Se connecterS'abonner en ligne

Les classes moyennes et populaires victimes des dépenses pré-engagées (obligatoires ou incontournables)

Référence de l'article : MPF7247
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Alexandre MIRLICOURTOIS,Directeur de la conjoncture et de la prévision,(8 décembre 2018)


Si les classes moyennes et populaires se sentent asphyxier, c’est parce que, face à des revenus qui ne progressent pas ou peu, leurs dépenses pré-engagées, elles, se sont envolées si bien qu’au fil du temps, le « reste à vivre » s’est réduit à trois fois rien. Selon la méthodologie retenue par l’INSEE, les dépenses pré-engagées, qui résultent d’engagements contractuels difficilement renégociables à court terme, intègrent :



les dépenses de logement (le loyer, les charges, ainsi que les dépenses d’eau de gaz, d’électricité et autres combustibles), les services de télécommunications (abonnement téléphonique, internet), les frais de cantine scolaire, les services de télévision (redevance, abonnement), les assurances (hors assurance vie) et les services financiers. Les remboursements d’emprunts ne sont pas inclus, alors qu’il s’agit sans doute de la dépense la plus contrainte.

Mais même en se limitant à ces 6 postes, on constate qu’ils représentent une part croissante du revenu et de la consommation des ménages :



les dépenses pré-engagées, c’était 25% de la consommation finale des ménages il y a 40 ans, 31%, il y a 20 ans et plus de 34% aujourd’hui. Des dépenses pré-engagées qui captent désormais près de 30% du revenu des ménages contre 20% en 1978.
Au cœur de cette dynamique, le logement pèse de plus en plus lourd



et absorbe près du quart du revenu des Français hors remboursement des emprunts immobiliers. L’enquête sur le budget des ménages de l’Insee permet d’aller plus loin et d’estimer le poids des dépenses liées aux crédits même si cette estimation est un peu fragilisée par la date (2011) de la dernière enquête publiée. Le budget logement atteindrait ainsi près du tiers du revenu des Français, un chiffre certainement plus proche de la réalité et qui fait passer le poids des dépenses pré-engagées à 37,5%.

Si les dépenses pré-engagées pèsent de plus en plus, elles ne suffisent pas à elles seules à mesurer la pression sur le budget des ménages. Il faut encore y ajouter les dépenses incontournables à savoir l’alimentation, le transport (automobile et ferroviaire) et la santé. Ensemble, tous ces postes de consommation représentent un peu moins de 30% du revenu, ajouté aux dépenses pré-engagées, l’ensemble pèse donc environ les deux tiers du budget… en moyenne, car il existe de profondes disparités entre les catégories sociales.



Il existe d’abord un lien direct entre le niveau de vie et les dépenses pré-engagées telles que définies par l’Insee, c’est-à-dire hors charges de remboursements : c’est évident, la consommation pré-engagées représente une part d’autant plus forte de la consommation que le niveau de vie est faible. Le poids de certains postes emblématiques des dépenses incontournables sont également aussi très dépendants des niveaux de vie,



c’est le cas de l’alimentaire qui s’allège considérablement plus on s’élève dans l’échelle sociale et qui reste très lourd pour les moins favorisés. Idem pour le poste très sensible des frais d’utilisation d’un véhicule (qui intègre le carburant) dès lors que les chiffres sont corrigés du taux d’équipement. La baisse du pouvoir d’achat, du pouvoir d’achat libéré des dépenses pré-engagées et incontournables pour les classes moyenne et populaire, n’est pas une erreur de perception, mais bien une réalité d’où l’extrême sensibilité d’une partie de la population à toute hausse de prix sur certaines dépenses plus subies que voulues.

_____________________________________________________________________________
Cet article est également disponible sous format Video :
https://www.xerficanal.com/economie/emission/Alexandre-Mirlicourtois-Les-classes-moyennes-victimes-des-depenses-pre-engagees_3746654.html 
 
(Mis en ligne le 8 Décembre 2018)

Articles similaires
La France qui taxe et la France qui payeParis : Cédric Villani se lance, lui aussi, dans...Conquête de Paris : le Villani petit canard de la...CSA : naissance annoncée d’un BIG BROTHER...Les 5 transformations majeures de l'emploi...Étonnamment, le taux des investissements des...Où en est véritablement le redressement du...Une grande partie des mesures en faveur du...France et UE : quelques récentes statistiques...Evolution des salaires, impôts et taxes, et...Les choix d'implantation des entreprises...Chômage : quand l’exception française invalide...Ecologie : Nathalie Loiseau veut dépenser mille...Quelques causes structurelles au déficit...La vérité sur les dépenses publiques et...Le gouvernement dans l’impasse face à «...Fonction publique : plusieurs méthodes pour...TVA à 0% sur les produits de base ? Une mesure...Pourquoi les exportations françaises sont-elles...Prix de l’essence : évolution comparée...En nommant Sibeth Ndiaye, Macron fait-il l’éloge...Salaires / dividendes : Benoît Hamon, candidat au...France : bilan des principales erreurs de...Comptes publics 2018 : sauts de cabri de...« Cette décision d’utiliser Sentinelle est...ZE : combien de temps peut durer le delta de...Inégalités Homme-Femme : pourquoi ne pas évoquer...Fin du Grand Débat : va-t-on tenir compte du VRAI...Radioscopie des hauts revenus : quid du premier...Le départ de Virginie Calmels, parfaite...Quand l’obésité du secteur public pénalise notre...L'intérim représente environ 50% de la...France : le mystère du taux d'épargne aussi...Médias français : le mode "Full...Les deux maux principaux de nos retraitesAviateurs du Mirage 2000 et pompiers de Paris :...Evolution du pouvoir d'achat : quel rôle...Pourquoi la France a-t-elle choisi « chômage et...L’opportunisme inaltérable de SégolèneBilan 2018 : quels ont été les députés les plus...Comparaison de l'évolution du pouvoir...« Vivent les taxes » chantent ceux qui en...Crise en France : quelques éléments de réflexion...Evolution du pouvoir d’achat : ce sont les...Gilets Jaunes : "pouvoir d’achat" ?...Les Gilets Jaunes sont les victimes indirectes de...5 107 milliards€ : l'épargne financière...L'évolution du patrimoine net des Français...Retraites : TOUT ce qui se prépare et TOUT ce que...La radicalisation islamiste a-t-elle pénétrée les...Loi Pacte : il faut que tout change pour que rien...Pendant que la France s’endette, l’Allemagne et...