Se connecterS'abonner en ligne

Liens entre gros revenus et gros patrimoines: analyse des dernières stats disponibles

Référence de l'article : MPF6959
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Alexandre MIRLICOURTOIS,Directeur de la conjoncture et de la prévision,XERFI (7Juillet 2018)

Les riches, les très riches et les hyper-riches : qui sont-ils et de combien disposent-ils ? La réponse est moins simple qu’il n’y paraît, car il existe a minima deux grands critères qui ne coïncident pas systématiquement: en termes de flux, c’est-à-dire de revenus et en termes de stocks c’est à dire de patrimoine.



Au-dessus de 45 220 euros de revenus annuels avant impôts, une personne se situe parmi les 10% de la population ayant les revenus les plus élevés, ce qui n’en fait pas pour autant un riche : 10% de la population, c’est plus de 6 millions de Français, or, il n’y a pas 6 millions de riches en France. Même s’il n’existe pas de définition officielle du « riche », il parait plus opportun de limiter ce qualificatif aux 1% des Français disposant des revenus les plus hauts. Le seuil de déclanchement passe alors à 106 210 euros. Cela correspond pour une personne seule à un revenu mensuel de 8 850 euros ou de 18 590 euros pour un couple avec deux enfants de moins de 14 ans.
 
Toutefois, au sommet de l’échelle la dispersion est énorme et il faut affiner le découpage pour distinguer les très riches, c’est-à-dire les 0,09% des personnes les plus aisées : il s’agit d’individus qui disposent d’un revenu annuel supérieur à 259 920 euros et inférieur à 699 230 euros, niveau au-delà duquel on entre dans le club très fermé des hyper-riches. Seuls 0,01% de la population, un dix-millième de la population est concernée, soit environ 6 400 personnes. Le rapport avec le revenu médian, celui qui départage la population en 2, est de 1 pour 31. Et encore il s’agit juste d’un rapport avec la borne basse des revenus des hyper-riches.



En fait 90% des Français gagnent en moyenne 1 740 euros bruts par mois, quand un riche gagne en moyenne 12 137, soit déjà un rapport de 1 à 7. Ce rapport monte à 1 pour 18 avec les très riches et à 1 pour 62 pour les hyper-riches dont le revenu mensuel est proche de 110 000 euros.Outre leur niveau de revenu, les 1% des personnes les plus riches ont des sources de revenus plus diversifiées que le reste de la population.



Pour la très grande majorité des Français, la principale ressource financière est constituée des revenus d’activité comme les salaires pour les salariés, les allocations chômage pour les chômeurs, les pensions pour les retraités, etc.
Ce bloc forme près de 63% de leurs ressources. L’autre partie est constituée des revenus liés au patrimoine (rente et gains plus exceptionnels comme les plus-values).
Et plus on s’élève dans l’échelle des revenus, plus cette part prend de l’importance, jusqu’à représenter près de 62% des ressources des hyper-riches, l’exact symétrique ou presque du reste de la population. Cela signifie une chose, c’est qu’il existe une forte corrélation entre le fait d’avoir un haut niveau de revenu et un patrimoine élevé.



La répartition du patrimoine par niveau de revenu le montre parfaitement : en bas de l’échelle, c’est-à-dire pour les 10% des ménages aux revenus les moins élevés, le montant du patrimoine brut moyen est d’environ 95 000 euros, mais pour les 1% disposant des revenus les plus élevés il atteint près de 2,5 millions d’euros. L’analyse de la concentration des écarts de patrimoine sur les 10% les plus fortunés en dit long.



Une fois de plus le fossé est immense entre le haut et le bas de la distribution : pour faire partie des 90% des français les plus fortunés, il faut disposer d’un patrimoine de 595 700 euros. Pour se situer dans les 1% il faut quasiment 2 millions d’euros, soit un rapport de 1 à 3. Mais on s’en doute, l’écart est phénoménal à l’intérieur de ces 1%.



Il faut un patrimoine de 1,950 millions d’euros pour faire partie des 1%, mais de 7,6 millions pour faire partie des 0,1% et de 30,7 millions pour faire partie du dix-millième.  En superposant les deux analyses en flux et en stock, le portait robot d’un riche, c’est-à-dire une personne faisant partie du club des 1% les mieux loties,



c’est un Français gagnant plus de 106 210 euros par an et disposant d’un capital de près de 2 millions d’euros. Pour faire partie des très riches, il faut gagner plus de deux fois plus et disposer d’un patrimoine de plus de 7 millions d’euros.

Enfin pour intégrer le club très fermé des 0,01% des hyper-riches, il faut dégager un revenu annuel de près de 700 000 euros et disposer d’un patrimoine de plus de 30 millions d’euros. Il s’agit là d’une poignée de Français, à peine quelques milliers. Premiers bénéficiaires du haut rendement du capital productif d’un côté et de l’accès à de la dette à taux zéro, leur fortune comme leur revenu est déconnectée de l’activité réelle et plus aucune politique redistributive n’a de prise sur eux.

____________________________________________________________________________
Cet article est également disponible sous format Video :
http://www.xerficanal-economie.com/emission/Alexandre-Mirlicourtois-Les-riches-les-tres-riches-les-hyper-riches_3746127.html 
 
(Mis en ligne le 7 Juillet 2018)

Articles similaires
France : la dépense publique par habitant est...France : la dette publique au-dessus de 100%,...La doctrine Macron sur les revenus expliquée de A...Pourquoi la croissance française est inférieure à...Report ou transformation du prélèvement de...La plus grave erreur de Macron : il a cassé la...France : le pouvoir d'achat en forte baisseDepuis 2009, les sous-investissements en...Le chantier de la réduction des emplois publics...14 Juillet : attention quand même de ne pas...Constitution : les dangers d'une révision...Assemblée nationale : les frais de personnel les...Réforme des retraites : les gagnants et les...Financer les retraites ne suffira pas : il faut...« Economies publiques » et « industries de pointe...Budget de l'Etat : zéro progrès, la Cour des...Que penser du bilan 2017 de la Commission...Consignes données aux CRS le 1er mai : « S’il y a...La France, qui n'est plus une nation...Les PME et l’emploi : pourquoi tout reste à...Fake news de Tolbiac : l'hallucinante...Mai 68 : quel était le contexte économique à...La France est bien un pays socialiste : la preuve...Pour une réforme du droit de grève : la Loi doit...Réforme du lycée : pourquoi ce que propose...France : il faudrait mieux défendre la...Blocages des facs : l’ultra-gauche et LFI tentés...La cagnotte n'existe pas : les pertes sont...France : pourquoi l’économie est elle en panne ?...Ce que révèle la réforme de la SNCF sur les...Innovation : le principe de précaution inhibeFrance : dégradation brutale du solde des...La volonté de réforme de Macron peut-elle...Sur les 5,8 millions de salariés des groupes...Génération « J’ai le droit », de Barbara...Une France fortement pénalisée par son...Dans une économie qui marche, qui crée de...Transferts sociaux excessifs et compétitivitéLa baisse du chômage sera forcément très faible...Le naufrage de la balance française des services...Vouloir appliquer le modèle scandinave en France...Déplacement de Macron en Corse : oui, mais....Revue des 4 secteurs économiques eu-pho-ri-ques...Notre-Dame des Landes : défaite de l’État ou...Modernisation sociale : mieux en qualité, moins...Comment les ménages ont modifié leur consommation...Baisse des dépenses de l'Etat: pourquoi la...France en 2018 : et si la croissance atteignait...L’étude choc : mais que font les députés En...Hausses de salaires : + 2,3% prévu en 2018Corse : à élections confuses, interprétations des...Flexisécurité française : de la montagne promise...