Se connecterS'abonner en ligne

La délicate préparation du budget 2016

Référence de l'article : MPF4822
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Eric VERHAEGHE,(6 septembre 2015)

 

Pour le gouvernement, la préparation du budget 2016, qui donne lieu aux derniers arbitrages, constitue un impressionnant casse-tête. Officiellement, la France devrait afficher un déficit public de 3,3% en 2016 (Etat, collectivités et organismes sociaux compris), soit un montant d’environ 70 milliards d’euros. A ce stade, et compte tenu de la rigidité des dépenses de l’Etat, on voit mal comment le gouvernement espère y parvenir, sachant qu’entre le pacte de responsabilité et les baisses d’impôts promises aux ménages, l’exercice se complique singulièrement.
 

La situation 2015 est mauvaise

C’est surtout la lecture de la situation mensuelle à juin 2015 qui éveille l’attention.
En un an, sur le premier semestre, le déficit de l’Etat n’a guère diminué que de 1 milliard! Il était, au 30 juin 2014, de 59,4 milliards. Il est passé, au 30 juin 2015, à 58,5 milliards. A ce stade, rien ne laisse donc présager une atteinte des objectifs budgétaires de 2015. Alors ceux de 2016…
 

Les recettes fiscales diminuent

Notamment sous l’effet du CICE, les recettes fiscales sont en diminution d’1,4 milliard par rapport à l’an dernier. Cette baisse est principalement due à l’effondrement de l’impôt sur les sociétés, qui a rendu 5 milliards de moins que l’an dernier. Ce phénomène devrait se poursuivre en 2016. Le gouvernement semble donc « coincé » sur ce sujet. On notera avec intérêt que l’impôt sur le revenu à grimper de plus de 1 milliard dans le même temps. Le gouvernement a donc besoin d’afficher une baisse de 2 milliards sur les ménages pour revenir à la situation de 2014…
 

La dynamique de la dépense est toujours forte

Dans le même temps, les dépenses de l’Etat ont augmenté de 2 milliards d’euros, passant, sur le premier semestre, de 154 à 156 milliards d’euros. Cette dynamique est d’abord due aux dépenses d’intervention qui augmentent de 4 milliards (de 37,5 à 41,5 milliards) et marginalement à la masse salariale, qui prend 1% d’augmentation (600 millions). Les administrations ne sont donc toujours pas sous contrôle.
 

Quelles marges pour le gouvernement?

Reste donc, pour l’exécutif, très peu de marges de manœuvre. Les recettes devraient logiquement diminuer en 2016, et les dépenses de personnel ne semblent pas devoir diminuer. La seule véritable variable est celle de la dépense d’intervention. Mais… dans un monde de plus en plus dangereux, où l’exigence de sécurité des personnes est de plus en plus coûteuse, la compression des dépenses paraît de plus en plus complexe à expliquer. Surtout à l’approche d’une élection présidentielle où François Hollande devrait jouer gros.
Cela sent le dérapage budgétaire l’an prochain…
(Les lecteurs qui souhaitent prendre connaissance de l'état de l'éxécution du Budget au 30 Juin 2015 peuvent cliquer sur le lien ci-dessous en bas de page ( 4 pages en version PDF).

Cet article est également disponible sur le Site de l’Auteur:
http://www.eric-verhaeghe.fr/la-delicate-preparation-du-budget-2016/

(Mis en ligne le 6  Septembre 2015)            
 

 
Articles similaires
CSA : naissance annoncée d’un BIG BROTHER...Les 5 transformations majeures de l'emploi...Étonnamment, le taux des investissements des...Où en est véritablement le redressement du...Une grande partie des mesures en faveur du...France et UE : quelques récentes statistiques...Evolution des salaires, impôts et taxes, et...Les choix d'implantation des entreprises...Chômage : quand l’exception française invalide...Ecologie : Nathalie Loiseau veut dépenser mille...Quelques causes structurelles au déficit...La vérité sur les dépenses publiques et...Le gouvernement dans l’impasse face à «...Fonction publique : plusieurs méthodes pour...TVA à 0% sur les produits de base ? Une mesure...Pourquoi les exportations françaises sont-elles...Prix de l’essence : évolution comparée...En nommant Sibeth Ndiaye, Macron fait-il l’éloge...Salaires / dividendes : Benoît Hamon, candidat au...France : bilan des principales erreurs de...Comptes publics 2018 : sauts de cabri de...« Cette décision d’utiliser Sentinelle est...ZE : combien de temps peut durer le delta de...Inégalités Homme-Femme : pourquoi ne pas évoquer...Fin du Grand Débat : va-t-on tenir compte du VRAI...Radioscopie des hauts revenus : quid du premier...Le départ de Virginie Calmels, parfaite...Quand l’obésité du secteur public pénalise notre...L'intérim représente environ 50% de la...France : le mystère du taux d'épargne aussi...Médias français : le mode "Full...Les deux maux principaux de nos retraitesAviateurs du Mirage 2000 et pompiers de Paris :...Evolution du pouvoir d'achat : quel rôle...Pourquoi la France a-t-elle choisi « chômage et...L’opportunisme inaltérable de SégolèneBilan 2018 : quels ont été les députés les plus...Comparaison de l'évolution du pouvoir...« Vivent les taxes » chantent ceux qui en...Les classes moyennes et populaires victimes des...Crise en France : quelques éléments de réflexion...Evolution du pouvoir d’achat : ce sont les...Gilets Jaunes : "pouvoir d’achat" ?...Les Gilets Jaunes sont les victimes indirectes de...5 107 milliards€ : l'épargne financière...L'évolution du patrimoine net des Français...Retraites : TOUT ce qui se prépare et TOUT ce que...La radicalisation islamiste a-t-elle pénétrée les...Loi Pacte : il faut que tout change pour que rien...Pendant que la France s’endette, l’Allemagne et...Rémunérations : quels sont les couples...Commerce extérieur : la débâcle française...