Se connecterS'abonner en ligne

Les carburants, une telle ressource budgétaire … pourquoi ne pas en profiter ?

Référence de l'article : MPF3914
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Aymeric de VILLARET,

Est-ce vraiment une surprise ?  Selon Les Echos datés du 15 septembre, « pour compenser les recettes de l’écotaxe dont la nouvelle monture rapporterait moins que la précédente, le gouvernement voudrait relever la taxe sur le gazole »[1]. Les carburants sont un moyen si facile pour l’Etat de prélever des taxes. Mais alors que l’essence a été toujours plus taxée que le gazole, ce dernier est maintenant considéré comme plus « polluant ».
 

Comme le montre le graphe ci-dessus, la part des taxes dans les carburants est de 58 % pour l’essence contre 52 % pour le gazole.

L’incitation fiscale historique des pouvoirs publics français à acheter plus de véhicules diesel qu’essence a eu des conséquences importantes sur le parc automobile avec un essor de la consommation de gazole et une baisse de celle d’essence :
 


Une taxe (TICPE) importante pour le budget français

La TICPE (Taxe Intérieure de Consommation sur les Produits Energétiques), anciennement TIPP, rapporte beaucoup et ne pèse que sur des produits d’importations. Elle rapporte de l’ordre de 20 à 25 milliards d’euros par an et de ce fait occupe le 5ème ou 6ème rang des recettes.

Elle a donc tout pour plaire, d’autant que plus elle est élevée, plus elle incite à moins consommer…

Selon des estimations faites par le gouvernement en fin d’année dernière, une hausse de 2 centimes de la TICPE rapporterait de l’ordre de 800 M€.

Relever les taxes au moment où le pétrole baisse …. Moyen de rendre la potion moins amère

En effet, avec la chute depuis la mi-juin du baril, les prix des produits pétroliers viennent de légèrement baisser.

Aussi, l’opportunité peut apparaître d’en profiter… à un moment où l’Etat cherche de nouvelles recettes indolores …

Mais de nouvelles taxes à l’horizon !

En effet, si l’opportunité de la baisse du baril est là… les taxes déjà votées vont arriver au 1 janvier 2015 avec la « taxe carbone » déjà fixée à 2 cts pour le gazole et un peu moins de 1,8 ct pour l’essence.

Et ce n’est qu’un début avec la montée de la taxe carbone en puissance … à 4 cts en 2016 pour le gazole.

Et nous ne parlons que des effets de la taxe carbone, pas des contraintes autres, consécutives aux nouvelles règlementations, telles que l’UFIP (Union Française des Industries Pétrolières) l’a bien montré dans le graphe ci-après :

Conclusion

Il est tellement facile, lorsque l’on est à la recherche de ressources financières, de relever les taxes sur les produits pétroliers.

L’Ecologie permet à ce moment-là beaucoup, car l’on taxe surtout les produits les plus polluants.

En outre, l’idéal est d’opérer en période de baisse des cours du pétrole.

Le recul de ce dernier récemment crée de fait une fenêtre d’opportunité.

Mais il ne faut pas oublier que :

1)      De nouvelles taxes se profilent dans un avenir très proche (1er janvier 2015)
2)      Jouer sur le cours du baril est un jeu risqué dans la mesure où le gouvernement n’est pas à l’abri de toute hausse de celui-ci, comme cela est arrivé tant de fois par le passé.

Nota: cet article est également consultable sur le Site de l'Auteur: http://aymericdevillaret.wordpress.com/

[1] : http://www.lesechos.fr/economie-france/budget-fiscalite/0203774151907-le-gouvernement-veut-relever-la-taxe-sur-le-gazole-1042242.php

(Rédigé le 16 septembre 2014)
Articles similaires
14 Juillet : attention quand même de ne pas...Constitution : les dangers d'une révision...Liens entre gros revenus et gros patrimoines:...Assemblée nationale : les frais de personnel les...Réforme des retraites : les gagnants et les...Financer les retraites ne suffira pas : il faut...« Economies publiques » et « industries de pointe...Budget de l'Etat : zéro progrès, la Cour des...Que penser du bilan 2017 de la Commission...Consignes données aux CRS le 1er mai : « S’il y a...La France, qui n'est plus une nation...Les PME et l’emploi : pourquoi tout reste à...Fake news de Tolbiac : l'hallucinante...Mai 68 : quel était le contexte économique à...La France est bien un pays socialiste : la preuve...Pour une réforme du droit de grève : la Loi doit...Réforme du lycée : pourquoi ce que propose...France : il faudrait mieux défendre la...Blocages des facs : l’ultra-gauche et LFI tentés...La cagnotte n'existe pas : les pertes sont...France : pourquoi l’économie est elle en panne ?...Ce que révèle la réforme de la SNCF sur les...Innovation : le principe de précaution inhibeFrance : dégradation brutale du solde des...La volonté de réforme de Macron peut-elle...Sur les 5,8 millions de salariés des groupes...Génération « J’ai le droit », de Barbara...Une France fortement pénalisée par son...Dans une économie qui marche, qui crée de...Transferts sociaux excessifs et compétitivitéLa baisse du chômage sera forcément très faible...Le naufrage de la balance française des services...Vouloir appliquer le modèle scandinave en France...Déplacement de Macron en Corse : oui, mais....Revue des 4 secteurs économiques eu-pho-ri-ques...Notre-Dame des Landes : défaite de l’État ou...Modernisation sociale : mieux en qualité, moins...Comment les ménages ont modifié leur consommation...Baisse des dépenses de l'Etat: pourquoi la...France en 2018 : et si la croissance atteignait...L’étude choc : mais que font les députés En...Hausses de salaires : + 2,3% prévu en 2018Corse : à élections confuses, interprétations des...Flexisécurité française : de la montagne promise...France : où dégraisser un Etat devenu obèse ?12.000 millionnaires ont quitté la France en...Pourquoi l'industrie n'arrive plus à...Les oubliées du Budget 2018 : les TPE et les PMEAPL, HLM : pourquoi cela tourne au vinaigre entre...Le Général Vincent Desportes réagit à la...Pompiers : quand un urgentiste CGT justifie leur...Curieux: l'étonnante progression des...