Se connecterS'abonner en ligne

Les véritables tendances de l'emploi en France sur longue période

Référence de l'article : MPF5061
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Olivier PASSET,Directeur des Synthèses,XERFI (8 Janvier 2016)

J’aimerais tenter ici une petite mise à plat statistique sur une question sensible. Celle de la dynamique de l’emploi en France.

Car on le sait, le chômage ne nous donne qu’une information indirecte et parfois trompeuse de la tendance de l’emploi. Et on le sait aussi, une reprise, pour se consolider a besoin d’avoir une base de création d’emplois et d’investissement.
Si je parle de mise à plat statistique, c’est que les sources statistiques, les champs de couverture, les modes de calcul sont multiples, créant du bruit pour saisir la tendance de fond. Mon but sera ici très simple.

Mettre en parallèle les différents indicateurs, pour voir s’ils étayent ou non l’idée d’une reprise de l’emploi, et pour en restituer l’ampleur avec deux questions basiques 1/Quelle variation de l’emploi observe-t-on nous depuis le premier trimestre de 2008, moment où l’emploi atteint son pic de pré-crise et2/ Quelle variation de l’emploi observe-ton depuis le début de 2015 ? J’y ajouterai une question subsidiaire tout aussi descriptive : dans quel proportion l’intérim participe-t-il aux variations de l’emploi.
Je ne m’appesantirai pas ici sur la question éminemment technique de savoir pourquoi, comment les séries diffèrent. Mon but est simplement se forger une idée par faisceau d’indices.
Je commencerai par les deux séries les plus commentées de l’INSEE.

D’abord la plus étroite, celle de l’emploi salarié, principalement marchand, qui exclut notamment tout l’emploi dans les administrations, la santé, l’éducation et l’action sociale.  Cet indicateur nous dit 1/ que l’emploi a ré-augmenté très légèrement à partir de mars 2015 et que la hausse cumulée depuis fin 2014 et de 21000.  Depuis 2008, l’emploi a régressé de 586 000 unités. Chiffre qu’il faut mettre en regard avec

la hausse du nombre de demandeurs d’emplois inscrits sur la période : +1,5 millions pour la catégorie A et + 2,3 millions pour les catégories ABC, ce qui donne une idée de la contribution de la population active à la hausse du chômage.
Passons à la série plus large de l’INSEE maintenant,

celle de l’emploi salarié dans le secteur concurrentiel,  qui réintègre tous les salariés de statut privé qui travaillent dans la santé, l’éducation et l’action sociale.  Cet indicateur nous dit, que l’emploi ré-augmente en France depuis mars, après s’être stabilisé en début d’année, là encore légèrement, et que depuis décembre 2014 la hausse cumulée est de 40 000 unités.  Depuis 2008, les pertes d’emplois seraient de 372 000. Ce qui souligne, lorsque l’on se réfère à la précédente série, le dynamisme de l’emploi dans les secteurs concurrentiels de l’éduction, de la santé et de l’action sociale.
Venons-en maintenant à une deuxième source statistique. L’ACOSS, qui gère la trésorerie du réseau des Urssaf. C’est sur la base des déclarations sociales des employeurs affiliés au régime général que l’ACOSS établit sa statistique.

Le champ couvert ne diffère que très marginalement de celui de l’Insee (sur l’emploi à domicile notamment). Selon l’ACOSS l’emploi se redresserait depuis décembre 2014. Sa hausse cumulée serait de 69 000 unités.Et depuis 2008, les pertes d’emplois seraient de 405 000.
On assiste donc bien à une timide embellie de l’emploi en 2015, si l’on se fie à ce faisceau convergent d’indices. Et l’on peut sur cette base estimer la contribution de l’intérim, selon l’Insee et l’Acoss.

Côté INSEE on constate que l’intérim contribue à 63% des créations d’emploi depuis décembre 2014, et même à 91 % depuis mars 2015. Côté ACOSS, l’intérim participe à 64% aux créations d’emplois depuis décembre 2014 et à 76 % depuis mars 2015. Là encore les faits stylisés sont clairs.
Ceci étant dit ne nous couvrons là au mieux que les ¾ de l’emploi total. Sur les angles morts, on sait par l’ACOSS que l’emploi à domicile tend à se stabiliser après avoir régressé continument depuis 2011. De l’emploi public, on sait qu’il est toujours sur une pente légèrement ascendante.

Cet emploi au sens large peut être approché à travers les comptes de branche trimestriels, ou à travers l’enquête emploi, avec un degré de fiabilité beaucoup plus faible. L’une comme l’autre des séries nous confirme que les pertes d’emploi globales depuis 2008 sont atténuées par rapport aux données qui se concentrent sur le seul secteur concurrentiel. L’une comme l’autre confirme que la reprise s’effectue bien sur fond de légères créations d’emplois.
 
Cet article est également disponible sous format Video :
http://www.xerficanal-economie.com/emission/Olivier-Passet-Les-veritables-tendances-de-l-emploi-en-France_3103.html

(Mis en ligne le 8 Janvier 2016)

Articles similaires
Budget de l'Etat : zéro progrès, la Cour des...Que penser du bilan 2017 de la Commission...Consignes données aux CRS le 1er mai : « S’il y a...La France, qui n'est plus une nation...Les PME et l’emploi : pourquoi tout reste à...Fake news de Tolbiac : l'hallucinante...Mai 68 : quel était le contexte économique à...La France est bien un pays socialiste : la preuve...Pour une réforme du droit de grève : la Loi doit...Réforme du lycée : pourquoi ce que propose...France : il faudrait mieux défendre la...Blocages des facs : l’ultra-gauche et LFI tentés...La cagnotte n'existe pas : les pertes sont...France : pourquoi l’économie est elle en panne ?...Ce que révèle la réforme de la SNCF sur les...Innovation : le principe de précaution inhibeFrance : dégradation brutale du solde des...La volonté de réforme de Macron peut-elle...Sur les 5,8 millions de salariés des groupes...Génération « J’ai le droit », de Barbara...Une France fortement pénalisée par son...Dans une économie qui marche, qui crée de...Transferts sociaux excessifs et compétitivitéLa baisse du chômage sera forcément très faible...Le naufrage de la balance française des services...Vouloir appliquer le modèle scandinave en France...Déplacement de Macron en Corse : oui, mais....Revue des 4 secteurs économiques eu-pho-ri-ques...Notre-Dame des Landes : défaite de l’État ou...Modernisation sociale : mieux en qualité, moins...Comment les ménages ont modifié leur consommation...Baisse des dépenses de l'Etat: pourquoi la...France en 2018 : et si la croissance atteignait...L’étude choc : mais que font les députés En...Hausses de salaires : + 2,3% prévu en 2018Corse : à élections confuses, interprétations des...Flexisécurité française : de la montagne promise...France : où dégraisser un Etat devenu obèse ?12.000 millionnaires ont quitté la France en...Pourquoi l'industrie n'arrive plus à...Les oubliées du Budget 2018 : les TPE et les PMEAPL, HLM : pourquoi cela tourne au vinaigre entre...Le Général Vincent Desportes réagit à la...Pompiers : quand un urgentiste CGT justifie leur...Curieux: l'étonnante progression des...C'est quoi, être riche, pour...L’honneur d’un préfet de la RépubliqueQue va donner le match « Macron » contre « La...Retour sur la démission "forcée" du...La méthode Mélenchon, ou la classique Révolution...Evolution des marges industrielles en France de...Quand la grève se transforme en outil...