Se connecterS'abonner en ligne

La Guyane: pour l'un, c'est une île, pour l'autre, c'est un peuple

Référence de l'article : MPF6040
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Maître Stanislas FRANCOIS,Avocat,(14 Avril 2017)

Ce début de printemps est florissant : voici qu’en mars 2017 sont apparus l’île et le peuple de Guyane. Jeudi 29 mars 2017, Ericka Bareigts, ministre des Outre-mer, a présenté ses excuses au « peuple guyanais ». L’emploi du mot peuple pour désigner une composante de la nation a de quoi faire bondir ! Les synonymes ne manquaient pourtant pas et le ministre aurait pu s’adresser à la population de la Guyane, à ses habitants, à nos compatriotes guyanais, etc. Non, les excuses ont été adressées au « peuple ». Si l’emploi de cette expression est choquant, c’est tout simplement qu’en France, il n’existe qu’un seul peuple : le peuple français.

Déjà, le 2 mars, Hollande parlait du "peuple corse"... : une deuxième bombe à fragmentation ultérieure ?

Avant elle, le 2 mars dernier, devant l’Assemblée de Corse, François Hollande avait fait la même erreur. Grande première. Le chef de l’État a prononcé les mots « peuple corse » ! Venant d’un président de la République, c’est grave. En principe, le terme peuple associé aux qualificatifs régionaux est utilisé par les mouvements indépendantistes, ceux-là mêmes qui remettent en cause la souveraineté de l’État. En commettant cette erreur, c’est comme si le chef de l’État voulait saper les fondements même de sa propre légitimité.
 
Ce chef de l’État, qui nous avait déjà démontré qu’il n’était plus le chef, nous prouve maintenant qu’il n’a plus d’État.Si, en France, le Président a des allures de monarque, c’est bien le peuple qui est souverain.

L’article 1er de la Constitution dispose que « la France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale ». L’indivisibilité est ainsi la première valeur de la République.

Le Conseil constitutionnel a mis en œuvre ce principe d’indivisibilité en 1991. Une loi avait été adoptée par le Parlement et l’article 1er faisait référence au « peuple corse, composante du peuple français ». Elle a été censurée au motif qu’elle méconnaissait tant le principe d’égalité devant la loi sans distinction d’origine que celui de l’indivisibilité de la République. Autrement dit, en France, faire référence à un autre peuple que le peuple français est inconstitutionnel. L’indivisibilité de la République est une notion viscéralement attachée à l’identité de la France, à tel point que c’est une valeur constitutionnelle.

Lorsqu’en 2015, à quelques semaines des élections régionales, le président de la République avait souhaité que la France ratifiât la Charte européenne des langues régionales, les principes d’indivisibilité de la République et d’unicité du peuple s’y sont opposés. Ils ont une application très concrète. À l’origine, ils permettent d’assurer l’égalité des citoyens devant la loi et de faire obstacle au communautarisme.

Alors, que signifie un message au peuple guyanais ? Que les Guyanais ne sont pas nos compatriotes, qu’ils ne sont pas aussi français que les habitants de métropole ? Les mots ont un sens, ils ont également une portée. Venant de responsables publics, représentant le peuple français, au-delà d’une petite faute juridique apparaît une énorme bourde politique.

__________________________________________________________________________
Article reproduit en licence CC BY NC SA avec l'autorisation de l'éditeur :
http://www.bvoltaire.fr/guyane-ile-peuple/?mc_cid=7de10b36b9&mc_eid=e4617e9091 
 
(Mis en ligne le 14 avril 2017)
Articles similaires
14 Juillet : attention quand même de ne pas...Constitution : les dangers d'une révision...Liens entre gros revenus et gros patrimoines:...Assemblée nationale : les frais de personnel les...Réforme des retraites : les gagnants et les...Financer les retraites ne suffira pas : il faut...« Economies publiques » et « industries de pointe...Budget de l'Etat : zéro progrès, la Cour des...Que penser du bilan 2017 de la Commission...Consignes données aux CRS le 1er mai : « S’il y a...La France, qui n'est plus une nation...Les PME et l’emploi : pourquoi tout reste à...Fake news de Tolbiac : l'hallucinante...Mai 68 : quel était le contexte économique à...La France est bien un pays socialiste : la preuve...Pour une réforme du droit de grève : la Loi doit...Réforme du lycée : pourquoi ce que propose...France : il faudrait mieux défendre la...Blocages des facs : l’ultra-gauche et LFI tentés...La cagnotte n'existe pas : les pertes sont...France : pourquoi l’économie est elle en panne ?...Ce que révèle la réforme de la SNCF sur les...Innovation : le principe de précaution inhibeFrance : dégradation brutale du solde des...La volonté de réforme de Macron peut-elle...Sur les 5,8 millions de salariés des groupes...Génération « J’ai le droit », de Barbara...Une France fortement pénalisée par son...Dans une économie qui marche, qui crée de...Transferts sociaux excessifs et compétitivitéLa baisse du chômage sera forcément très faible...Le naufrage de la balance française des services...Vouloir appliquer le modèle scandinave en France...Déplacement de Macron en Corse : oui, mais....Revue des 4 secteurs économiques eu-pho-ri-ques...Notre-Dame des Landes : défaite de l’État ou...Modernisation sociale : mieux en qualité, moins...Comment les ménages ont modifié leur consommation...Baisse des dépenses de l'Etat: pourquoi la...France en 2018 : et si la croissance atteignait...L’étude choc : mais que font les députés En...Hausses de salaires : + 2,3% prévu en 2018Corse : à élections confuses, interprétations des...Flexisécurité française : de la montagne promise...France : où dégraisser un Etat devenu obèse ?12.000 millionnaires ont quitté la France en...Pourquoi l'industrie n'arrive plus à...Les oubliées du Budget 2018 : les TPE et les PMEAPL, HLM : pourquoi cela tourne au vinaigre entre...Le Général Vincent Desportes réagit à la...Pompiers : quand un urgentiste CGT justifie leur...Curieux: l'étonnante progression des...