Se connecterS'abonner en ligne

Fillon, Macron, Hamon, Mélenchon : 4 manières différentes d'aborder "le travail"

Référence de l'article : MPF5871
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Olivier PASSET,Directeur des Synthèses,XERFI (4 Février 2017)

Jamais une élection n’aura véhiculé des représentations aussi hétérogènes de la relation au travail et du modèle de société qui en découle. Jusqu’ici, ce qui démarquait les candidats, c’étaient les solutions qu’ils préconisaient

pour créer plus d’emplois et réduire de la sorte le chômage : via l’offre, pour la droite, via la demande et le partage du temps de travail pour la gauche. Ce vieux clivage est en train de voler en éclats. Pas seulement parce qu’une partie de la gauche se serait ralliée aux thérapies de l’offre. Mais aussi, plus profondément, parce que

le bouleversement numérique, et la lecture qu’on fait de son impact, est là, en arrière-plan des programmes, comme jamais jusqu’ici. Il constitue l’un des éléments différenciants parmi les plus forts aujourd’hui.

Du côté de Fillon, ce qui prévaut, c’est le paradigme du travail mal mobilisé.

Il  n’y a pas d’autre crise que celle du déclin de la valeur travail et de sa perte de compétitivité… un procès à la préférence pour le loisir, qui a les 35 heures et l’hypertrophie de l’État improductif en ligne de mire. Ce point de vue relaie le soupçon d’une partie de la société vieillissante, inquiète pour le socle de ses retraites. Soit le chômage est volontaire. Soit, pour le moins, il est lié aux multiples désincitations fiscales ou réglementaires de notre État providence. Redresser la France, c’est d’abord faire sauter des verrous, remettre la France récalcitrante au travail.

Du côté de Macron, c’est la lecture optimiste, voire candide, de

la destruction-créatrice qui prévaut. Un monde meurt, mais le vivier des start-ups et des nouveaux usages fournit de multiples opportunités pour qu’émergent, en nombre suffisant, de nouveaux emplois. L’économie n’a pas besoin d’une baisse de la durée du travail, mais

d’une flexibilité des temps, adaptée à chaque âge et à chaque activité. La projection de l’emploi de demain s’inscrit dans l’idée de la fin du salariat, mais non pas du travail. Ce qu’il faut, d’abord, c’est déverrouiller le droit, laisser place au sur-mesure au sein de l’entreprise.C’est adapter notre droit pour qu’il laisse se déployer les nouvelles formes de travail que réinvente l’économie numérique. Au salariat, à la carrière linéaire, se substitue un nouveau monde : celui du « tous entrepreneurs », offrant des prestations, multiples.

Avec un fort risque d’intermittence. Avec la possibilité d’activités multiples. Notre protection sociale doit elle-même s’adapter pour couvrir ces nouveaux aléas, au risque d’être plus coûteuse. Son financement doit être assis sur une base large, déconnectée du salaire.

Côté Hamon, on valide la thématique de la

fin du travail et de son partage nécessaire. C’est une posture forte. Premièrement, les robots, les algorithmes, vident le travail de sa substance. Il va se raréfier. Deuxièmement, il est de plus en plus difficile d’objectiver sa valeur monétaire dans un monde où tout est connecté, et où tout dépend de tout. Troisièmement, la rente technologique est captée aujourd’hui par quelques-uns, qui concentrent les fruits de la croissance numérique.Il nous faut donc repenser notre fiscalité. Taxer le capital, notamment les robots, les hyper-riches, et distribuer un revenu de subsistance à tous ceux qui sont exclus du travail, ou qui travaillent sur des durées de plus en plus courtes, ou qui collaborent bénévolement sur des plateformes.

Chez Mélenchon, il existe d’abord une

crise de la valeur travail. Il ne s’agit pas de lutter contre la paresse insidieuse de notre société du loisir, mais de renouer avec une éthique du travail.
1/ Mettre le cap sur des enjeux qualitatifs et environnementaux.
2/ Limiter les possibilités de rémunération exorbitante.
3/ Il y a ensuite un problème de mobilisation du travail, mais dont les causes doivent être recherchées du côté de la demande, et non de l’offre. Avec notamment la préconisation d’une hausse forte du SMIC.

Je reste volontairement sommaire : mais disons que

  • Fillon est le candidat du travailler plus avec des recettes traditionnelles tournées vers l’offre.
  • Que Mélenchon est le candidat de la relance du travail par la demande et le partage. Ni pour l’un, ni pour l’autre, il n’y a de mutation substantielle, qui amènerait à revoir en profondeur nos logiciels d’action. 
  • Macron, lui, s’inscrit dans le paradigme de la fin du salariat.
  • Tandis que Hamon valide celui de la fin du travail, de sa raréfaction.


Mais à travers ces postures péremptoires, et hasardeuses à ce stade, il faut bien l’avouer, la véritable réflexion sur ce que sera le travail de demain, son contenu, sa formalisation juridique, son mode de rémunération, est aux abonnés absents. Le mot travail s’est invité dans le débat. Mais pas sa substance. Et c’est dommage. 

__________________________________________________________________________
Cet article est également disponible sous format Video :
http://www.xerficanal-economie.com/emission/Olivier-Passet-Le-tabou-electoral-sur-le-travail-de-demain_3744417.html
 
(Mis en ligne le 4 Février 2017)

 
Articles similaires
14 Juillet : attention quand même de ne pas...Constitution : les dangers d'une révision...Liens entre gros revenus et gros patrimoines:...Assemblée nationale : les frais de personnel les...Réforme des retraites : les gagnants et les...Financer les retraites ne suffira pas : il faut...« Economies publiques » et « industries de pointe...Budget de l'Etat : zéro progrès, la Cour des...Que penser du bilan 2017 de la Commission...Consignes données aux CRS le 1er mai : « S’il y a...La France, qui n'est plus une nation...Les PME et l’emploi : pourquoi tout reste à...Fake news de Tolbiac : l'hallucinante...Mai 68 : quel était le contexte économique à...La France est bien un pays socialiste : la preuve...Pour une réforme du droit de grève : la Loi doit...Réforme du lycée : pourquoi ce que propose...France : il faudrait mieux défendre la...Blocages des facs : l’ultra-gauche et LFI tentés...La cagnotte n'existe pas : les pertes sont...France : pourquoi l’économie est elle en panne ?...Ce que révèle la réforme de la SNCF sur les...Innovation : le principe de précaution inhibeFrance : dégradation brutale du solde des...La volonté de réforme de Macron peut-elle...Sur les 5,8 millions de salariés des groupes...Génération « J’ai le droit », de Barbara...Une France fortement pénalisée par son...Dans une économie qui marche, qui crée de...Transferts sociaux excessifs et compétitivitéLa baisse du chômage sera forcément très faible...Le naufrage de la balance française des services...Vouloir appliquer le modèle scandinave en France...Déplacement de Macron en Corse : oui, mais....Revue des 4 secteurs économiques eu-pho-ri-ques...Notre-Dame des Landes : défaite de l’État ou...Modernisation sociale : mieux en qualité, moins...Comment les ménages ont modifié leur consommation...Baisse des dépenses de l'Etat: pourquoi la...France en 2018 : et si la croissance atteignait...L’étude choc : mais que font les députés En...Hausses de salaires : + 2,3% prévu en 2018Corse : à élections confuses, interprétations des...Flexisécurité française : de la montagne promise...France : où dégraisser un Etat devenu obèse ?12.000 millionnaires ont quitté la France en...Pourquoi l'industrie n'arrive plus à...Les oubliées du Budget 2018 : les TPE et les PMEAPL, HLM : pourquoi cela tourne au vinaigre entre...Le Général Vincent Desportes réagit à la...Pompiers : quand un urgentiste CGT justifie leur...Curieux: l'étonnante progression des...