Se connecterS'abonner en ligne

La baisse du chômage sera forcément très faible en 2018 : explications

Référence de l'article : MPF6667
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Alexandre MIRLICOURTOIS,Directeur de la conjoncture et de la prévision,XERFI (18 Février 2018)


Il ne faut pas s’attendre à des miracles en matière de chômage cette année. Bien entendu, la croissance est de retour, mais elle ne peut pas garantir à elle seule la baisse du nombre de sans-emploi, car d’autres éléments vont venir perturber le jeu.



Le chômage ce n’est, en effet, rien d’autre que le résultat d’une course entre, d’un côté, l’emploi, et de l’autre, la population active. De la différence entre les deux dépend l’amélioration ou la dégradation du marché du travail.

Les créations d'emploi vont ralentir en 2018

Côté emploi,



il est clair que le retour de la croissance est un élément déterminant tant les deux variables sont liées, avec même en fin de période des créations nettes de postes plus dynamiques encore que le PIB : une preuve tangible du fameux effet d’enrichissement de la croissance en emploi, avec en miroir de faibles gains de productivité. Mais c’est un enrichissement précaire, car lié en partie à l’instauration d’une prime à l’embauche, qui s’ajoute à d’autres dispositifs de réduction du coût du travail comme le crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (le fameux CICE), et tous les autres allègements de charges du Pacte de responsabilité et de solidarité.

Or, les effets de cette politique s’estompent, avec notamment l’arrêt de la prime à l’embauche. La productivité apparente du travail va donc de nouveau se caler sur sa tendance de long terme. La croissance va donc un peu s’appauvrir en emplois,



et après être passées par un pic à 260.000 en 2017, les créations nettes dans le privé seront moins dynamiques cette année (l’écart représentant quand même 70.000 postes).
A ce décrochage va s’en ajouter un autre, celui de la baisse de l’emploi non-marchand, conséquence de la diminution des emplois aidés. François Hollande avait fait du retournement de la courbe du chômage l’alpha et l’oméga de la réussite de sa politique économique, et



avait massivement activé le levier des emplois aidés. Maintenant que la perfusion est en partie débranchée, c’est le retour de bâton avec une chute du nombre de bénéficiaires, et en bout de course, le repli de l’emploi non-marchand.



Ralentissement dans le privé, baisse dans le public, et faible progression de l’emploi non-salarié : le scénario pour 2018 est donc celui d’une décélération des créations nettes, à 185.000.

Et la population active va s'accroître

Côté population active, la tendance de fond est à la hausse, avec



d’un côté l’arrivée de 800.000 jeunes sur le marché du travail, et de l’autre le départ de 650.000 séniors, soit une croissance spontanée de 150.000 personnes.

150.000 travailleurs en plus, 185.000 emplois créés : avantage aux créations d’emplois. Mais il y a un facteur supplémentaire à prendre en compte : le comportement d’activité des hommes et des femmes. Il est évident que des personnes qui étaient découragées dans leur recherche de travail par l’accumulation des mauvaises nouvelles sur l’emploi, se sont massivement réinscrites à Pôle emploi quand il a été annoncé un peu partout que les créations de postes étaient à nouveau en forte hausse.



Un indice est donné par le nombre d’actifs disponibles ne faisant pas de démarche active de recherche d’emplois : il y en a 40.000 de moins selon notre estimation en 2017, signe du retour sur le marché du travail de personnes qui étaient jusqu’à maintenant sous le radar du chômage.
De même, les étudiants arrivent généralement plus rapidement sur le marché du travail quand la conjoncture est bonne, et ne jouent pas la montre comme durant les périodes de crise.
La course entre emploi et population active sera donc bien plus équilibrée cette année qu’en 2017.



A 9,3% en moyenne annuelle en 2018, le taux de chômage ne diminuerait qu’à la marge. Certes, le pic de 2015 s’éloigne, mais on reste loin des niveaux d’avant crise où il était ancré en-dessous de 8%, signe d’un marché du travail toujours en convalescence.

______________________________________________________________________________
Cet article est également disponible sous format Video :
http://www.xerficanal-economie.com/emission/Alexandre-Mirlicourtois-Comprendre-la-tres-faible-baisse-du-chomage-en-2018_3745561.html 
 
(Mis en ligne le 18 Février 2018)

Articles similaires
14 Juillet : attention quand même de ne pas...Constitution : les dangers d'une révision...Liens entre gros revenus et gros patrimoines:...Assemblée nationale : les frais de personnel les...Réforme des retraites : les gagnants et les...Financer les retraites ne suffira pas : il faut...« Economies publiques » et « industries de pointe...Budget de l'Etat : zéro progrès, la Cour des...Que penser du bilan 2017 de la Commission...Consignes données aux CRS le 1er mai : « S’il y a...La France, qui n'est plus une nation...Les PME et l’emploi : pourquoi tout reste à...Fake news de Tolbiac : l'hallucinante...Mai 68 : quel était le contexte économique à...La France est bien un pays socialiste : la preuve...Pour une réforme du droit de grève : la Loi doit...Réforme du lycée : pourquoi ce que propose...France : il faudrait mieux défendre la...Blocages des facs : l’ultra-gauche et LFI tentés...La cagnotte n'existe pas : les pertes sont...France : pourquoi l’économie est elle en panne ?...Ce que révèle la réforme de la SNCF sur les...Innovation : le principe de précaution inhibeFrance : dégradation brutale du solde des...La volonté de réforme de Macron peut-elle...Sur les 5,8 millions de salariés des groupes...Génération « J’ai le droit », de Barbara...Une France fortement pénalisée par son...Dans une économie qui marche, qui crée de...Transferts sociaux excessifs et compétitivitéLe naufrage de la balance française des services...Vouloir appliquer le modèle scandinave en France...Déplacement de Macron en Corse : oui, mais....Revue des 4 secteurs économiques eu-pho-ri-ques...Notre-Dame des Landes : défaite de l’État ou...Modernisation sociale : mieux en qualité, moins...Comment les ménages ont modifié leur consommation...Baisse des dépenses de l'Etat: pourquoi la...France en 2018 : et si la croissance atteignait...L’étude choc : mais que font les députés En...Hausses de salaires : + 2,3% prévu en 2018Corse : à élections confuses, interprétations des...Flexisécurité française : de la montagne promise...France : où dégraisser un Etat devenu obèse ?12.000 millionnaires ont quitté la France en...Pourquoi l'industrie n'arrive plus à...Les oubliées du Budget 2018 : les TPE et les PMEAPL, HLM : pourquoi cela tourne au vinaigre entre...Le Général Vincent Desportes réagit à la...Pompiers : quand un urgentiste CGT justifie leur...Curieux: l'étonnante progression des...C'est quoi, être riche, pour...