Se connecterS'abonner en ligne

France: les 5 régions qui décrochent actuellement, quelque soit le critère retenu

Référence de l'article : MPF5483
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Alexandre MIRLICOURTOIS,Directeur de la conjoncture et des prévisions,(9 Juillet 2016)

Existe-t-il une fracture territoriale ? Pour le déterminer, j’ai choisi de mobiliser quatre indicateurs. Le premier, c’est l’emploi dans la sphère principalement marchande (qui concerne principalement les postes salariés du secteur privé non-agricole).

Depuis la récession de 2008, il n’a toujours pas retrouvé son niveau d’avant crise en France et reste écarté de son dernier pic de 2,5%. Ce n’est bien entendu qu’une moyenne. Ainsi, un trio a d’ores et déjà restauré et dépassé ses pics d’avant crise :

la Corse, l’Occitanie (ex Languedoc-Roussillon Midi-Pyrénées…), et l’Ile de France.  Si la majorité des régions est proche de la moyenne nationale, cinq sont en revanche en très grandes difficultés : Bourgogne – Franche-Comté, Grand-Est, Centre-Val de Loire, Normandie et Hauts de France. Pour ces territoires, le niveau d’emploi est de 7 à 9% inférieur à qu’il était au 1er trimestre 2008. Géographiquement, c’est très marqué, le centre de gravité se situe au Nord et penche vers l’Est. La spécialisation sectorielle semble bien avoir une part de responsabilité dans ces évolutions très contrastées, car ce sont toutes des régions d’avantage orientées vers l’industrie et l’agriculture.

C’est un fait, l’industrie représente en moyenne en France métropolitaine (hors Ile-de-France) à peine 14% de l’emploi total, c’est 17% en Bourgogne-Franche Comté, 16% ou presque en Normandie, dans le Grand-Est et le Centre-val de Loire et plus de 14% dans les Hauts de France. Or, on le sait, l’industrie est à la peine depuis de nombreuses années et la tendance s’est renforcée après 2008. Au-delà de l’opposition industrie/services, la crise a d’abord frappé les territoires déjà sur le déclin ; les anciens bastions de l’industrie automobile, textiles, mécaniques ou sidérurgiques sont les premières victimes.

Un bref retour, sur le dernier graphique, la région Auvergne-Rhône-Alpes, fait partie des plus industrielles et fait partie des territoires les plus dynamiques. Un simple graphique suffit pour comprendre pourquoi, celui du PIB par emploi.

Alors que toutes les régions industrielles se situent sous la moyenne nationale (hors Ile de France toujours), une région industrielle se démarque avec un chiffre nettement au-dessus, l’Auvergne-Rhône-Alpes, signe d’une spécialisation sur les productions à plus forte valeur ajoutée, les moins exposées à la concurrence internationale, donc les plus résistantes. Second marqueur du déclassement, l’évolution de la population. On le sait, la démographie française est l’une des plus dynamiques d’Europe avec une population en hausse de 0,5% en moyenne par an sur les 10 dernières années. Mais là aussi, il y a de fortes disparités entre les territoires si bien que le poids de certaines régions diminue :

hors PACA, qui fait partie du lot des perdants, ce sont exactement les mêmes régions qui ont le plus souffert en matière d’emploi qui se retrouvent avec la dynamique démographique la plus lente. C’est normal, le manque d’emplois dans certaines zones contraint les habitants à rechercher ailleurs le travail qui fait défaut chez eux.  Et c’est le serpent qui se mord la queue. Les apports migratoires se concentrent là où l’activité est la plus dynamique, ce qui génère des emplois qui génèrent de l’activité, qui génère des emplois, etc.

Très naturellement, le troisième indicateur est donc celui des PIB régionaux. Depuis 2007, les écarts se creusent et une fois de plus, les 5 mêmes régions font moins bien que la moyenne nationale (toujours sans l’Ile de France) auxquelles s’ajoute cette fois-ci, la Bretagne. Le quatrième juge de paix est plus étonnant, c’est celui de de la dynamique immobilière. Non pas en termes de prix, mais en termes de transactions. L’idée est simple, c’est de comparer la situation actuelle par rapport à la moyenne observée entre 2004 et 2007, une période faste pour l’immobilier. Si aucun marché n’est totalement parvenu à rétablir ses performances, une cassure très nette sépare les régions :

d’un côté, celles qui sont sur le point de retrouver leurs pics (autrement dit dont les niveaux de transactions actuels représentent plus de 90% de ceux de la période 2004-2007), toutes situées sur les façades Atlantique et méditerranéenne, auxquelles se greffe la région Auvergne-Rhône-Alpes.  De l’autre côté, celles dont le niveau de transactions sont nettement inférieures à leurs sommets. Une fois de plus, les 5 mêmes régions sont en retard avec l’Ile-de-France. C’est très net, 5 régions (Normandie, Centre-Val de Loire, Bourgogne Franche Comté, Grand Est, Hauts de France) décrochent actuellement, quelque soit le critère retenu.

__________________________________________________________
Article reproduit avec l'autorisation de l'éditeur :
http://www.xerficanal-economie.com/emission/Alexandre-Mirlicourtois-La-fracture-territoriale-ces-regions-qui-s-enfoncent-dans-la-crise_3660.html 
 
(Mis en ligne le 9 juillet 2016)

Articles similaires
Étonnamment, le taux des investissements des...Où en est véritablement le redressement du...Une grande partie des mesures en faveur du...France et UE : quelques récentes statistiques...Evolution des salaires, impôts et taxes, et...Les choix d'implantation des entreprises...Chômage : quand l’exception française invalide...Ecologie : Nathalie Loiseau veut dépenser mille...Quelques causes structurelles au déficit...La vérité sur les dépenses publiques et...Le gouvernement dans l’impasse face à «...Fonction publique : plusieurs méthodes pour...TVA à 0% sur les produits de base ? Une mesure...Pourquoi les exportations françaises sont-elles...Prix de l’essence : évolution comparée...En nommant Sibeth Ndiaye, Macron fait-il l’éloge...Salaires / dividendes : Benoît Hamon, candidat au...France : bilan des principales erreurs de...Comptes publics 2018 : sauts de cabri de...« Cette décision d’utiliser Sentinelle est...ZE : combien de temps peut durer le delta de...Inégalités Homme-Femme : pourquoi ne pas évoquer...Fin du Grand Débat : va-t-on tenir compte du VRAI...Radioscopie des hauts revenus : quid du premier...Le départ de Virginie Calmels, parfaite...Quand l’obésité du secteur public pénalise notre...L'intérim représente environ 50% de la...France : le mystère du taux d'épargne aussi...Médias français : le mode "Full...Les deux maux principaux de nos retraitesAviateurs du Mirage 2000 et pompiers de Paris :...Evolution du pouvoir d'achat : quel rôle...Pourquoi la France a-t-elle choisi « chômage et...L’opportunisme inaltérable de SégolèneBilan 2018 : quels ont été les députés les plus...Comparaison de l'évolution du pouvoir...« Vivent les taxes » chantent ceux qui en...Les classes moyennes et populaires victimes des...Crise en France : quelques éléments de réflexion...Evolution du pouvoir d’achat : ce sont les...Gilets Jaunes : "pouvoir d’achat" ?...Les Gilets Jaunes sont les victimes indirectes de...5 107 milliards€ : l'épargne financière...L'évolution du patrimoine net des Français...Retraites : TOUT ce qui se prépare et TOUT ce que...La radicalisation islamiste a-t-elle pénétrée les...Loi Pacte : il faut que tout change pour que rien...Pendant que la France s’endette, l’Allemagne et...Rémunérations : quels sont les couples...Commerce extérieur : la débâcle française...La pauvreté s'étend en FranceCapital et travail : sommes-nous vraiment...