Se connecterS'abonner en ligne

La préférence française pour le travail moins qualifié

Référence de l'article : MPF3405
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Olivier PASSET,XERFI

Une politique industrielle a pour vocation de bâtir la croissance et l’emploi

sur un élargissement de la base productive, une extension des parts de marchés, la création de revenus qui irrigueront la demande et l’emploi à terme. C’était toute la philosophie du changement de cap annoncé par le président de la république lors de sa conférence de presse de janvier.

 Face à cela, la politique de l’emploi reste accrochée à un credo trompeur :

accroître le contenu en emploi de la croissance, comme si la croissance était quelque chose de donné, sur lequel le politique n’a pas prise. Un objectif dont on pressent les limites lorsqu’on inverse la proposition : diminuer le contenu en valeur ajoutée de l’emploi. Une préférence pour l’emploi peu qualifié qui trouve sa principale traduction dans ce que l’on appelle

la barêmisation des cotisations sociales, c’est-à-dire leur diminution entre le smic et 1,6 smic dans le cadre des allègements Fillon, entre le 1 smic et

2.5 smic dans le cadre du CICE.

Et l’histoire se répète. Le CICE sera très probablement reconduit marquant à nouveau cette préférence pour le travail peu qualifié des partenaires sociaux et de l’exécutif.

Derrière cet arbitrage, il y a des obstacles techniques. Cette éternelle difficulté à détricoter notre usine à gaz fiscale. Mais il y a surtout un véritable torpillage de la politique industrielle.

Maintenir la grosse niche sur l’IS que constitue le CICE, interdit toute baisse significative son taux légal ensuite… tant pis pour l’attractivité et le réinvestissement des profits dégagés à l’étranger. C’est maintenir le surcoût des prestations intellectuelles qui sont à l’origine de la montée en gamme des produits, de nos performances à l’exportation comme le souligne à très juste titre Denis Ferrand dans une récente étude de Rexecode.

Complice de ce torpillage, il y a le MEDEF, rallié à l’instrument maintenant que les entreprises aperçoivent le chèque du CICE.

Il y a Bercy, qui depuis des années multiplie les variantes sur l’avantage des baisses de charge  concentrées sur les bas salaires, sur la base de maquettes théoriques ou d’exercices micro économétriques qui n’intègrent jamais les problèmes de productivité, de concurrence internationale ou d’attractivité du capital… autrement dit autant de problèmes qui fragilisent l’économie aujourd’hui.

Complice de cela des économistes de renom, des Pierre Cahuc, des Francis Kramarz, spécialistes des questions du travail et qui comme Bercy, à force d’aborder l’économie au microscope de leur spécialité,  délaissent totalement les enjeux d’une économie ouverte.

Complice encore de cela, le ministère de l’emploi, qui a raté de peu sa cible d’inversion de courbe du chômage pour avoir mal utilisé les leviers qui étaient à sa disposition…  qui n’a pas su activer l’emploi aidé en délaissant le champ essentiel de l’alternance ou en pénalisant les services à la personne… et qui au lieu d’y remédier  fait aujourd’hui un hold-hup sur la politique industrielle. Un premier échec que le ministère double maintenant d’un second.

Symptomatique encore du brouillage des objectifs, c’est au haut conseil du financement de la protection sociale qu’est revenu l’évaluation de la politique de baisse des charges. Aucune référence bien entendu à la balance des paiements, à la productivité ou à l’investissement direct dans ses évaluations

Une alliance du pire, impavide face à l’érosion lente et sure de nos parts de marché et de notre potentiel de croissance.

(Rédigé le 4 Mars 2014)

Nota: cet article est également disponible en version video : http://www.xerficanal.com/emission/Olivier-Passet_La-preference-francaise-pour-le-travail-moins-qualifie_1409.html
Articles similaires
Le gouvernement dans l’impasse face à «...Fonction publique : plusieurs méthodes pour...TVA à 0% sur les produits de base ? Une mesure...Pourquoi les exportations françaises sont-elles...Prix de l’essence : évolution comparée...En nommant Sibeth Ndiaye, Macron fait-il l’éloge...Salaires / dividendes : Benoît Hamon, candidat au...France : bilan des principales erreurs de...Comptes publics 2018 : sauts de cabri de...« Cette décision d’utiliser Sentinelle est...ZE : combien de temps peut durer le delta de...Inégalités Homme-Femme : pourquoi ne pas évoquer...Fin du Grand Débat : va-t-on tenir compte du VRAI...Radioscopie des hauts revenus : quid du premier...Le départ de Virginie Calmels, parfaite...Quand l’obésité du secteur public pénalise notre...L'intérim représente environ 50% de la...France : le mystère du taux d'épargne aussi...Médias français : le mode "Full...Les deux maux principaux de nos retraitesAviateurs du Mirage 2000 et pompiers de Paris :...Evolution du pouvoir d'achat : quel rôle...Pourquoi la France a-t-elle choisi « chômage et...L’opportunisme inaltérable de SégolèneBilan 2018 : quels ont été les députés les plus...Comparaison de l'évolution du pouvoir...« Vivent les taxes » chantent ceux qui en...Les classes moyennes et populaires victimes des...Crise en France : quelques éléments de réflexion...Evolution du pouvoir d’achat : ce sont les...Gilets Jaunes : "pouvoir d’achat" ?...Les Gilets Jaunes sont les victimes indirectes de...5 107 milliards€ : l'épargne financière...L'évolution du patrimoine net des Français...Retraites : TOUT ce qui se prépare et TOUT ce que...La radicalisation islamiste a-t-elle pénétrée les...Loi Pacte : il faut que tout change pour que rien...Pendant que la France s’endette, l’Allemagne et...Rémunérations : quels sont les couples...Commerce extérieur : la débâcle française...La pauvreté s'étend en FranceCapital et travail : sommes-nous vraiment...Macron est-il vraiment pro-business ?France : la dépense publique par habitant est...France : la dette publique au-dessus de 100%,...La doctrine Macron sur les revenus expliquée de A...Pourquoi la croissance française est inférieure à...Report ou transformation du prélèvement de...La plus grave erreur de Macron : il a cassé la...France : le pouvoir d'achat en forte baisseDepuis 2009, les sous-investissements en...Le chantier de la réduction des emplois publics...