Se connecterS'abonner en ligne

France : bilan des principales erreurs de politique économique de ces 10 dernières années

Référence de l'article : MPF7463
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Alexandre MIRLICOURTOIS,Directeur de la conjoncture et de la prévision,XERFI (1er Avril 2019)

Retour en arrière sur les erreurs de politique économique en France depuis 2008, point de départ de la grande récession et qui ont abouti à ces résultats calamiteux :



un taux de croissance annuel moyen tombé en dessous de 1%, contre 1,3% au Royaume-Uni ou en Allemagne, et un nombre de chômeurs en hausse de 565 000 personnes quand il a baissé de plus de 400 000 côté britannique et de 1,5 million côté allemand. Plutôt que d’égrener les erreurs successives, il est préférable de les catégoriser.



Trois types d’erreurs fondamentales se dégagent : erreurs de stratégie, erreurs de diagnostic, erreurs de timing.
 
Parmi les erreurs de stratégie, une est commune à tous les gouvernements : c’est l’absence de prise à bras le corps de ce qui est



est à l’origine du malaise hexagonal : le déséquilibrage du couple franco-allemand et la « périphérisation » de l’économie française. Au cœur du problème français, il y a l’agglomération de la force de frappe exportatrice de l’autre côté du Rhin et en corollaire la perte d’audience française à l’échelle européenne qui participe à la panne du projet d’intégration. Remonter la pente, tout en se différenciant, devrait être au cœur de nos problématiques économiques. Au lieu de cela, la France, comme d'autres pays de la Zone euro, s’évertue à devenir une pâle copie de l’Allemagne et nous ne convenons uniquement nos réformes que par rapport à cette dernière. Résultat, la France subit pour l’heure l’orthodoxie ordo-libérale allemande au plan budgétaire, salarial et fiscal pour retrouver le chemin de la compétitivité.



Mais, tout comme elle, elle a subi en 2011 la remontée prématurée des taux, tuant dans l’œuf l’embryon de reprise. Le contraste est saisissant avec la politique menée par la Fed ou la Banque d’Angleterre. 



 Le constat est implacable : elle s’est laissée happer dans la dynamique des pays du sud avec une crise à rechute et c’est bien à cette époque que le Royaume-Uni creuse l’écart.
 
Deuxième type d’erreurs, les erreurs de diagnostic, dans le prolongement du premier constat.



Le système productif est le grand absent des politiques économiques. Certes, il y a eu une inflexion vers l’offre depuis 2014 incarnée par le Pacte de Responsabilité et le CICE. Mais il n y’a pas de vrais instruments à la hauteur de notre problème productif. Il y a eu une ébauche avec les pôles de compétitivité et la BPI, mais depuis on continue de s’en remettre au marché quand il faudrait agir, protéger l’innovation, orienter l’investissement pour rattraper le terrain perdu ou se repositionner là où le tissu productif est le mieux à même d’extraire la valeur. Al’inverse, la politique française d’exonérations de cotisations sociales sur les bas salaires n’a cessé d’affaiblir notre positionnement de gamme, et de fragiliser notre socle de productivité … pour ne servir in fine que des hausses de SMIC décrétées d’en haut.
 
Troisième catégorie d’erreurs, les erreurs de timing, et notamment la myopie de notre pilotage des finances publiques. Les gouvernements successifs spéculent sur des reprises hypothétiques ouvrant les vannes budgétaires quand tout va bien et à les refermant quand l'activité ralentit. En absence de réserves, toutes les périodes de risques sont abordés sans munition préparant des lendemains qui déchantent et des stop and go incessants. Un mauvais tempo, procyclique, dont le dernier en date est celui du début de mandat d’Emmanuel Macron.



En mai 2017, lorsqu’il arrive aux commandes, le nouveau président est l’héritier de la reprise de Hollande. La croissance française est sur une orbite de 2,5-3% en rythme annuel et elle est au diapason de la reprise européenne. Moins d’un an plus tard, le soufflé est retombé. Le trou d’air est certes général, puisque la croissance du reste de zone euro est revenue sur un rythme de 1,7%. Mais, en France, c’est bien plus qu’une décélération, c’est un vrai coup d’arrêt.

L’économie française décroche nettement de celle de ses partenaires. Ce déraillement de la reprise est très largement imputable au mauvais tempo des réformes, notamment celles conduisant à l’alourdissement brutal de la barque fiscale des ménages au début d’année au moment même où la croissance se dérobait, où les prix du pétrole s’envolaient, et pesaient sur le pouvoir d’achat, cassant l’élan de consommation. Cette séquence n’est que le remake du tournant Sarkozy-Hollande.



quand le choc fiscal d’une grande violence a fait déraper le poids des prélèvements obligatoires sur les ménages et les entreprises au pire moment du cycle économique européen. Les déboires de l’économie française, ce n’est pas simplement l’accumulation de chocs venus de l’extérieur, mais aussi d’erreurs venues de l’intérieur.

______________________________________________________________________________
Cet article est également disponible sous format Vidéo :
https://www.xerficanal.com/economie/emission/Alexandre-Mirlicourtois-Nos-grandes-erreurs-de-politique-economique-depuis-10-ans_3747075.html 
 
(Mis en ligne le 1er Avril 2019)

Articles similaires
CSA : naissance annoncée d’un BIG BROTHER...Les 5 transformations majeures de l'emploi...Étonnamment, le taux des investissements des...Où en est véritablement le redressement du...Une grande partie des mesures en faveur du...France et UE : quelques récentes statistiques...Evolution des salaires, impôts et taxes, et...Les choix d'implantation des entreprises...Chômage : quand l’exception française invalide...Ecologie : Nathalie Loiseau veut dépenser mille...Quelques causes structurelles au déficit...La vérité sur les dépenses publiques et...Le gouvernement dans l’impasse face à «...Fonction publique : plusieurs méthodes pour...TVA à 0% sur les produits de base ? Une mesure...Pourquoi les exportations françaises sont-elles...Prix de l’essence : évolution comparée...En nommant Sibeth Ndiaye, Macron fait-il l’éloge...Salaires / dividendes : Benoît Hamon, candidat au...Comptes publics 2018 : sauts de cabri de...« Cette décision d’utiliser Sentinelle est...ZE : combien de temps peut durer le delta de...Inégalités Homme-Femme : pourquoi ne pas évoquer...Fin du Grand Débat : va-t-on tenir compte du VRAI...Radioscopie des hauts revenus : quid du premier...Le départ de Virginie Calmels, parfaite...Quand l’obésité du secteur public pénalise notre...L'intérim représente environ 50% de la...France : le mystère du taux d'épargne aussi...Médias français : le mode "Full...Les deux maux principaux de nos retraitesAviateurs du Mirage 2000 et pompiers de Paris :...Evolution du pouvoir d'achat : quel rôle...Pourquoi la France a-t-elle choisi « chômage et...L’opportunisme inaltérable de SégolèneBilan 2018 : quels ont été les députés les plus...Comparaison de l'évolution du pouvoir...« Vivent les taxes » chantent ceux qui en...Les classes moyennes et populaires victimes des...Crise en France : quelques éléments de réflexion...Evolution du pouvoir d’achat : ce sont les...Gilets Jaunes : "pouvoir d’achat" ?...Les Gilets Jaunes sont les victimes indirectes de...5 107 milliards€ : l'épargne financière...L'évolution du patrimoine net des Français...Retraites : TOUT ce qui se prépare et TOUT ce que...La radicalisation islamiste a-t-elle pénétrée les...Loi Pacte : il faut que tout change pour que rien...Pendant que la France s’endette, l’Allemagne et...Rémunérations : quels sont les couples...Commerce extérieur : la débâcle française...La pauvreté s'étend en France