Se connecterS'abonner en ligne

Les deux maux principaux de nos retraites

Référence de l'article : MPF7310
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Xavier FONTANET,Ancien Président de ESSILOR, Administrateur de L'Oréal et de Schneider Electric,(19 Janvier 2019)

 
Les dépenses de retraite représentent 6 % du PIB en Nouvelle-Zélande et ….13 % en France.

 
Quels sont les taux de cotisation à la retraite (employé plus employeur) en pourcentage du salaire mensuel moyen en Nouvelle-Zélande, aux Pays-Bas, en Allemagne et en France ?
 
La réponse est effarante : respectivement 6 %, 12 %, 18 % et… 27 %.

Comment peut-on en arriver à des écarts de plus de un à quatre sur ce qui est la plus grosse dépense d’un pays ? En regardant ce que font les autres nations, on comprend tout de suite, car c’est très simple.

Premier facteur, la technologie : répartition ou capitalisation. La capitalisation fait peur à ceux qui ne connaissent pas la Bourse ; c’est dommage, car elle fait fructifier les économies : depuis 1983 (date de la retraite à 60 ans introduite par le président Mitterrand), la Bourse française a été multipliée par 8 et le Dow Jones par 14. La capitalisation coûte beaucoup moins cher que la répartition, puisqu’elle s’appuie sur la croissance de la Bourse. La Nouvelle-Zélande est 100 % capitalisation, la France 100 % répartition ; Pays-Bas et Allemagne mixent les deux.
 
Deuxième facteur : la durée du travail (mesure plus pertinente que l’âge de départ à la retraite). La Nouvelle-Zélande est championne, avec une durée de plus de 40 ans, comme la Suède ; la France est à l’autre bout de l’échelle avec 35 ans ; les Pays-Bas sont à 40 ans, l’Allemagne à 38. Pour le mix entre répartition et capitalisation, comme pour la durée de travail : la France et Nouvelle-Zélande sont aux antipodes.
 
Résultat, les dépenses de retraite représentent 6 % du PIB en Nouvelle-Zélande et 13 % en France. La différence c’est, pour la France, 160 milliards d’euros, un chiffre intenable sur la durée. La Bourse fait peur aux Français, on ne s’en tirera qu’en retardant l’âge de départ. La Constitution devrait interdire la pratique des promesses électorales et cantonner le débat aux principes politiques ; on ne tiendra pas rigueur à notre président s’il revient sur son engagement de campagne de ne pas toucher à l’âge de départ, car il y va de la compétitivité de nos entreprises exposées à la concurrence mondiale et de notre prospérité à tous.

____________________________________________________________________________
Article reproduit avec l'autorisation de l'éditeur :
https://www.contrepoints.org/2019/01/12/334433-les-2-maux-de-nos-retraites 
 
(Mis en ligne le 19 Janvier 2019)
 

Articles similaires
Étonnamment, le taux des investissements des...Où en est véritablement le redressement du...Une grande partie des mesures en faveur du...France et UE : quelques récentes statistiques...Evolution des salaires, impôts et taxes, et...Les choix d'implantation des entreprises...Chômage : quand l’exception française invalide...Ecologie : Nathalie Loiseau veut dépenser mille...Quelques causes structurelles au déficit...La vérité sur les dépenses publiques et...Le gouvernement dans l’impasse face à «...Fonction publique : plusieurs méthodes pour...TVA à 0% sur les produits de base ? Une mesure...Pourquoi les exportations françaises sont-elles...Prix de l’essence : évolution comparée...En nommant Sibeth Ndiaye, Macron fait-il l’éloge...Salaires / dividendes : Benoît Hamon, candidat au...France : bilan des principales erreurs de...Comptes publics 2018 : sauts de cabri de...« Cette décision d’utiliser Sentinelle est...ZE : combien de temps peut durer le delta de...Inégalités Homme-Femme : pourquoi ne pas évoquer...Fin du Grand Débat : va-t-on tenir compte du VRAI...Radioscopie des hauts revenus : quid du premier...Le départ de Virginie Calmels, parfaite...Quand l’obésité du secteur public pénalise notre...L'intérim représente environ 50% de la...France : le mystère du taux d'épargne aussi...Médias français : le mode "Full...Aviateurs du Mirage 2000 et pompiers de Paris :...Evolution du pouvoir d'achat : quel rôle...Pourquoi la France a-t-elle choisi « chômage et...L’opportunisme inaltérable de SégolèneBilan 2018 : quels ont été les députés les plus...Comparaison de l'évolution du pouvoir...« Vivent les taxes » chantent ceux qui en...Les classes moyennes et populaires victimes des...Crise en France : quelques éléments de réflexion...Evolution du pouvoir d’achat : ce sont les...Gilets Jaunes : "pouvoir d’achat" ?...Les Gilets Jaunes sont les victimes indirectes de...5 107 milliards€ : l'épargne financière...L'évolution du patrimoine net des Français...Retraites : TOUT ce qui se prépare et TOUT ce que...La radicalisation islamiste a-t-elle pénétrée les...Loi Pacte : il faut que tout change pour que rien...Pendant que la France s’endette, l’Allemagne et...Rémunérations : quels sont les couples...Commerce extérieur : la débâcle française...La pauvreté s'étend en FranceCapital et travail : sommes-nous vraiment...Macron est-il vraiment pro-business ?