Se connecterS'abonner en ligne

France : pourquoi la reprise reste morose

Référence de l'article : MPF4731
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Olivier PASSET,Directeur des synthèses,XERFI (3 Juillet 2015)

Pourquoi les perspectives de production restent-t-elles relativement moroses en France,

dans l’industrie comme dans les services, en dépit du contexte très favorable de l’alignement des astres qui ne se dément pas depuis près de 7 mois ? Car il ne faut pas se voiler la face. Ce que restituent les enquêtes de conjoncture sur le ressenti des entreprises ne témoigne ni d’une accélération, ni d’une franche diffusion de la reprise.
Il ne faut certes pas faire dire à ces enquêtes plus qu’elles ne nous disent.

Elles n’ont pas vocation à scruter les horizons lointains : 3 mois au plus, et n’ont en fait qu’un très faible pouvoir prédictif. Et de fait, elles sont le plus souvent en phase avec ce que l’on observe déjà. Les zones dans lesquelles elles naviguent jusqu’en juin,

nous disent que la production industrielle est au pire stabilisée et au mieux animée par un mince filet de croissance de l’ordre de 1 à 2% en rythme annuel. Petite reprise en vue donc et second trimestre médiocre en perspective, qui ne devrait pas confirmer l’ampleur du rebond observé au 1er trimestre.
C’est peu pour une économie qui baigne dans un environnement favorable depuis plus de deux trimestres maintenant.

Sans compter les avantages fiscaux qui concentrent leurs effets sur 2015. Un ensemble d’éléments porteurs qui équivalent à une relance de l’ordre de 2% du PIB. Et compte tenu des délais de réaction que l’on connaît, on s’attendrait à plus de signaux tangibles d’amélioration de l’économie réelle.
Alors pourquoi tant de tiédeur. La réponse peut paraître évidente :

parce qu’après 7 ans de mini-reprises à rechute, nos entreprises restent échaudées. Parce qu’on ne bascule pas du déclinisme à l’euphorie en un clin d’œil, et qu’une conjonction de facteurs favorables, reste une conjonction dont on sait qu’elle n’est pas amenée à durer sur tout l’horizon d’un investissement.  La force des mécanismes macro-économique, et l’amplification des effets d’entrainement au plan européen finirait alors par avoir raison de cette inertie.

La physionomie de ce type d’enquête peut en effet changer très rapidement.  La courbe peut en l’espace de 2 ou 3 mois se remettre à flirter les 20 à 25 points de solde d’opinions favorables. Ce scénario n’est pas à exclure. Ce ne serait pas la première fois que le sentiment des industriels aurait un temps retard sur les inflexions réelles. A l’instar de 1994-1995 ; 1997-1998 ; ou même de 2010. Précisément lorsque les entreprises ont traversé un épisode traumatisant.
Mais même en relativisant : 6 mois d’hésitations, c’est long. On peut alors invoquer une seconde hypothèse. Les enquêtes sont au diapason du ressenti des grands groupes.

Des grands groupes du CAC 40 notamment, dont on sait que la part du chiffre hexagonal est passée sous la barre des 30% et dont la part en Europe décroit. Cela veut dire que leur perception est largement tributaire de la croissance mondiale. Une croissance mondiale pénalisée par le ralentissement des émergents et le coup de frein américain. Leur vision consolidée des affaires les incitent aujourd’hui à la prudence même si leurs structures de bilan est bonne comme le confirme la récente évaluation du Cabinet Ricol Lasteyrie. Si ces groupes à large périmètre on amorti les effets de la crise en 2008, ils participent aujourd’hui à l’inertie de la reprise.  Assis pour certains sur des trésoreries considérables, on pourrait penser que cela annonce des lendemains qui chantent pour l’investissement. Certes. Sauf que la plupart de ces grands groupes, visent maintenant des opérations de croissance externe, de rachat d’entités existantes donc. Cela ne fait pas de l’investissement au sens où l’entend la comptabilité nationale. Mais rajoute au contraire à l’attentisme

Cet article est également disponible sous format Video :
http://www.xerficanal-economie.com/emission/Olivier-Passet-Reprise-morose-et-attentisme-pourquoi-_2697.html

(Mis en ligne le 4 Juillet 2015)




 

Articles similaires
14 Juillet : attention quand même de ne pas...Constitution : les dangers d'une révision...Liens entre gros revenus et gros patrimoines:...Assemblée nationale : les frais de personnel les...Réforme des retraites : les gagnants et les...Financer les retraites ne suffira pas : il faut...« Economies publiques » et « industries de pointe...Budget de l'Etat : zéro progrès, la Cour des...Que penser du bilan 2017 de la Commission...Consignes données aux CRS le 1er mai : « S’il y a...La France, qui n'est plus une nation...Les PME et l’emploi : pourquoi tout reste à...Fake news de Tolbiac : l'hallucinante...Mai 68 : quel était le contexte économique à...La France est bien un pays socialiste : la preuve...Pour une réforme du droit de grève : la Loi doit...Réforme du lycée : pourquoi ce que propose...France : il faudrait mieux défendre la...Blocages des facs : l’ultra-gauche et LFI tentés...La cagnotte n'existe pas : les pertes sont...France : pourquoi l’économie est elle en panne ?...Ce que révèle la réforme de la SNCF sur les...Innovation : le principe de précaution inhibeFrance : dégradation brutale du solde des...La volonté de réforme de Macron peut-elle...Sur les 5,8 millions de salariés des groupes...Génération « J’ai le droit », de Barbara...Une France fortement pénalisée par son...Dans une économie qui marche, qui crée de...Transferts sociaux excessifs et compétitivitéLa baisse du chômage sera forcément très faible...Le naufrage de la balance française des services...Vouloir appliquer le modèle scandinave en France...Déplacement de Macron en Corse : oui, mais....Revue des 4 secteurs économiques eu-pho-ri-ques...Notre-Dame des Landes : défaite de l’État ou...Modernisation sociale : mieux en qualité, moins...Comment les ménages ont modifié leur consommation...Baisse des dépenses de l'Etat: pourquoi la...France en 2018 : et si la croissance atteignait...L’étude choc : mais que font les députés En...Hausses de salaires : + 2,3% prévu en 2018Corse : à élections confuses, interprétations des...Flexisécurité française : de la montagne promise...France : où dégraisser un Etat devenu obèse ?12.000 millionnaires ont quitté la France en...Pourquoi l'industrie n'arrive plus à...Les oubliées du Budget 2018 : les TPE et les PMEAPL, HLM : pourquoi cela tourne au vinaigre entre...Le Général Vincent Desportes réagit à la...Pompiers : quand un urgentiste CGT justifie leur...Curieux: l'étonnante progression des...