationnent environ 1.700 soldats de la force Barkhane, Emmanuel Macron a donné, vendredi 19 mai, non seulement le ton mais aussi la feuille de route pour les militaires qui luttent, notamment, contre le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans. « Je serai pour nos armées un chef exigeant, lucide, toujours présent […] Je ne risquerai pas vos vies pour rien », leur a-t-il assuré, après les avoir passés en revue, les yeux dans les yeux. Les militaires ont, semble-t-il, bien apprécié l’attitude et la posture du chef de l’État, qui ne s’est pas contenté d’une visite éclair mais qui a pris le temps de discuter avec eux, passant une journée complète avec eux sous le soleil brûlant de Gao.

Il faut dire que, depuis son élection, Emmanuel Macron multiplie les signes et les symboles positifs envers la communauté militaire. Il semble même avoir bien pris toute la mesure de son rôle de chef des armées. Le 14 mai, à peine entré dans la cour de l’Élysée pour y être investi, il a passé les troupes en revue d’un pas lent et martial, marquant ainsi une autorité qui avait tant fait défaut ces dernières années.

Sa visite à l’hôpital Percy pour s’entretenir avec les soldats blessés en opérations extérieures, la remontée des Champs-Élysées dans un command-car, son dépôt de gerbe sur la tombe du Soldat inconnu et le ravivage de la flamme ne sont pas passés inaperçus. Le changement de dénomination du ministère de la Défense, devenu ministère des Armées (certaines mauvaises langues disent « désarmé ») est aussi un signe fort qui fleure bon les années 50-60. L’esprit gaullien n’est pas loin.

Comment faut-il interpréter tous ces gestes, ces signes, ces symboles ? Emmanuel Macron n’a pas fait son service national. Cela lui a-t-il manqué ? En a-t-il nourri un regret tel qu’il se plaît aujourd’hui à jouer les chefs de guerre ? Ou bien a-t-il déjà pris pleinement conscience de son rôle de chef des armées, des lourdes responsabilités qui lui incombent ? La réponse tient sans doute des deux.

Une chose est certaine : l’attachement du chef de l’État à la condition militaire se mesurera à l’aune des dépenses budgétaires qui seront effectuées les prochaines années. Porter le budget à au moins 2 % du PIB, dès 2018, serait un premier signe fort, notamment pour réduire le taux d’attrition des matériels, et pour améliorer « le soutien de l’homme », c’est-à-dire les conditions d’exercice des soldats quand ils sont sur le terrain.

C’est à cette première condition qu’Emmanuel Macron pourra commencer à endosser l’uniforme de chef des armées avant de prétendre à celui de chef de guerre.

___________________________________________________________________________
Article reproduit en licence CC BY NC SA avec l'autorisation de l'éditeur :
http://www.bvoltaire.fr/mali-emmanuel-macron-chef-de-guerre/?mc_cid=87111f0b19&mc_eid=e4617e9091 
 
(Mis en ligne le 22 Mai  2017)
Articles similaires
Financer les retraites ne suffira pas : il faut...« Economies publiques » et « industries de pointe...Budget de l'Etat : zéro progrès, la Cour des...Que penser du bilan 2017 de la Commission...Consignes données aux CRS le 1er mai : « S’il y a...La France, qui n'est plus une nation...Les PME et l’emploi : pourquoi tout reste à...Fake news de Tolbiac : l'hallucinante...Mai 68 : quel était le contexte économique à...La France est bien un pays socialiste : la preuve...Pour une réforme du droit de grève : la Loi doit...Réforme du lycée : pourquoi ce que propose...France : il faudrait mieux défendre la...Blocages des facs : l’ultra-gauche et LFI tentés...La cagnotte n'existe pas : les pertes sont...France : pourquoi l’économie est elle en panne ?...Ce que révèle la réforme de la SNCF sur les...Innovation : le principe de précaution inhibeFrance : dégradation brutale du solde des...La volonté de réforme de Macron peut-elle...Sur les 5,8 millions de salariés des groupes...Génération « J’ai le droit », de Barbara...Une France fortement pénalisée par son...Dans une économie qui marche, qui crée de...Transferts sociaux excessifs et compétitivitéLa baisse du chômage sera forcément très faible...Le naufrage de la balance française des services...Vouloir appliquer le modèle scandinave en France...Déplacement de Macron en Corse : oui, mais....Revue des 4 secteurs économiques eu-pho-ri-ques...Notre-Dame des Landes : défaite de l’État ou...Modernisation sociale : mieux en qualité, moins...Comment les ménages ont modifié leur consommation...Baisse des dépenses de l'Etat: pourquoi la...France en 2018 : et si la croissance atteignait...L’étude choc : mais que font les députés En...Hausses de salaires : + 2,3% prévu en 2018Corse : à élections confuses, interprétations des...Flexisécurité française : de la montagne promise...France : où dégraisser un Etat devenu obèse ?12.000 millionnaires ont quitté la France en...Pourquoi l'industrie n'arrive plus à...Les oubliées du Budget 2018 : les TPE et les PMEAPL, HLM : pourquoi cela tourne au vinaigre entre...Le Général Vincent Desportes réagit à la...Pompiers : quand un urgentiste CGT justifie leur...Curieux: l'étonnante progression des...C'est quoi, être riche, pour...L’honneur d’un préfet de la RépubliqueQue va donner le match « Macron » contre « La...Retour sur la démission "forcée" du...La méthode Mélenchon, ou la classique Révolution...