Se connecterS'abonner en ligne

Le Général Vincent Desportes réagit à la rétrogradation de l'Amiral Rogel

Référence de l'article : MPF6407
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
Interview radiophonique du Général Vincent DESPORTES,(17 Octobre 2017)

Le général Desportes réagit au micro de Boulevard Voltaire à la décision d’Emmanuel Macron de rétrogradation de l’amiral Rogel dans la hiérarchie élyséenne.
Cette décision est une mauvaise nouvelle à la fois pour la France et pour ses Armées. Elle montre, hélas pour la France, que le président Macron n’a pas résolu le problème qu’il a avec les Armées et qui s’est exprimé une première fois lors du discours d’humiliation aux Armées du 13 juillet dernier.

On savait qu’il avait eu du mal à reconnaître sa faute politique majeure. Il avait soutenu l’idée dans le Journal Du Dimanche d’après et dans Le Point que la tempête du 14 juillet était une tempête dans un verre d’eau.

On pensait qu’il en avait fini et qu’il avait compris la place exceptionnelle qu’ont les Armées au sein d’une nation démocratique. En fait, il n’en est rien. Cette rétrogression qui ne correspond à aucun besoin immédiat, car elle ne changera pas les choses, est une nouvelle humiliation vis-à-vis des Armées.
J’avoue que je ne comprends pas très bien. D’une part, le président Macron semble donner désormais des signes d’amour aux Armées en les assurant de la pérennité de la croissance des budgets. En même temps, il semble aimer les Armées et détester les militaires. On a là un problème assez incroyable.

J’espère qu’il arrivera à le régler rapidement, car une nation démocratique comme la France a besoin d’une relation apaisée entre le chef des Armées et ses Armées. Ces derniers signes augurent mal de la compréhension que pourrait avoir monsieur Macron de ce que sont les Armées et de leur place dans une vraie démocratie.

Dans l’organigramme actuel, il y a le président de la République puis le Secrétaire général de l’Élysée. Normalement, il aurait dû y avoir ensuite le général Rogel, mais, si je comprends bien, le directeur de cabinet d’Emmanuel Macron prendrait cette place. Est-ce une volonté de donner une plus grande place aux civils par rapport aux militaires ou est-ce les militaires qui sont visés ?

Ce qui est frappant est l’inutilité d’une telle décision qui humilie encore les Armées.
Dans le fond, cela ne va pas changer les affaires. Dans la réalité, seul l’Amiral Rogel peut être conseiller militaire du président Macron et non pas le directeur de cabinet.

Dans les faits, cela ne va pas changer grand-chose.La position très particulière du chef d’état-major particulier du Président montrait bien l’importance qu’occupent en France les Armées, et l’importance aussi du fait militaire par le feu nucléaire. On dit que la défense ultime de la France est l’arme atomique.

On sait bien que le chef d’état-major des Armées tient un rôle fondamental dans la procédure de déclenchement du feu nucléaire. On sait l’importance de la proximité de ces deux hommes et des derniers conseils que pouvait donner un chef d’état-major particulier. On se rend compte que ce sera désormais plus difficile et qu’on en tiendra moins compte.

En d’autres termes, l’Armée française s’attend-elle à des relations difficiles avec l’Exécutif pendant ce quinquennat ?

L’Armée française a été extrêmement déçue. Le président Macron avait donné des signes extrêmement encourageants vis-à-vis des Armées à partir de son élection. L’Armée française a compris le 13 juillet au soir qu’elle avait servi d’outil de communication pour le Président. Elle ne le supporte pas. Les soldats de l’Armée française risquent leur vie tous les jours pour la France. Ils ne peuvent donc pas être un outil de communication.

 Ils ont été humiliés lorsque le chef d’état-major des Armées a eu une remontrance inutile et publique devant, en particulier, le chef d’état-major des Armées américaines et 3.000 de ses subordonnées, au vu et au su de tous ses collaborateurs. Les Armées sont alors humiliées en la personne de leur chef.

Cette deuxième humiliation est évidemment parfaitement inutile. Elle ne correspond à rien. Il semble que dans cette affaire tout à fait surprenante, le président Macron ait à nouveau manqué d’intelligence politique.

Pour écouter la bande son de cet interview, merci de cliquer sur le lien ci-dessous:
https://soundcloud.com/bvoltaire/general-desportes-3
 

______________________________________________________________________
Article reproduit en licence CC BY NC SA avec l'autorisation de l'éditeur :
http://www.bvoltaire.fr/cette-decision-mauvaise-nouvelle-france-armees/ 
(Mis en ligne le 22 Octobre 2017)
Articles similaires
14 Juillet : attention quand même de ne pas...Constitution : les dangers d'une révision...Liens entre gros revenus et gros patrimoines:...Assemblée nationale : les frais de personnel les...Réforme des retraites : les gagnants et les...Financer les retraites ne suffira pas : il faut...« Economies publiques » et « industries de pointe...Budget de l'Etat : zéro progrès, la Cour des...Que penser du bilan 2017 de la Commission...Consignes données aux CRS le 1er mai : « S’il y a...La France, qui n'est plus une nation...Les PME et l’emploi : pourquoi tout reste à...Fake news de Tolbiac : l'hallucinante...Mai 68 : quel était le contexte économique à...La France est bien un pays socialiste : la preuve...Pour une réforme du droit de grève : la Loi doit...Réforme du lycée : pourquoi ce que propose...France : il faudrait mieux défendre la...Blocages des facs : l’ultra-gauche et LFI tentés...La cagnotte n'existe pas : les pertes sont...France : pourquoi l’économie est elle en panne ?...Ce que révèle la réforme de la SNCF sur les...Innovation : le principe de précaution inhibeFrance : dégradation brutale du solde des...La volonté de réforme de Macron peut-elle...Sur les 5,8 millions de salariés des groupes...Génération « J’ai le droit », de Barbara...Une France fortement pénalisée par son...Dans une économie qui marche, qui crée de...Transferts sociaux excessifs et compétitivitéLa baisse du chômage sera forcément très faible...Le naufrage de la balance française des services...Vouloir appliquer le modèle scandinave en France...Déplacement de Macron en Corse : oui, mais....Revue des 4 secteurs économiques eu-pho-ri-ques...Notre-Dame des Landes : défaite de l’État ou...Modernisation sociale : mieux en qualité, moins...Comment les ménages ont modifié leur consommation...Baisse des dépenses de l'Etat: pourquoi la...France en 2018 : et si la croissance atteignait...L’étude choc : mais que font les députés En...Hausses de salaires : + 2,3% prévu en 2018Corse : à élections confuses, interprétations des...Flexisécurité française : de la montagne promise...France : où dégraisser un Etat devenu obèse ?12.000 millionnaires ont quitté la France en...Pourquoi l'industrie n'arrive plus à...Les oubliées du Budget 2018 : les TPE et les PMEAPL, HLM : pourquoi cela tourne au vinaigre entre...Pompiers : quand un urgentiste CGT justifie leur...Curieux: l'étonnante progression des...C'est quoi, être riche, pour...